Rédaction

Affichage de 1 à 172 sur 172 notice(s)
Couvent(s) Résumé(s)
Couvent augustinien Couronne-de-Ste-Marie de Třebařov

1267  Fondation du couvent Corona S. Marie  par Boreš de Ryzemburk, noble, colon et maréchal du royaume, au nord de la bourgade de Třebařov

1421  Fuite des frères devant les Hussites ; ils se réfugient à Brno

1437  Retour des frères, mais leurs biens ont été usurpés et ils souffrent d'insécurité (un frère est tué par un bandit en 1438)

1444  Les frères retournent à Brno

1463  Retour des frères, qui obtiennent la restitution de certains biens en 1466 et 1477

1544  Arrivée de la Réforme, qui entraine la saisie des biens du couvent par les seigneurs protestants

Couvent augustinien de Chojnice

1356-1365  Fondation du couvent par les frères venus de la ville de Stargard, en Poméranie

1466  La ville est rattachée au royaume de Pologne

1518  Diffusion du luthéranisme, qui contraint les frères à quitter le couvent, détruit peu après.

Les Ermites de saint Augustin ne reviennent à Chojnice qu'après 1620.

Couvent augustinien de Reszel

1347  Fondation du couvent par Hermann de Prague, sixième évêque de Warmie, en périphérie de la bourgade de Reszel et à proximité du palais épiscopal.

1375-1400 env.   Incendie du couvent puis reconstruction

1466   Rattachement de la ville (et du couvent), principalement germanophone, au royaume de Pologne

1524   Fermeture du couvent suite à la diffusion de la Réforme.

Reconstruite à trois reprises, l'église abrite aujourd'hui la paroisse gréco-catholique (église de la Transfiguration).

Couvent augustinien Saint-Thomas de Brno

1350 (2 février)  Fondation officielle du couvent Saint-Thomas, à proximité d'une porte de la ville, par le margrave de Moravie Jean-Henri de Luxembourg, frère du roi de Bohême et empereur Charles IV

1428  Dommages causés lors de l’attaque de Brno par le hejtman Velka Koudelka de Březnice

1467-1470   Reconstruction  du couvent à l’instigation du roi Georges de Poděbrady

1500  Incendie

Le couvent a été transféré en un autre lieu de la ville en 1783.

Couvent augustinien Sainte-Croix de Litomyšl

1355-1356  Fondation du couvent d'Ermites augustiniens Sainte-Croix par l'évêque d'Olomouc (et chancelier du roi Charles IV) Jean de Středa ; fondation autorisée par le pape le 3 février 1356 ; le couvent est peuplé de frères venus de Brno

1378  Achèvement des travaux de construction de l'église du couvent

1421  Les frères fuient les Hussites et se réfugient à Brno

années 1440  Mort des derniers frères du couvent

Couvent augustinien Sainte-Marie de Jevíčko

v.1370 (avant 1372)  Fondation du couvent d'Ermites augustiniens (dédié à la Vierge Marie, puis à l'Ascension de la Vierge Marie) de Jevíčko par le margrave de Moravie Jean-Henri de Luxembourg

1423  Les frères quittent le couvent en raison des attaques hussites et se réfugient à Brno

1447  Retour des frères dans le couvent de Jevíčko

1523  Destructions importantes commises par les partisans de Luther

Couvent augustinien St-Barthélemy de Moravský Krumlov

1354  Fondation du couvent Saint-Barthélemy par le gouverneur (hejtman) de Moravie nommé Čeněk de Lipa, fondation confirmée par le pape le 22 février 1354

1422-1423  Les frères de ce couvent fuient les Hussites et se réfugient à Brno

1455  Retour des frères dans le couvent Saint-Barthélemy mais ils ne recouvrent qu'une faible partie de leurs biens, usurpés dans les années précédentes et peinent à assurer leur subsistance

v. 1500  Mise en vente des derniers biens du couvent et départ des frères au couvent de Brno

Échec des tentatives de restauration du couvent au XVIIe siècle 

Couvent augustinien St-Jean-Baptiste de Swornegacie

1272 (15 juillet)  Confirmation par le pape de la fondation de ce couvent par le duc de Poméranie MIestwin II et son épouse Euphrosine d'Opole.

1275 et 1291  Donations importantes par les fondateurs.

1303  Pour raisons de sécurité, les frères quittent le couvent qui est alors réuni au monastère cistercien d'Oliwa.

Ne pas confondre ce couvent avec celui des Ermites augustiniens de Chojnice, à 15 km.

Couvent carmélitain Sainte-Marie de Gdańsk

Vers 1380-1390  Fondation du couvent, vraisemblablement par le grand maître de l'Ordre teutonique, hors de l'enceinte urbaine, dédié à Notre-Dame

1400-1422  Achèvement des travaux de construction de l'église (originelle) et du couvent

1433  Dégâts importants causés par les hussites

1464  Le couvent est transplanté intra muros, auprès de la chapelle Saint-Georges, cédée par la municipalité

1525  La diffusion de la Réforme entraîne des dégradations

1823  Fermeture du couvent.

La ville accueillit à nouveau des frères de l'Ordre du Mont-Carmel à partir de 1947 mais l'église et le vocable actuels (Sainte-Catherine) ne sont pas ceux d'origine.

Couvent carmélitain Sainte-Marie de Prague

1347  Fondation du couvent de Carmes dans la Nouvelle Ville de Prague par le roi-empereur Charles IV de Bohême, sur un terrain donné par celui-ci et situé dans la Ville Nouvelle, près de la Porte Saint-Gall, d'un cimetière et du "jardin des Juifs"

1412, 1419  Attaques des hussites puis occupation du couvent, avec séquestration des frères

1435  Retour de quelques frères dans le couvent

1484  Départ des frères suite à une émeute

1496  Retour de 13 frères et du prieur

1542  Des intempéries causent de graves dégâts dans l'église

1543  Départ des frères, à l'exception du prieur, qui reste jusqu'en 1566 environ

Les Carmes reviennent à Prague en 1627 mais s'installent sur un site différent.

Couvent dominicain de l'Assomption de Uherský Brod

1262  Fondation du couvent, dans cette petite ville de marché peuplée de Hongrois et très proche du royaume de Hongrie, par un fondateur non identifié et en présence du frère Melchior, selon la tradition locale (< CHB, p. 284)

1338  Première mention documentaire du couvent (< CDM, VII, 195 p. 143)

v. 1425  Destructions liées aux guerres hussites, qui obligent les frères à se réfugier en Pologne

1545  Les protestants expulsent les frères du couvent ; ils ne reviennent qu'après 1620.

 

Couvent dominicain Saint-Adalbert d'Opole

v. 1285  Fondation du couvent dominicain Saint-Adalbert par le duc d'Opole Boleslas Ier près de l’église Notre-Dame

v. 1295  Perte des droits paroissiaux et transferts des biens du couvent à la collégiale Sainte-Croix d’Opole.

v. 1520  La propagation de la Réforme vide peu à peu le couvent de ses hôtes

v. 1530  Alors qu’il ne reste qu’un frère dans l'établissement, la municipalité saisit l’église et les bâtiments conventuels.

Couvent dominicain Saint-Jacques de Racibórz

v. 1240  Arrivée de Frères prêcheurs dans la ville

1258  Fondation et consécration de l'église dominicaine Saint-Jacques

1297-1304  Pérégrin d'Opole, frère dans ce couvent puis prieur de l'établissement (1303), y rédige ses célèbres sermons

1546  Incendie

Couvent dominicain Saint-Jacques de Sandomierz

1226  Fondation du couvent Saint-Jacques par l'évêque de Cracovie Iwo Odrowąż (parent du dominicain Hyacinthe / Jacek Odrowąż, canonisé) en dehors de la nouvelle ville (construite en 1289)

1260  Violente incursion tatare qui cause la mort du prieur, Sadok, et de 48 frères, selon des récits tardifs

v. 1286  Lors de la reconstruction de la ville, le duc de Sandomierz Lesco le Noir offre aux frères un nouveau terrain dans la ville close, où ils construisent l'église Sainte-Marie-Madeleine

1458-1543  Les deux couvents dominicains Sainte-Marie-Madeleine et Saint-Jacques fonctionnent de manière indépendante

Couvent dominicain Saint-Michel d'Olomouc

1237-1243  Fondation du couvent dominicain Saint-Michel, sur une butte de la cité épiscopale d'Olomouc située entre la place du grand marché (à env. 200 m) et une porte de l'enceinte urbaine, par le roi de Bohême Wenceslas Ier

1255  Confirmation par le roi de Bohême Ottokar II de la fondation du couvent effectuée par son père et prédécesseur

Fin du XVIIIe siècle  Transfert du couvent sur un autre site

Couvent dominicain Saint-Michel de Brno

1228-1239  Fondation du couvent par Přemysl, margrave de Moravie et frère du roi de Bohême Wenceslas Ier

v. 1240  Fondation du couvent des soeurs dominicaines Notre-Dame de Herburk / Herburg, à Brno, dont la charge spirituelle est confiée aux frères de ce couvent, ce qui ne semble pas être le cas de l'autre couvent féminin de religieuses dominicaines, Saint-Anne, fondé au début du XIVe siècle au sud de la colline du Špilberk

1243  Ce couvent accueille le chapitre provincial dominicain de Bohême et Pologne

 

La diète de Moravie siégeait habituellement dans le réfectoire de ce couvent.

Couvent dominicain Saint-Nicolas de Gdańsk

1227 Fondation du couvent Saint-Nicolas par le duc de Poméranie Svatopluk (Świȩtopełk) II le Grand
1280 Dons importants
1308-1309 La ville et le couvent passent sous domination teutonique
1454 La ville redevient polonaise
1525 Adoption de la Réforme par les habitants de la ville et transfert des bâtiments et des biens du couvent à la municipalité de Gdańsk

Couvent dominicain Saint-Nicolas de Toruń

1263  Fondation du couvent par le grand maître de l'Ordre teutonique Anno von Sangershausen

v.1266  Dommages causés par un raid des Prussiens

1351  Incendie

1424  Incendie

1466  Rattachement de la ville et du couvent au royaume de Pologne

Couvent dominicain Saint-Stanislas de Sieradz

1233-1238  Fondation d'un couvent dominicain à Sieradz, de vocable inconnu, par le duc de Mazovie Conrad, avec le soutien de l'archevêque de Gniezno Pelka, qui appuya ainsi la première création dominicaine de sa province ecclésiastique

v. 1260  Consécration de la nouvelle église du couvent, dédiée à saint Stanislas (canonisé en 1253), à l'initative du duc Casimir, fils du fondateur

1331  Incendie du couvent suite à une attaque des Teutoniques

1383  Le couvent accueille l'assemblée nobiliaire qui reconnut comme roi de Pologne Hedwige d'Anjou

1411, 1447, 1473, 1494  Le couvent accueille plusieurs chapitres provinciaux

1426  Ouverture d'un studium artium dans ce couvent sur décision des responsables de la province dominicaine

1864  Fermeture du couvent sur ordre des autorités russes

Couvent dominicain Saint-Wenceslas d'Opava

1291 (1er septembre)  Fondation du couvent dominicain Saint-Wenceslas à Opava, dans le duché du même nom, en Moravie, par le duc Nicolas Ier 

1321  Le couvent accueille le chapitre de la province dominicaine de Bohême

v. 1336  Consécration de l'église du couvent

1461  Un incendie ravage le couvent

1490  Deuxième incendie

 

Couvent dominicain Saint-Wenceslas de Cheb

1294-1296  Fondation du couvent dominicain Saint-Wenceslas par Thierry de Nassau, avec l'accord de son frère Adolphe, roi des Romains, et avec celui du roi de Bohême Wenceslas II

v. 1300-v.1325  Achèvement des travaux initiaux du complexe conventuel

1387  Travaux d'agrandissement

1422  Construction de la chapelle Saint-Léonard

Couvent dominicain Sainte-Croix de Świdnica

1291 (22 juillet)  Fondation du couvent dominicain Sainte-Croix par le duc de Świdnica et de Jawor Bolko (I) dit le Sévère (ou le Cruel), d'après les Annales murales du couvent

1311  Le couvent est transféré à l'intérieur de l'enceinte urbaine, ce qui est confirmé en 1335 (25 janvier) puis en 1365 (5 janvier)

v.1330-v.1340  Jean de Swenkenfeld, lecteur du couvent, juge de l'Inquisition pour les diocèses de Wrocław et de Lubusz, conduit un procès concernant une vingtaine de béguines jugées pour hérésie, dans le réfectoire de ce couvent

1810  Fermeture du couvent

Couvent dominicain Sainte-Croix de Znojmo

v. 1230-1250  Fondation du couvent Sainte-Croix, probablement à l'initiative des seigneurs de Weitmile, bien que d'autres traditions l'attribuent à Přemysl Ottokar I ou à saint Hyacinthe (Jacek) Odrowąż

1325  Première mention écrite du couvent

1400  Un incendie détruit une partie des bâtiments et les archives du couvent

1490  Nouvel incendie

Couvent dominicain Sainte-Marie d'Elbląg

1238  Fondation du couvent par Hermann Balk, précepteur de l'Ordre teutonique

1277  Le couvent accueille le chapitre provincial

1466  Rattachement de la ville au royaume de Pologne

1504  Incendie de l'église et du couvent, reconstruits environ dix ans plus tard

1542  Les biens du couvent sont transférés à la municipalité par les deux derniers frères du couvent.

Couvent dominicain Sainte-Marie de Tczew

1289  Fondation du couvent dominicain Notre-Dame par le duc de Poméranie
1308-1309  Passage de la ville sous la domination de l’Ordre teutonique
1433  Destruction du couvent lors de l’expédition polono-hussite en Poméranie

Couvent dominicain Sainte-Trinité de Cracovie

1222  Arrivée des Dominicains à Cracovie, accueillis par l'évêque de la ville, Iwo Odrowąż

1223  Consécration de l'église du couvent Sainte-Trinité, sur le site d'une ancienne église paroissiale

1241  Destruction du couvent par les Tatars suivie d'une phase de reconstruction

1462  Incendie puis reconstruction de l'église et des bâtiments conventuels

Le couvent est toujours en activité.

Couvent dominicain Saints-Pierre-et-Paul de Chełmno

v.1230-1240  Fondation du couvent dans une ville germanophone, principalement marchande, sous domination teutonique et intégrée à la Hanse, dans des circonstances mal connues ; la tradition dominicaine attribue un rôle important à (saint) Hyacinthe (en polonais Jacek Odrowąż), frère prêcheur polonais mort en 1257 et crédité de nombreuses fondations dominicaines en Bohême et en Pologne ; mais lien aussi avec l'évêché, Henri (Heidenrik) étant simultanément provincial de Pologne (1238-1240) et premier évêque de Chełmno (1243-1263)

1466   Le couvent est rattaché, comme la ville, au royaume de Pologne

Couvent dominicain St-Jean-Baptiste de Łęczyca

v. 1275-1279  Fondation du couvent, initialement dédié à saint Jean Baptiste (avant sainte Dorothée et saint Stanislas),  par le duc Wladislas le Bref (Łokietek) et Casimir II, duc de Łęczyca

1299  Ce couvent sert de lieu de rencontre entre Wladislas le Bref et l’archevêque de Gniezno

1331  Incendie du couvent par les Teutoniques

1338  Fin de la reconstruction

v. 1384  Destructiondu couvent  par Bartosz Wezenborg, aristocrate de Grande-Pologne et ancien voïévode de Coujavie

 

1434 (19 septembre)  Lieu de l’ordination de l’évêque de Włocławek Wojciech Jastrzębiec

1459 (juin)  Un synode se réunit dans ce couvent

1539  Fin de l'autonomie du couvent, quasi désert

Le tribunal local siège dans le réfectoire et les registres du tribunal sont conservés au couvent.
L’assemblée locale se réunit également dans ce couvent aux XVe et XVIe siècles.

Couvent dominicain St-Pierre-Martyr d'Opatowiec

1283  Fondation du couvent Saint-Pierre-Martyr par le duc de Sandomierz Lesco le Noir et l'abbé bénédictin de Tyniec Thomas

1490  Possible réunion d'une assemblée nobiliaire dans ce couvent

1497-1498  Création d'une confrérie du Rosaire, éphémère

1521  Ajout d'indulgences (par interpolation) à la charte de fondation originale

Couvent dominicain Ste-Marie-Madeleine de Sandomierz

v. 1286  Le duc de Sandomierz Lesco le Noir offre aux Dominicains, déjà présents dans la ville au couvent Saint-Jacques, un terrain dans la ville close, où ils contruisent l'église Sainte-Marie-Madeleine

1458-1543  Le couvent fonctionne de façon autonome par rapport au couvent Saint-Jacques

 

Couvent franciscain Corpus Christi de Český Krumlov

1350-1358  Fondation du couvent par les membres du lignage des Rožmberk (ou Rosenberg), seigneurs du lieu depuis 1302, dans ce qui était à l'origine un faubourg de la ville, peut-être pour endiguer l'hérésie vaudoise ; un couvent de Clarisses fut fondé simultanément ; rattaché à la custodie de Prague, il devint par la suite le siège d'une custodie

v. 1375  Fondation d'une communauté de tertiaires (?) ou béguines

v. 1420  Dommages causés par les guerres hussites, suivis de longues années de reconstruction

v. 1520  La diffusion de la Réforme nuit au couvent

1950  Fermeture du couvent

Couvent franciscain d'Orăştie / Szászváros

av. 1302  Fondation du couvent franciscain

1438  Dommages causés par les bandes ottomanes, qui incitent le pape à accorder des indulgences au couvent pour accélérer sa reconstruction en 1444

1534  Une communauté féminine du tiers-ordre ("béguines") est mentionnée pour la première fois

1541  Destructions importantes

1552  Fermeture du couvent, réoccupé par les Franciscains seulement en 1725

Couvent franciscain de Krížovany / Szentkereszt

1340  Bulle du pape Benoît XII demandant à l'archevêque d'Esztergom de s'assurer de la conformité des moyens de subsistance et des bâtiments prévus par le fondateur du couvent, Nicolas de Perény

Plus aucune trace, ni écrite, ni archéologique, de ce (projet de) couvent par la suite.

Couvent franciscain de la Visitation de Gyöngyös (1)

1332-1370  Fondation de ce couvent, dédié à la Vierge de la Visitation, par un membre de la famille Szécsény, peut-être le voïvode de Transylvanie Thomas de Szécsény

1467  Transfert à l'Observance, à la demande de Jean Ország de Gút, nouveau seigneur du lieu depuis 1455

Couvent franciscain de Nowe nad Wisłą

1282  Fondation du couvent, rattaché en 1284 à la province franciscaine de Saxe

1414  Dommages causés par les guerres teutoniques

v. 1415 (?)  Le couvent adopte la réforme martinienne

1520  Le roi Sigismond Ier prend possession du couvent et en laisse seulement l'usage aux frères

1542  La diffusion de la Réforme entraine la dispersion des frères pendant plusieurs décennies

Couvent franciscain de Szeged

av. 1316 ou 1334 (selon l'inventaire franciscain)  Fondation (par les habitants ou le seigneur du lieu ?) du couvent franciscain de Szeged – de vocable inconnu (Sainte-Élisabeth ou Trinité) –, à un emplacement non identifié (dans le castrum selon les uns, ou dans le quartier de Palánk, selon les autres, dont János Karácsonyi) ; initialement rattaché à la custodie de Székesfehérvár puis à celle de Bač / Bács

1444  Projet de transfert du couvent à l'Observance, avorté

v. 1495-1500  Fondation d'un second couvent franciscain à Szeged, observant, dont les Conventuels contestent la légalité

1526  Après de violents combats contre les Ottomans, incendie de l'église où s'étaient réfugiés les habitants, capturés le 29 septembre

1542  Fermeture officielle du couvent

Couvent franciscain de Trenčín / Trencsén

1301  Fondation de ce couvent par Mathieu Csák, à partir d'une église existante

1372  (juin) Séjour dans ce couvent du légat pontifical et patriarche d'Alexandrie, Jean, chargé de superviser les négociations de paix entre le roi Louis Ier et l'empereur Charles IV

1531  Abandon du couvent puis transformation en hôpital, sur ordre de la municipalité, confié à un prêtre séculier

Entièrement détruit au XVIIIe siècle.

Couvent franciscain obs. d'Abaújszántó

av. 1480  Fondation du couvent par la famille Szapolya

1481, 1485  Le chapitre vicarial se tient dans ce couvent

après 1530  Rapides progrès du protestantisme dans les environs

1542  Expulsion des frères par les habitants, qui s'emparent des objets de culte

Couvent franciscain obs. d'Orșova

1366  Fondation de ce couvent, attribuée par la tradition au roi de Hongrie Louis Ier, en 1366, peut-être pour convertir les Bulgares au catholicisme

1384-1385  Première mention de ce couvent dans la liste des couvents de la custodie de Bulgarie, dans la vicairie de Bosnie

1428  Mention du couvent comme appartenant à la custodie de Caransebeş après la suppression de la custodie de Bulgarie

av. 1516  Abandon du couvent, sans doute à cause des attaques ottomanes 

 

Couvent franciscain obs. d'Ozora

1418  Fondation de ce couvent par Filippo Scolari, alias Pipon d'Ozora, avec l'autorisation du pape Martin V

1438  À la mort du fondateur, le patronage de ce couvent passe à Laurent de Hédervár

1462  Réunion du chapitre vicarial dans ce couvent

v.1500  Ce couvent devient le siège d'une custodie de la province de Hongrie

1535-1541  Mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent

1543  Fermeture du couvent devant l'avance des troupes ottomanes, qui assiègent Székesfehérvár et transfert des objets liturgiques dans un autre couvent placé sous le patronage du même seigneur, Valentin Török d'Enying

 

Couvent franciscain obs. de (Zala)Szentgrót

1492-1516  Fondation du couvent, à partir d'une église remontant au XIIIe siècle, par la famille noble des Szentgrót(i), ou de Hagymás, ou de Bér

1516  Première mention écrite du couvent dans les listes internes de la vicairie de Hongrie, parmi ceux de la custodie d'Uzsaszentlélek

1532  Incendie du couvent par les Ottomans, suivi d'une restauration

1537  Le couvent est encore mentionné dans les listes internes (nomination d'un gardien en chapitre)

1542  Le patron du couvent, Christophe de Hagymás, seigneur du lieu, devenu protestant, fait pression sur les frères pour obtenir leur départ et s'empare des objets de culte

 

Couvent franciscain obs. de Albeşti / Fehéregyháza

1440-1448  Fondation du couvent par un membre de la famille de Nádas(d) ou de Vizakna ; il est peuplé principalement de "Saxons" (d'après les listes du début du XVIe siècle)

1535-1556  Mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, avec un confesseur "saxon"

1535-1537  D'abord intégré à la custodie de Transylvanie, le couvent est rattaché à la custodie de Târgu Mures avant de revenir à la custodie (à nouveau unique) de Transylvanie

1556  Fermeture du couvent suite à la diffusion du protestantisme

Couvent franciscain obs. de Banatska Palanka / Haram, Palánk

1366  Fondation de ce couvent par le roi Louis Ier dans un village situé à la frontière bulgare puis serbe pour convertir les populations slaves orthodoxes

1433  Dernière mention écrite du couvent, dans une bulle du pape Eugène IV confirmant aux Franciscains observants la possession de ce couvent

1458  Abandon au plus tard au moment où les Ottomans s'emparent de la forteresse de Smederevo

Couvent franciscain obs. de Bocşa Română / Kövesd

v. 1360 (?)  Fondation du couvent (fondateur inconnu)

1384-1385  Couvent mentionné comme appartenant à la custodie de Bulgarie, dans la vicairie de Bosnie

1433  Le pape confirme aux Franciscains observants, à leur demande, la possession de ce couvent, en précisant que sa vocation est de convertir les "hérétiques"

av. 1478  Abandon du couvent puis destruction au cours des campagne ottomanes, sans laisser aucune trace, à tel point que sa localisation ne fait pas l'unanimité

Couvent franciscain obs. de Caransebeş / Karánsebes

v. 1368-1385  Fondation du couvent par le roi de Hongrie Louis Ier pour convertir et encadrer les habitants bulgares du banat de Bulgarie, qu'il venait d'occuper

1428  Sigismond de Luxembourg soutient matériellement les travaux de reconstruction de l'église

1455  Séjour au couvent de Jean de Capistran

1516  Le couvent est mentionné comme appartenant à la custodie d'Ineu, dans la vicairie de Hongrie

1559-1560  Les frères sont expulsés du couvent par les hommes de Grégoire Bethlen d'Iktár, ban et capitalne de la place, calviniste

Couvent franciscain obs. de Csákány

1507-1509  Fondation du couvent par un membre du lignage Allya de Korokna

1532  Attaque ottomane, avec pillage, massacre de deux frères et incendie

1533  Le chapitre provincial décide de fermer ce couvent

1537  Première restauration du couvent mais les bâtiments sont en mauvais état en 1542

1544-1546  Rattaché à la custodie d'Uzsaszentlélek mais finalement abandonné, le couvent est transformé en forteresse en lui ajoutant des contreforts

Couvent franciscain obs. de Fiľakovo / Fülek

1455-1484  Fondation du couvent par la famille des Perény en prolongement  de la donation de cette localité (parmi d'autres) effectuée en janvier 1455 par le roi Ladislas V en faveur de Jean de Perény

1544  Dans le cadre de la réorganisation de la province salvatorienne, ce couvent est rattaché non plus à la custodie de Szécsény (supprimée) mais à celle d'Esztergom

av. 1546  Couvent abandonné suite à la prise en mains de la localité par François Bebek, protestant ; retour des Franciscains en 1593 seulement

Couvent franciscain obs. de Futog / Futak

1504-1509  Couvent fondé par Émeric Török d'Enying, ban de Belgrade qui avait reçu cette localité de Jean Corvin après 1504, et aurait utilisé les prisonniers ottomans pour assurer le transport des pierres et autres tâches liées à sa construction

1517  Ce couvent accueille le chapitre provincial qui élit le dernier vicaire de Hongrie (avant la fusion de 1517)

1526  Destruction totale du fait des campagnes ottomanes

Couvent franciscain obs. de Gerla

1531  Étienne Ábránfi, ispan de Békés, décide de transférer les murs de l'abbaye (bénédictine ?) de Gerla, située sur une île à la périphérie du village, mentionnée dès 1259 et désaffectée, aux Franciscains de l'Observance

1537  Alors que le couvent abritait 13 frères en 1535, le chapitre provincial décide de le fermer (et de le remettre à l'évêque et aux patrons) – peut-être parce que les héritiers du fondateur (mort en 1536) ne font pas les efforts nécessaires pour financer l'achèvement des travaux de restauration

Couvent franciscain obs. de Gherman / Ermény

1366  Fondation (hypothétique) du couvent d'Armenis par Benoît Himfi, ban de Bulgarie depuis 1366, en un lieu dont la position exacte reste inconnue, probablement dans le même mouvement que celui qui conduit le roi Louis le Grand à fonder le couvent franciscain observant de Caransebeş en 1368

1385  Mention du couvent dans la liste des trois établissements franciscains de la custodie de Kovin / Kevevár, dans la vicairie de Bosnie

1399  Déjà détruit à cette date

 

Couvent franciscain obs. de Hațeg / Hátszeg

1366 ou v. 1400  Fondation du couvent soit par le roi de Hongrie Louis Ier (dès 1366), soit par les frères du couvent voisin de Caransebeş (v. 1400), avec pour vocation de convertir les populations roumaines orthodoxes

1420  Graves dommages causés par une incursion ottomane

1428  Lettre de protection en faveur de ce couvent établie par le roi Sigismon de Luxembourg dans le but de soutenir leur activité de conversion des populations roumaines, et transcrite en 1429 par le voïvode de Transylvanie Ladislas de Csák

1456  Séjour de Jean de Capistran dans ce couvent pour l'Épiphanie

1479  Destruction du couvent par les Ottomans

 

Couvent franciscain obs. de Hedrehely

1490-1504  Fondation du couvent par la famille noble de Zopa, mentionné pour la première fois par écrit en 1504

1516 Les inventaires internes mentionnent ce couvent parmi ceux de la custodie d'Ozora

1532  Quatre frères sont tués par les Ottomans en route vers Vienne

1544  Le couvent est rattaché à la custodie d'Uzsaszentlélek, et non plus à celle d'Ozora

1546  Abandon du couvent face aux pressions de l'occupant ottoman, même si ses murs existent toujours en 1554

Couvent franciscain obs. de Kolut / Kölyüd

v. 1430  Fondation du couvent par la famille baronniale de Geszt

1436  Séjour de Jacques de la Marche dans ce couvent

1456 (mai-juin)  L'armée de volontaires réunie par Jean de Capistran pour la croisade contre les Ottomans se rassemble dans ce couvent, en attendant l'arrivée de Capistran, avant de se diriger sous sa direction vers Belgrade, en passant par Ilok / Újlak

1526  Destruction du couvent par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Kőröshegy

v. 1495-1500  Fondation du couvent par les membres de la famille des Bátor / Báthory

1533  Incendie de la toiture du couvent pendant l'attaque menée par le capitaine Louis Pekri contre les Bátor

1537  Aucun gardien n'est nommé dans ce couvent

1542  La zone de quête de ce couvent est attrigbuée aux frères du couvent d'Egervár

Couvent franciscain obs. de Kovilj / Kabol

1421  Fondation de ce couvent par les frères de la vicairie de Bosnie, avec le soutien des habitants et l'autorisation du pape Martin V (obtenue le 17 juillet 1421), pour encadrer les réfugiés slaves "schismatiques" qu'ils avaient fraîchement convertis

1526  Destruction du couvent par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Kovin / Keve

1368  Fondation du couvent par Louis Ier roi de Hongrie dans le cadre de son expansion en Bulgarie, pour convertir les slaves "schismatiques"

1385  Le couvent est le siège de la custodie du même nom

v. 1459  Destruction du couvent par les Ottomans probablement au moment de la prise de Smederevo

Couvent franciscain obs. de la Visitation de Gyöngyös (2)

v.1467-1475  Fondation du couvent à partir d'un ancien couvent franciscain remontant au XIVe siècle (voir 1), placé sous le vocable de la Vierge de la Visitation, qui a été restauré dans les années 1460 (jusqu'en 1475) et transféré à l'Observance à la demande de Jean Ország de Gút

1475-1485  Fondation d'une communauté de tertiaires autour de la chapelle de la Trinité par Dorothée Bánfi, veuve du baron Jean de Rozgony ; elle fonctionne jusqu'en 1541

1526  Incendie de la toiture au cours d'une offensive ottomane

1535  Ce couvent accueille pour la première fois un chapitre provincial (puis en 1581)

1538-1539  Graves accusations contre les frères de ce couvent et les soeurs tertiaires, publiquement démenties par la municipalité

1541  Occupation de la ville par les Ottomans (jusqu'en 1686), qui entraîne la fermeture de la communauté de tertiaires ; le couvent masculin obtient une lettre de protection du sultan Souleiman Ier, en tant qu'anciens sujets du roi Jean de Szapolya, puis des différents pachas de Buda ; c'est l'un des rares couvents de la province franciscaine observante de Hongrie à avoir survécu à l'occupation ottomane (avec ceux de Szeged et de Szakolca) et sa bibliothèque connut même un vif essor à cette période

1786  Dissolution sur ordre de l'empereur Joseph II

Couvent franciscain obs. de Lesenceistvánd-Uzsa

1442 (17 décembre) Les nobles des environs obtiennent du prieur général des Ermites de saint Paul son accord pour le transfert aux Franciscains oservants de l'ancien prieuré d'Uzsa, fondé entre 1320 et 1333 sous le vocable du Saint-Esprit sur une colline à l'écart du hameau d'Uzsa

v. 1455-1460  Fondation effective du couvent, encore vide en 1455 mais siège de custodie en 1465

1532  Les objets liturgiques sont transférés par précaution dans la forteresse de Tátika, et finalement dérobés par les soldats pendant l'attaque de celle-ci en 1538

1547  Fermeture du couvent après son attaque par une bande armée, qui s'accompagne du meurtre d'un frère et de la mise à sac du couvent

1565  Dernière mention de la custodie d'Uzsaszentlélek

Couvent franciscain obs. de Medieşu Aurit/ Meggyesalja

1490-1492  Fondation du couvent par les membres de la famille Móric (ou Moroc) de Meggyes

1516  Première mention écrite, dans les listes de la vicairie de Hongrie, dans la custodie de Baia Mare

1556  Ce couvent sert de lieu de stockage à la vaisselle et au mobilier nécessaires à la tenue du chapitre provincial

1565  Abandon du couvent pour raisons de sécurité : trop proche du lieu où s'affrontaient les armées de Jean-Sigismond de Szapolya et de Maximilien II de Habsbourg

Couvent franciscain obs. de Nyírbátor

1479-1485  Fondation du couvent par le voïvode de Transylvanie Étienne de Bátór, sans doute après la victoire de Câmpul Pâinii / Kenyérmező contre les Ottomans (13 octobre 1479), peut-être à partir d'un couvent franciscain préexistant

1511  Le maître florentin Marone termine l'exécution des stalles destinées au choeur de l'église

1514  Pillage du couvent par les paysans insurgés, qui s'emparent des objets liturgiques

1526  Attaque du couvent, dont les réserves de blé sont dérobées

1528  Pillage du couvent par les troupes de Ferdinand Ier

1552  Transfert en lieu sûr des objets liturgiques, dans la forteresse d'Ecséd, au moment du siège d'Eger

v.1560-av. 1603 Les Báthory d'Ecsed étant devenus protestants, ils font transférer les dépouilles familiales et les stalles du couvent jusque dans l'église Saint-Georges, devenue temple réformé

1563  Le couvent est mentionné pour la dernière fois au chapitre provincial

1566  Abandon du couvent après le départ de Nicolas de Bátor à Ecséd, pour cause d'insécurité (reconstruit en 1717)

Couvent franciscain obs. de Orahovica / Poljánc

av. 1492  Fondation du couvent en un lieu inconnu situé entre Orahovica et Voćin

1536  Fermeture du couvent face à l'avance ottomane, après la chute de Đakovo / Diakóvár

Couvent franciscain obs. de Paks

v. 1460  Fondation de ce couvent par la famille Rátót de Paks (Paksy)

1491, 1507  Le chapitre provincial se réunit dans ce couvent

1526  Destruction du couvent peu après la prise de Mohács par les Ottomans, au cours de leur marche sur Buda

1537  Le chapitre autorise les patrons (Paksy) à transférer le couvent à d'autres religieux, contrairement à leur demande d'y voir revenir les frères

Couvent franciscain obs. de Petrijevci / Petróc

av. 1480  Fondation du couvent,  lieu habituel de résidence du custode de Slavonie dès 1480, à un emplacement qui reste inconnu, de même que l'identité du fondateur

1529  Un frère est tué par les Ottomans

1531  La communauté de tertiaires qui accueille les tertiaires de Moslavina / Monoszlóváralja

1532  Les Ottomans, dans leur retraite, mettent le feu au couvent

1541  Après la chute de Našice / Nekcse, prise par les Ottomans, fermeture du couvent et transfert des objets liturgiques à Remetinec / Remetinc

 

 

Couvent franciscain obs. de Pula / Tálad

av. 1480  Fondation du couvent à partir d'un ancien prieuré d'Ermites de saint Paul (dédié à sainte Élisabeth) par la famille Rátót de Gyulafi

1516  Mention du couvent parmi ceux de la custodie d'Uzsaszentlélek

1543  Après la chute de Székesfehérvár, les frères mettent les objets liturgiques en lieu sûr

1552  Les frères quittent le couvent après la prise de Veszprém par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Remetinec / Remetinc

v.1460-1480  Fondation du couvent par Balthazar de Batthyán, peut-être à partir d'un ancien prieuré des Ermites de saint Paul construit au début du XVe siècle (hypothèse de János Karácsonyi fondée sur le nom de la localité – qui rappelle remete, "ermite" – mais sans preuves)

1516  Première mention écrite du couvent, parmi ceux de la custodie de Slavonie

1529  Deux frères de ce couvent sont tués par les Ottomans pendant leur tournée de quête

1537  C'est dans ce couvent que sont transférés les objets liturgiques des couvents de Slavonie menacés ou détruits par les Ottomans, objets dont s'empare Christophe de Batthyán v. 1550

1544  À la disparition de la custodie de Slavonie, le couvent est rattaché à celle d'Uzsaszentlélek

1565  Fermeture du couvent face aux incursions répétées des Ottomans

 

Couvent franciscain obs. de Rokovci (?) / Harapk

avant 1433  Fondation de ce couvent par les membres de la famille baronnale des Botos

1433  Mention de ce couvent dans une bulle du pape Eugène IV énumérant les couvents des Franciscains observants situés aux frontières de la Hongrie

v. 1475  Destruction du couvent par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Sajóvámos ou Vámos

1448-1453  Fondation du couvent par la famille Bebek, vraisemblablement Paul, fils du voïvode de Transylvanie Émeric (mort en 1448)

1492 Le couvent est mentionné parmi ceux de la custodie de Sárospatak, puis celle de Szécsény (1509, 1516), puis à nouveau Sárospatak (1537), et enfin Esztergom (1546)

1556  Expulsion des frères par les hommes de main de Georges Bebek, le patron, devenu protestant

Couvent franciscain obs. de Sellye

1480-1485 (?)  Fondation du couvent par Urbain de Nagylucse, alors grand trésorier royal (puis évêque d'Eger), et Pierre de Várad, archevêque de Kalocsa, les nouveaux seigneurs de la localité depuis 1480

1516  Première mention du couvent dans les listes internes, parmi les couvents de la custodie d'Ozora

1532  Massacre de tous les frères (9) par les soldats ottomans marchant sur Vienne

1533  Claire de Szerecsen demande l'envoi de 4 frères pour repeupler le couvent mais rien n'indique qu'elle a obtenu satisfaction

Couvent franciscain obs. de Slavonski Kobaš / Kobás

1500-1503  Couvent fondé sur la rive gauche de la Save par les frères venus de Bosnie pour accueillir les religieux menacés par les Ottomans

1536  Abandon du couvent puis destruction par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Tata

v.1430 (?)  Fondation du couvent, peut-être après le séjour de Jacques de la Marche au château royal de Tata et à la demande du roi Sigismond de Luxembourg 

1462  Première mention écrite du couvent

1516  Le couvent est mentionné parmi ceux de la custodie d'Esztergom

1543  Abandon du couvent suite à la prise de la localité par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Várpalota

v. 1440  Fondation du couvent par Nicolas d'Újlak

1456  Le chapitre vicarial se tient dans ce couvent

1521-1522 :  Paul de Tomor, chef de guerre et futur archevêque de Kalocsa, prend l'habit dans ce couvent

1526, 1533 : massacre de 3 frères puis de 3 autres par les soldats ottomans

av. 1542  Abandon du couvent suite aux pressions du nouveau seigneur, de la famille Podmanicky, puis démolition

Couvent franciscain obs. de Vinogradov / Szőllős

1471-1494  Fondation du couvent par la famille Perény (branche de Nyalábvár)

1525, 1554  Tenue du chapitre provincial dans ce couvent

1526  Après la défaite chrétienne de Mohács et la mort de Jean de Capistran, sa dépouille est transférée dans ce couvent

1556  Attaque du couvent par les protestants, à l'instigation du seigneur-patron François de Perény, qui jettent les reste de Capistran dans un puits

1557  Destruction du couvent pendant le siège de la ville par les troupes de Ferdinand Ier de Habsbourg

Retour des Franciscains en 1668.

Couvent franciscain obs. de Zalatárnok

v. 1490-1504  Fondation du couvent par la famille Botka de Széplak

1504  La négligence du patron Jean Botka de Széplak, qui ne fournit pas aux frères de quoi terminer la construction du couvent, conduit le vicaire de Hongrie à demander au pape l'autorisation de fermer ce couvent – autorisation obtenue le 19 décembre mais non suivie d'effet

1516  Mention du couvent dans les listes internes, parmi les établissements de la custodie d'Uzsaszentlélek

1537  Remise des objets liturgiques à la fille du patronus, Véronique Osthfy, et départ des frères, pour une raison inconnue

1561-1565  Tentative de retour des frères, éphémère

Couvent franciscain obs. de Đakovo / Diakóvár

1347-1355  Fondation du couvent par les Franciscains de la vicairie de Bosnie (c'est le plus ancien couvent de la future vicairie de Hongrie), autorisée par le pape Clément VI le 21 mars 1347 en même temps que celui de Ston / Stano, avec pour fonction de servir de lieu de refuge aux Franciscains de Bosnie ; initialement rattaché à la custodie d'Usora (d'après l'inventaire de 1384-1385)

1355  Pérégrin de Saxe, premier vicaire de Bosnie (1339), aurait été enseveli dans l'église du couvent selon la tradition de l'Ordre

1420  Le chapitre de la vicairie de Bosnie se tient dans ce couvent, alors déjà centre de la custodie du même nom, et élit Blaise de Szalkó, chroniqueur de l'Ordre, comme vicaire

1448  Rattachement à la custodie de Slavonie, à l'intérieur de la nouvelle vicairie franciscaine observante de Hongrie

1536  Expulsion des frères et occupation des locaux par les troupes ottomanes après la prise de la ville, qui explique que le couvent n'apparaisse plus dans l'inventaire interne de 1537

 

Couvent franciscain obs. Saint-Esprit d'Oradea Mare / Nagyvárad

v. 1490  Fondation de ce couvent par l'ordre, avec l'accord probable de l'évêque, alors qu'il existait déjà un couvent franciscain dans la ville (conventuel), dans un emplacement inconnu mais situé hors les murs, sans doute à l'ouest de la forteresse

v. 1510  Conflits avec le clergé paroissial

1514  Le gardien de ce couvent est chargé de prêcher la croisade contre les Ottomans dans toute la moitié orientale du royaume, au-delà de la Tisza

1529  Une école de théologie fonctionne dans ce couvent

1535  Un studium generale fonctionne dans ce couvent ; le plus peuplé de la province de Hongrie à cette date ; il accueille par ailleurs 7 fois le chapitre provincial depuis 1531 et jusqu'en 1552

1556  Les objets liturgiques du couvent sont confiés à la famille Bajon

1558  Dernière nomination d'un gardien dans ce couvent

1559-1560  Abandon du couvent face aux agressions répétées de l'ispan de BIhar et du capitaine d'Oradea

Couvent franciscain obs. Saint-Ladislas de Pápa

av. 1448  Fondation du couvent Saint-Ladislas (parfois appelé Sainte-Marie) par la famille des Gara, peut-être à partir d'une chapelle dédiée à saint Ladislas

v. 1480-1490  Projet de transfert des frères dans des bâtiments plus vastes ou plus adaptés, qui semble échouer (?)

1512  Mention d'une confrérie de flagellants rattachée à ce couvent et présentée comme ancienne par le chroniqueur de l'Ordre

1535  Création d'un studium dans ce couvent

1541  Le patronus, Jean Török d'Enying, puis son frère François, passent au calvinisme et ne soutiennent plus le couvent

1543  Transfert dans ce couvent des objets liturgiques du couvent d'Ozora

1550-1551  Le roi Ferdinand Ier apporte une aide financière au couvent

1556  Graves dégâts causés par les soldats du patron, qui détruisent la toiture, que les frères n'ont pas les moyens de reconstruire

1560  Fermeture définitive du couvent

 

 

Couvent franciscain obs. Sainte-Marie de Sárospatak (2)

1448 (25 juin)  Le légat Jean Carvajal donne l'ordre aux frères du couvent Sainte-Marie de quitter leur couvent pour laisser la place aux Observants à la demande de la famille Páloc

1471  Le chapitre vicarial se tient dans ce couvent

1487-1493  Première mention de la communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, fondée par Dorothée de Rozgony

1492  Le pape Alexandre VI confirme l'affiliation de ce couvent à l'Observance ; première mention de la custodie de Sárospatak

1526  Les Perény deviennent les patrons du couvent

1537  Le patron transfère les Clarisses dans la maison des tertiaires, transformée ensuite en école en 1548 

v. 1537, 1541-1542  Pillage du couvent par les hommes du patron, Pierre de Perény, protestant

1546  Dernière nomination d'un gardien dans ce couvent mais suppression de la custodie de Sárospatak

1546-1548  Fermeture du couvent suite aux pressions des habitants protestants

après 1548  Le patron, Gábor Perényi, fait démolir le couvent

1556  Les Clarisses quittent la ville en 1556 et s'installent à Nagyszombat

 

Couvent franciscain obs. St-Antoine de Bacău / Bákó

v. 1475 (ou dès 1410 ?)   Fondation du couvent par les dirigeants de la vicairie de Hongrie (ou par la veuve du voïvode de Moldavie Alexandre, Marguerite de Losonc, fille du voïvode de Transylvanie Étienne de Losonc, selon un document de 1670 ?) dans cette bourgade où des Hongrois s'étaient implantés dans les années 1340, et probablement aussi pour convertir les Hongrois hussites réfugiés en Moldavie depuis les années 1440

1520  Le couvent devient le seul à encadrer la population catholique suite à la suppression de l'évêché de Milcovul / Milkó

1574  Incendie du couvent pendant une bataille contre les Ottomans, restauré en 1601

1611  Sécularisation du couvent

Couvent franciscain obs. St-Bernardin-de-Sienne de Chilieni / Kilyén, Kilia

1453 (6 mars)  Le roi de Hongrie Ladislas V demande à Jean de Capistran d'autoriser la fondation d'un nouveau couvent, dédié à saint Bernardin de Sienne, dans la forteresse de Chilieni, à la frontière hungaro-moldave et tout juste passée sous le contrôle de la Hongrie (après la victoire contre le voïvode allié des Ottomans en 1448), projet de fondation lancé par le gouverneur général Jean de Hunyad (sur le conseil de Jean de Capistran ? cela expliquerait son vocable) , pour convertir les hussites qui s'étaient réfugiés en Moldavie ; il demande à Capistran d'envoyer deux frères sur place, Ladislas de Tar et Michel le Sicule, pour accélérer la fondation.

1465  Le rétablissement du pouvoir moldave (et ottoman) sur la région met sans doute fin à l'existence de ce couvent à peine né... ou jamais ouvert (plus aucune trace dans la documentation après 1453)

Couvent franciscain obs. St-Esprit de Šarengrad / Atya

1404-1405  Fondation du couvent Saint-Esprit (ou Sts-Pierre-et-Paul) de Šarengrad par le ban de Mačva Jean de Marót (Maróthy, Morovics), qui avait reçu depuis peu (entre 1398 et 1404) cette localité du roi Sigismond de Luxembourg et appréciait les Franciscains observants

1415  Octroi par Jean XXIII d'indulgences pour ce couvent à la demande du fondateur, qui s'était rendu dans ce but au concile de Constance en 1414

1495, 1499, 1511  Le couvent accueille à trois reprises le chapitre vicarial de Hongrie, dont celui qui rédige les fameuses "Constitutions d'Atya" (1499) sous la direction d'Oswald de Laskó, alors vicaire de Hongrie

1526  Fermeture puis destruction partielle du couvent pendant les guerres ottomanes

Couvent franciscain obs. St-François de Lipovac / Alsán

1374  Fondation effective du couvent Saint-François par l'évêque de Pécs Valentin d'Alsán, dans un village qui reste difficile à localiser (autour de Posavcki Podgajci, ou Varoš, Lipovac ou encore Lučica ?) ; il appartient à la vicairie de Bosnie

1385  Fin des travaux de construction de l'église et du couvent, qui est mentionné comme appartenant à la custodie de Mačva

1448  Jusqu'à la création de la vicairie de Hongrie en 1448, ce couvent sert de refuge aux Franciscains observants de la vicairie de Bosnie et de Mačva en cas d'attaque ; il est rattaché initialement à la custodie de Đakovo, puis (selon l'inventaire interne de 1516) à la custodie d'Ilok

1526  L'avance ottomane contraint les frères à quitter le couvent, détruit peu après ; il ne figure pas dans la liste interne de 1531.

Couvent franciscain obs. St-François de Târgovişte / Tirgovist

1477 (ou dès 1360 env. ?) ou 1507  Fondation du couvent par les dirigeants de la vicairie de Hongrie (ou par le roi Louis le Grand ?), à partir d'une église remontant au début du XIVe siècle, dans le but d'encadrer la population hongroise et allemande catholique implantée sur place, dans cette ville où résidait le voïvode de Valachie

1516  Première mention écrite du couvent, parmi les couvents de la custodie de Transylvanie

après 1552  Fermeture du couvent pour raisons de sécurité

1594  Tentative de restauration, éphémère

Couvent franciscain obs. St-Grégoire de Györgyi

1459  Fondation du couvent par Grégoire Bodó de Györgyi, récemment promu baron, qui choisit de le dédier au pape Grégoire le Grand

1517-1519  Conflits avec le patron François Bodó à propos de la vaisselle liturgique, que le pape tranche en faveur de ce dernier, en autorisant les frères à se servir de vaisselle précieuse pour le culte divin

1526  Les frères quittent momentanément le couvent pour raisons de sécurité face à l'avance ottomane

1529  Retour des frères dans le couvent

(av.) 1542  Les objets liturgiques précieux sont remis aux héritiers du fondateur

1543  Abandon du couvent, qui est occupé ensuite par les Ottomans

Couvent franciscain obs. St-Jean de Buda (2)

[v. 1250-1443 : voir notice Couvent franciscain Saint-Jean l'Év. de Buda 1]

1443-1444  Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères du couvent franciscain Saint-Jean-l'Évangéliste de Buda à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l'Observance, transfert signifié par le même légat le 20 février 1444, en vertu d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444, puis confirmée par en 1448

1448  Confirmation par le légat Jean Carvajal  du transfert à l'Observance de ce couvent, à qui est confiée la tutelle sur la communauté de tertiaires voisine

1455  Jean de Capistran effectue un bref séjour dans ce couvent

1473-1539  Onze chapitres provinciaux se tiennent dans ce couvent (1473, 1483, 1487, 1489, 1501, 1503, 1505, 1515, 1520, 1523, 1539) ; il fait figure de centre de la province :  c'est là que réside habituellement le vicaire puis ministre provincial de Hongrie, les archives provinciales y sont conservées, il abrite un studium generale (où enseigna Pelbart de Temesvár)

1520  Le couvent reçoit la visite du ministre général François Licchetti

1526  L'entrée des Ottomans à Buda provoque la mort de 8 frères (le 10 septembre) puis le départ de la communauté, qui ne revient dans ses murs qu'après le départ du sultan

1529  Les Ottomans massacrent 9 frères

1541  Les frères quittent le couvent après la prise de Buda par les Ottomans ; ceux-ci transforment l'église en mosquée et annexent les bâtiments conventuels au palais du pacha de Buda

Couvent franciscain obs. St-Jean-Baptiste de Braşov / Brassó

1507  La fondation de ce couvent est annoncée par le vicaire de Hongrie Oswald de Laskó

1507-1519 env. : Le curé de la ville entame une action en justice contre les frères, ce qui ouvre un long procès, possiblement motivé par des raisons matérielles mais aussi par des tensions interethniques entre habitants germanophones et hungarophones, qui se greffent après 1526 sur des oppositions politiques (entre partisans ou détracteurs de Ferdinand de Habsbourg et de Jean de Szapolya)

1520  Le palatin et voïvode Étienne [II] Báthory ordonne au conseil de ville de ne pas retirer aux frères le terrain sur lequel a été construit leur couvent et leur église

1529  Plusieurs frères sont victimes des Ottomans, ce qui conduit le chapitre provincial à envoyer d'autres frères dans ce couvent

1530  Après la défaite de Ferdinand de Habsbourg à la Feldioara / Földvár en 1529, l'occupation de la ville par les armées de la coalition hungaro-turco-moldave dirigée par Jean de Szapolya met en péril la survie des frères

1531  Le couvent n'est plus mentionné dans les listes de la province de Hongrie et son horloge est transférée au couvent de Șumuleu Ciuc / Csíksomlyó par le chapitre provincial ; la communauté de tertiaires (béguines), mentionnée à partir de 1534, se maintient dans la ville jusqu'en 1556 mais elle est confiée également aux frères de Șumuleu Ciuc

Couvent franciscain obs. St-Ladislas de Daruvar-Podborje / Szentlászló

av. 1460  Fondation du couvent par les membres du lignage de Nelepec, qui lui donnent le vocable de Saint-Ladislas

1536-1537  Fermeture du couvent suite à l'occupation ottomane

Couvent franciscain obs. St-Michel de Suseni / Felfalu

1427-1431  Fondation (en deux temps) du couvent Saint-Michel par le seigneur du lieu, Jean, fils du baron "Désiré" de Lósonc (Johannes, filius Desew de Losoncz, en hongrois Deszőfi) avec l'autorisation du pape Martin V (délivrée le 13 décembre 1427 et confirmée par Eugène IV en 1431) et en lui attribuant la fonction de convertir les orthodoxes russes et roumains des environs

1431 (4 juin)  À la demande du fondateur, le pape Eugène IV demande à l'évêque de Transylvanie d'inciter le vicaire de Bosnie à envoyer des frères (supplémentaires) dans ce couvent

1535  Mention d'une communauté de tertiaires féminines (béguines) rattachée à ce couvent, munie d'un confesseur, en activité jusqu'à 1540 environ

1535-1537  Dans le cadre de la réorganisation de la province salvatorienne de Hongrie, ce couvent est rattaché (pendant deux ans) à la custodie de Târgu Mureş puis est à nouveau intégrée à la custodie de Transylvanie

v. 1540  Les graves dommages subis par le couvent, de cause inconnue, contraignent les frères à quitter les lieux

1542 et 1544 Le nouveau patron, François Kendy / Kendi, demande à deux reprises aux dirigeants de la province le retour des frères dans ce couvent ; mais le projet  de restauration échoue, sans doute parce que le patron ne respecte pas les engagements pris pour assurer la protection et la subsistance des frères.

Couvent franciscain obs. St-Pierre-Martyr de Pest (2)

1444  Le légat Jules Cesarini ordonne le transfert du couvent franciscain Saint-Pierre-Martyr à l'Observance

1456 (février) Séjour de Jean de Capistran dans ce couvent

1492  Confirmation du transfert de ce couvent à l'Observance par le pape Alexandre IV

1497, 1504  Réunion du chapitre vicarial dans ce couvent

v. 1495-1500 Oswald de Laskó compose ses recueils de sermons dans ce couvent

1514  Dépôt provisoire dans ce couvent du sépulchre en argent (endommagé) de saint Gérard provenant du couvent de Cenad, peut-être en vue de le faire réparer ; mais il sera réquisitionné par le roi Louis II en 1526 (21 juin) pour financer la guerre contre les Ottomans

av. 1520  Fondation d'une communauté de tertiaires féminines rattachées à ce couvent

1526  Les soldats ottomans tuent quatre frères

1532  Nouvelles victimes des Ottomans

1541  Occupation du couvent par les Ottomans, qui oblige les frères à se réfugier dans la maison des tertiaires

1542 (février)  Le chapitre nomme un gardien et un confesseur dans ce couvent mais refuse d'envoyer de nouveaux frères dans le couvent, en dépit de la demande de la municipalité de Pest, à cause de la mort récente de deux frères du couvent tués par les Ottomans ; (septembre) le siège de Pest par les armées chrétiennes contraint les frères à fuir

Couvent franciscain obs. St-Sauveur de Baia Mare / Nagybánya

1437-1438  Fondation du couvent par le despote serbe Georges Branković, seigneur du lieu, contre l'avis du clergé séculier local et grâce sans doute à l'appui de Jacques de la Marche, autorisée par le pape Eugène IV le 21 août 1437 et confirmée au vicaire de Bosnie (qui est alors le même Jacques de la Marche) le 24 décembre 1438

1460  Mention d'un prédicateur germanophone dans ce couvent, en lien avec la présence d'une forte communauté d'origine allemande exploitant les mines

1481  Le gardien de ce couvent, nommé Ladislas participe, avec le recteur d'autel Paul, à la prédication des indulgences jubilaires dans l'église paroissiale Saint-Étienne

1512  Mention d'une assocation de flagellants rattachée à ce couvent et qui suscite des conflits avec les citadins

1534-1551  Menaces de fermeture du couvent par les protestants, que la présence du gouverneur de Transylvanie "frère Georges" (frater György) écarte jusqu'à son assassinat le 17 décembre 1551

1548  Le curé de la ville étant devenu protestant, ce sont les frères qui assurent la cure d'âmes dans la ville

1551-1552  Destruction du couvent par les habitants, passés au protestantisme comme tous les partisans de Jean de Szapolya contre Ferdinand de Habsbourg

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Egervár

1490-1493  Fondation du couvent par Ladislas d'Egervár, ban de Croatie, dans sa ville natale ; après la mort de celui-ci en 1492, la construction est achevée en 1493 par son neveu Brice d'Egervár, évêque de Knin, qui s'y fait construire une chambre séparée pour s'y rendre puis y séjourner (de 1493 jusqu'à sa mort en 1523)

1496  Le roi Wladislas Jagellon accorde, à la demande de Brice d'Egervár, une exemption de taxes royales à tous ceux qui s'installeraient sur les terres en friche ou désertes situées à proximité du couvent

1523  Le patronage du couvent passe aux Kanizsa, puis aux Nádasd

1551  Les objets précieux du couvent sont confiés au patron, Thomas de Nádasd

1554  Dernière mention d'un gardien nommé dans ce couvent

peu après 1562  Ordre d'expulsion donné par le patron, François de Nádasd, passé au luthéranisme

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Esztergom (2)

1448  Transfert du couvent franciscain d'Esztergom à l'Observance sur ordre du légat Jean Carvajal, à la demande de l'archevêque d'Esztergom Denis de Szécs, couvent qui devient le siège de la première custodie de la vicairie observante de Hongrie

1479, 1507   Tenue du chapitre provincial dans ce couvent

1492  Le pape Alexandre VI confirme l'affiliation de ce couvent à l'Observance

1495  Pelbart de Temesvár est nommé gardien de ce couvent

1526  Massacre de trois frères du couvent par les Turcs ottomans

1532  Incendie du cloître et du choeur de l'église pendant le siège d'Esztergom par les troupes ottomanes

1543  Abandon du couvent avant la prise de la ville par les Ottomans puis destruction ; les Frères mineurs en reconstruirent un autre en 1697 un peu à l'Est de l'emplacement du couvent médiéval

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Igal

1434-1452  Création par le frère Gilles d'Igal d'un ermitage auprès d'une chapelle dédiée à la Vierge Marie et située dans une forêt proche de la bourgade d'Igal, avec l'autorisation du pape

1462, 1464  Après la sécession de la vicairie de Hongrie de celle de Bosnie, ce couvent ou ermitage conserve son autonomie par rapport à la vicairie observante de Hongrie,  sur demande de Gilles d'Igal au pape, ce que les dirigeants de celle-ci n'admettent pas

peu après 1464  Fermeture de l'ermitage après la mort du pape Pie II, sous la pression des dirigeants de la vicairie observante de Hongrie, avec le soutien de l'archevêque d'Esztergom Denis de Szécs et de l'évêque de Veszprém.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Ilok / Újlak (2)

1451  Le pape Nicolas V autorise le transfert du couvent à l'Observance à la demande (reçue et approuvée le 9 mai) de Nicolas d'Újlak, seigneur du lieu et patron (descendant du fondateur du couvent au XIIIe siècle – voir notice 1), après enquête confiée à l'archevêque d'Esztergom, qui tranche en faveur du transfert (21 décembre) ; les biens du couvent sont affectés à l'hôpital Toussaints-et-Saint-Nicolas

1455  Ouverture effective du couvent observant, peut-être à l'instigation de Jean de Capistran, après plusieurs années d'attente

1456  Séjour de Jean de Capistran en juillet puis après la victoire de Belgrade, jusqu'à sa mort le 23 octobre ; il est enterré dans la chapelle Sainte-Catherine, qui attire des pèlerins

1468  Agrandissement de l'église et travaux dans le couvent

1526  Transfert de la tombe de Capistran à Vinogradov (été) puis départ des frères à l'approche des Ottomans, qui détruisent le couvent

 

 

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Cejkov / Céke

1450-1459  Fondation du couvent par Ladislas (de Céke) d'Imreg, seigneur de la localité et du domaine environnant, composé de 5 ou 6 villages

v. 1540  Pierre de Perény, nouveau patronus du couvent et seigneur du lieu est protestant, ce qui entraîne des agressions répétées contre les frères (pillages, massacre du gardien)

1548  Expulsion des frères sur ordre de Gabriel de Perény, fils de Pierre et lui aussi protestant

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Cenad / Csanád

1448  Première tentative de transfert aux Franciscains observants de cet ancien monastère bénédictin abritant le sépulcre en argent de saint Gérard

1493  Fondation du couvent Sainte-Marie à la demande de l'évêque de Cenad, Luc (Baratin) de Szeged, avec l'autorisation du pape ; il est rattaché à la custodie de Ineu / Jenő

1514  Les paysans insurgés attaquent le couvent ; le cercueil de saint Gérard, réduit en morceaux, est alors transféré au couvent de Pest

1539-1542  Une école formant les novices est mentionnée dans ce couvent

1542-1550  Une communauté de tertiaires féminines est mentionnée comme dépendant de ce couvent

1550  Les frères quittent le couvent à l'automne, au moment du départ des troupes de défense hongroises de la citadelle, pour aller au devant des Ottomans

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Cluj / Kolozsvár

1486-1494 env.  Fondation du couvent Sainte-Marie (ou Notre-Dame-des-Neiges) par le roi Mathias Corvin ; les travaux se prolongent au moins jusqu'en 1494, en bénéficiant du produit des mines de sel royales

1506  Mention d'un couvent de Clarisses fondé auprès de ce couvent par Jean Erdélyi et Nicolas Bethlen ; en piteux état en 1544, il ne compte plus qu'une religieuse, âgée, en 1572

1522  Mention d'une communauté de tertiaires féminines, qui fonctionne jusque vers 1580, peut-être dans les mêmes murs que les Clarisses

1551  Première expulsion des frères par les habitants, passés au protestantisme

1556 (15-16 mars)  Expulsion violente des frères (un mort) puis saccage de l'église (destruction des autels et des tableaux, croix incendiées), peut-être à l'initiative du maire Étienne Ötvös

Lorsque les Franciscains reviennent dans la ville au siècle suivant, ils ne peuvent s'installer dans leurs anciens murs.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Gyula

1420  Fondation du couvent par le ban Jean de Marót, dédié à saint Ladislas dans le projet initial (selon l'autorisation accordée par le pape Martin V le 23 février), puis à la Vierge Marie

v. 1450 (?) Une communauté de tertiaires voit le jour (mentionnée pour la première fois en 1510) ; les frères leur fournissent un confesseur (mentionné en 1535)

1452  Le couvent accueille le chapitre provincial, de même qu'en 1490 et 1533

1529-  Le couvent bénéficie du soutien actif de l'évêque d'Oradea Émeric Czibak, également seigneur de la ville, puis (après la mort de ce dernier en 1534) de celui de son neveu et successeur Nicolas Patócsy

1542  Une école de théologie est ouverte dans ce couvent

1556  Abandon du couvent, suite aux mesures hostile du nouveau commandant de la place, Gáspár Mágócsy, luthérien

1566  Démolition du couvent, détruit par les Ottomans après la prise de la ville

après 1556, la communauté de tertiaires se maintient jusqu'en 1564 et dispose de tenures dans la ville

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Humenné / Homonna

1480-1488  Fondation du couvent et de l'église par la famille Drugeth de Homonna, probablement Jean, qui avait épousé une Zapolya, en l'honneur de la Vierge Marie

1529  L'église et le couvent sont entièrement détruits par un incendie causé par les partisans de Ferdinand de Habsbourg, en lutte contre le seigneur de la ville, neveu et partisan de Jean de Szapolya

1531  Abandon du couvent après l'attaque de la localité par les troupes impériales menées par Katzianer

v. 1540  Le passage au protestantisme des Drugeth empêche le retour des frères (qui ne reviennent qu'en 1663)

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Hunedoara / Vajdahunyad

1442  Début des travaux de construction d'un couvent dans le quartier de Buituri (en hongrois Bojtor), en contrebas du château de Hunedoara / Vajdahunyad, berceau du lignage des Hunyades, couvent fondé par Jean de Hunyad à l'intention d'Ermites de saint Augustin mais resté inachevé à sa mort en 1456

1463 La reine-mère Élisabeth de Szilágy demande au comes de Szentandrás Jean de Varjas de nommer un expert pour superviser les travaux à prévoir sur le couvent de Hunedoara (claustrum in Hwnyad)

1465   Le pape Paul II accorde (le 19 mai 1465) l'autorisation de transférer ce couvent aux Franciscains observants, à la demande du roi Mathias Ier et de sa mère Élisabeth de Szilágy ; le couvent devait servir de pépinière de missionnaires en direction de la Moldavie

1487  Achèvement des travaux du ouvent

1526  Le gardien de ce couvent se plaint des mesures hostiles aux frères du capitaine de la forteresse, luthérien

1532  Graves dommages causés au couvent pendant le siège de la forteresse par les troupes de Jean de Szapolya, qui entraînent son évacuation

v. 1535-1536  Retour des frères

av. 1552  Abandon du couvent face à la progression des Ottomans puis destruction

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Ineu / Jenő

1389-1415  Fondation du couvent et de l'église (à un emplacement inconnu) par Ladislas de Losonc, seigneur du lieu depuis 1389, dont les travaux sont achevés en 1415

1423 (18 mai)  Le pape Martin V confirme au fils du fondateur, Sigismond de Losonc, le rattachement de ce couvent à l'Observance franciscaine

1448  Le couvent devient le siège de la deuxième custodie de la vicairie de Hongrie

1548-1549  Expulsion des frères par les protestants, devenus maîtres de la ville, comme leur seigneur Antoine de Losonc

 

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Jászberény

1472-1480  Transfert à l'Observance de ce couvent (fondé en 1472 par la communauté yazigue et placé sous le vocable de la Vierge Marie mais dans lequel les Conventuels n'eurent pas le temps de s'installer), probablement après un accord avec les Conventuels, à la demande du roi Mathias Corvin

v. 1500-1541  Communauté de tertiaires, avec un confesseur issu du couvent Sainte-Marie (mentionné en 1535)

1537  Le couvent, mentionné en 1516 comme appartenant à la custodie d'Esztergom, accueille le chapitre provincial

1558  Nomination d'un prédicateur dans ce couent pour réfuter les thèses protestantes

1560  Un protestant met le feu au couvent

1567  Expulsion des frères par les Ottomans, qui transforment le couvent en fort ; seul le prédicateur franciscain reste dans la ville (jusqu'en 1583)

 

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Körmend

1513-1517  Suite à une série de plaintes de la part des habitants à l'encontre des Ermites de saint Augustin qui vivaient dans le couvent Sainte-Marie (depuis le milieu du XIIIe siècle), l'archevêque d'Esztergom Thomas Bakócz, seigneur du lieu et patron du couvent, décide d'y installer des Franciscains observants à la place des Ermites augustiniens

1517-1518  Contestation de cette décision par le prieur provincial des Ermites augustiniens, qui porte l'affaire à Rome, suite à quoi le pape ordonne une enquête

1521-1524  Lente dégradation de l'établissement, privé de soutien matériel depuis la mort de son patronus, Thomas Bakócz (1521), avant d'avoir réalisé les travaux de reconstruction qu'il avait initialement annoncés

1524-1529  Les bâtiments, délabrés, sont finalement laissés aux Dominicains, qui y vivent jusque dans les années 1560

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Mediaş / Medgyes

1444  Le pape autorise les Franciscains à reconstruire ce couvent désaffecté, avec l'aide des habitants

v. 1500  Importante phase de travaux sur l'église du couvent

1525  Première mention d'une communauté de tertiaires, qui a peut-être fonctionné jusqu'au départ des frères en 1556

1534  Malgré les protestations des frères, le sulfureux gouverneur de Transylvanie Louis Gritti est enterré dans l'église du couvent 

1556-1557  Expulsion des frères par les adversaires de Ferdinand Ier et et attribution de l'église aux protestants

Le couvent ne revient aux Franciscains qu'en 1721 (province stéphanite).

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Moslavina / Monoszlóváralja

1460  Fondation du couvent Sainte-Marie par Georges Csupor de Monoszló en contrebas de la forteresse de Moslavina

1489  Le fils (?) du fondateur, Étienne Csupor, obtient des indulgences en faveur des visiteurs de la chapelle qu'il vient de fonder dans l'église de ce couvent

1492  Important legs testamentaire du neveu du fondateur, Étienne Csupor, en faveur du couvent

1531  Première mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, au moment où elles sont transférées à Koprivnica / Petróc et intégrées aux Clarisses du lieu, par décision du chapitre provincial

1537  Dernière nomination d'un gardien par le chapitre provincial dans ce couvent

v. 1540-1544  Abandon du couvent face à l'avance ottomane, juste avant que les Ottomans ne s'emparent de la forteresse en 1544

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Ormož / Ormosd

1493  Le pape autorise Jacques Székely de Kövend à fonder un couvent dans cette localité qui appartenait au royaume de Hongrie jusqu'au traité de 1491 puis passe à l'archiduché d'Autriche ; le fondateur avait rallié le partie de l'empereur Maximilien de Habsbourg contre le roi de Hongrie Wladislas II Jagellon et venait de recevoir cette terre ; le couvent est néanmoins rattaché dès sa fondation à la vicairie franciscaine observante de Hongrie ; sa vocation aurait été d'accueillir les frères venus des couvents détruits ou abandonnés de Slavonie

1504  Couvent encore inachevé

v. 1540  Achèvement des travaux par le fils du fondateur, Luc (ou Lucas) Székely de Kövend

1546  Première nomination connue du gardien de ce couvent par le chapitre de la province salvatorienne

1565  Fermeture du couvent suite à la crise interne de la province salvatorienne

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Sacoșu Turcesc / Cseri

v. 1366  Fondation de ce couvent par le roi de Hongrie Louis Ier, avec l'autorisation du pape, en vue de convertir et encadrer les populations bulgares (slavophones) et roumaines de la région de Temesköz

1378  Le pape Urbain VI délivre une charte de privilèges en faveur des frères de ce couvent, qui demandant sa transcription authentique au chapitre de Cenad en 1411 (26 avril)

1384-1385  Mention de ce couvent parmi les établissements de la custodie de Bulgarie (qui portait ce nom sans pour autant se situer en Bulgarie), dans la vicairie de Bosnie

1428, 1433, 1478  Le roi Sigismond de Luxembourg, puis le pape Eugène IV et enfin le roi Mathias Corvin confirment aux frères qu'ils détiennent ce couvent

1509, 1516  Probablement détruit par les bandes ottomanes, ce couvent n'est plus mentionné dans les listes internes de la vicairie de Hongrie

Il ne reste aucun vestige de ce couvent, au point que la localisation exacte de ce couvent – qui aurait, selon certaines hypothèses, donné son nom populaire aux Franciscains observants hongrois – reste inconnue.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Sălard / Szalárd

v. 1395  Fondation duc ouvent par un membre du lignage des Csák, Nicolas, ispan de Temes

1400  Le couvent bénéficie d'indulgences pontificales et épiscopales

1451 (janvier)  Séjour de l'évêque Jean Vitéz dans ce couvent

1468  Le chapitre provincial se réunit dans ce couvent

1493  Oswald de Laskó est gardien de ce couvent

1533  Agrandissement de l'infirmerie

1553-1556  Attaque du couvent par les hommes de main du seigneur, Wolfgang de Csák, pro-turc et ennemi de Ferdinand Ier de Habsbourg ; le gardien est assassiné

av. 1556  Abandon du couvent, transformé ensuite en temple protestant

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Solivar / Sóvár

av. 1482  Fondation du couvent par les membres de la famille Soós de Solivar / Sóvár

1535  Dernière mention du couvent comme actif, dans un guide interne

1536  Destruction du couvent pendant le siège de la ville par les troupes de Ferdinand Ier de Habsbourg ; mise à l'abri des objets liturgiques dans une forteresse appartenant à Georges Soós

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Şumuleu Ciuc / Csíksomlyó

1400  Autorisation pontificale de fonder un couvent franciscain dans ce lieu (Billich), parmi quatre localités

1441  Première mention de ce couvent, en tant que création de Jean de Hunyad, avec pour vocation d'encadrer les populations sicules et de servir de point de départ aux missions anti-hussites programmées en direction de la Moldavie

1448  Fin des travaux de construction de l'église

1462  Mathias Corvin confirme les privilèges reçus de Jean de Hunyad en 1442

1515  Le voïvode de Transylvanie Jean de Szapolya confirme les privlèges reçus de Mathias Corvin et de Jean de Hunyad

1535-1570  Mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, qui avait un confesseur (1535) et avait la charge des tertiaires de Braşov depuis 1531

1552-1553  Couvent incendié par les troupes du voïvode de Moldavie

1626  Après un demi-siècle de dépeuplement continu, le couvent accueille de nouveaux frères

 

Ce couvent, l'un des rares à avoir fonctionné sans discontinuité depuis le Moyen Âge, reste le lieu de pèlerinage des "Sicules", qui vénèrent en particulier la statue de Marie réalisée autour de 1520.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Szécsény (2)

1467  Transfert du couvent franciscain de Szécsény aux Observants sur décision du pape Paul II, à la demande du palatin Michel Ország

1468  Les frères observants s'y installent

1469  Décision de transfert annulée mais sans conséquences sur le transfert à cause des pressions exercée par Michel Ország

1477  Le chapitre vicarial se tient dans ce couvent

1492  Le transfert à l'Observance de ce couvent est confirmé par le pape Alexandre VI

1544  Mise en lieu sûr des objets liturgiques dans la forteresse voisine de Szécsény en prévision des attaques ottomanes ; suppression de la custodie de Szécsény

1552-1593  Occupation ottomane

1610  Retour des frères dans le couvent

C'est l'un des rares couvents de l'Observance franciscaine de Hongrie à avoir maintenu son existence pendant l'occupation ottomane.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Târgu Mureș / Márosvásárhely (2)

1444  Transfert du couvent franciscain de la ville aux Observants par décision du légat Jules Césarini, avec l'appui de Jean de Hunyad

1492  Confirmation par le pape de l'appartenance de ce couvent à la vicairie observante de Hongrie

1503  Première mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent (jusqu'en 1576)

1535  Le couvent devient le centre d'une nouvelle custodie du même nom (supprimée en 1537)

1556  Expulsion brutale des frères par les partisans protestants de Jean-Sigismond de Szapolya

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Teiuş / Tövis

v. 1444  Fondation du couvent par le gouverneur général du royaume Jean de Hunyad, peut-être en remerciement des victoires remportées sur les Ottomans en 1442 et 1443, avec pour vocation de convertir les populations orthodoxes environnantes au catholicisme

1449  Achèvement des travaux et consécration de l'église, d'après l'inscription qui figure sur l'église

1455  Séjour de Jean de Capistran au couvent autour de Noël ; il relance les missions de conversion des populations orthodoxes (roumaines et slaves) à la demande du gardien de ce couvent, Jean de Geszt

1456  Le patronage passe à la famille Pongrác de Dengeleg

v. 1501-1531  Soutien actif d'Ursule de Perény, épouse puis veuve (1526) de Mathias Pongrác (construction d'une chapelle intérieure, dons, fondation de la communauté de tertiaires)

1554  Fermeture du couvent pour raisons de sécurité, à l'exception d'un frère

1556  Fermeture de la communauté de tertiaires

1595  Retour éphémère des frères

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Visegrád

1425  (27 juin) Le pape Martin V accorde au roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg l'autorisation de fonder un couvent destiné à accueillir les Franciscains observants, probablement à partir d'une ancienne chapelle royale dédiée à Saint-Georges ; mais la construction est reportée

1473  Mathias Ier obtient du pape l'autorisation de construire un couvent pour les Franciscains observants à Visegrád

1490  À la mort du roi Mathias, le couvent est toujours inachevé

1511  Les frères obtiennent du vicaire de Hongrie Démétrius de Nyás l'autorisation de construire un clocher en utilisant les pierres d'une chapelle désaffectée située à proximité de leur couvent 

1513  Le chapitre de la vicairie de Hongrie se tient dans ce couvent

1514  Le chapitre extraordinaire chargé de préparer, sous la drection du vicaire de Hongrie, le chapitre général d'Assise se tient dans ce couvent

1516  Le couvent apparaît dans les listes internes parmi les établissements de la custodie d'Esztergom

av. 1540  Les objets liturgiques sont transférés en lieu sûr, à Fiľakovo / Fülek, en prévision du siège à venir de la ville

1540  Le couvent subit de graves dommages (pillage et réquisition des vivres) pendant le siège de la ville par les troupes de Ferdinand de Habsbourg

av. 1542  Fermeture du couvent, absent des listes internes

1544  Destruction du couvent lors de la prise de la ville par les Ottomans

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Voćin / Atyina

v.1490-1496  Fondation du couvent, dédié à la Vierge Marie, par Catherine d’Újlak, veuve de Jean (ou Ivan) de Korbava, qui avait reçu la localité du roi Mathias après l'extinction du lignage des Gara en 1479, et sa sœur Euphrosyne, veuve de Job de Gara ; les travaux de construction bénéficient du soutien du roi Wladislas II et de celui de Jean Corvin

1535  La communauté de tertiaires (béguines) rattachée à ce couvent, mentionnée pour la première fois mais probablement plus ancienne, se voit attribuer un confesseur

1535-1537  Abandon du couvent après la prise de Požega par les Ottomans

 

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-de-Neige de Szeged

v. 1480-1494  Fondation du couvent dans la ville basse, dans le quartier de Palánk, loin du vieux centre et de l'autre couvent franciscain, à partir d'un hôpital désaffecté dédié à saint Pierre (peut-être des Templiers), par les habitants avec l'aide du roi Mathias Ier

1495-1497  Long conflit avec les conventuels, qui contestent la légalité de la fondation, reconnue en 1495, 1497 puis 1502 mais à certaines conditions

1502  Un testament appelle les frères de ce couvent zoccolanti (en "sandales")

1503  Travaux de construction alors achevés, d'après une inscription dans l'église

1552  Massacre de 3 frères au cours de la reprise de la ville par les Ottomans ; les autres s’enfuient

1556  Retour des frères, avec l’autorisation du pouvoir ottoman

C'est l'un des rares couvents à avoir fonctionné presque sans interruption pendant et après la période ottomane.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-des-Anges d'Okoličné / Okolicsnó

1476  Fondation du couvent Sainte-Marie-des-Anges-ou-du-Paradis (sancta Maria de Angelis seu de Paradiso, comme à la Portioncule) – vocable probablement choisi par les représentants de l'Ordre – par le roi de Hongrie Mathias Ier, peut-être pour réconforter la population éprouvée par les destructions des troupes tchèques

1489  Le couvent, alors achevé, passe sous le patronage de Jean Corvin en même temps que la forteresse de Liptov / Liptó

v.1510-1512  Querelles internes au couvent, qui opposent le gardien aux frères

1516  Le couvent est mentionné parmi les couvents de la custodie de Sárospatak

1546  Le couvent passe dans la custodie de Szécsény au moment de la suppression de celle de Sárospatak

1571  Abandon du couvent, fortement endommagé ensuite par les protestants.

Retour des franciscains en 1697. Actuelle église Saint-Pierre-d'Alcantara.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-des-Douleurs de Skalica / Szakolca

1467  Fondation du couvent Vierge-des-Douleurs par les habitants de la ville, aidés de seigneurs des environs et du capitaine Jean de Tarca

1484  L'église est achevée

1536  Le couvent est évacué suite à une épidémie de peste

v. 1537  Les frères remettent les objets liturgiques à la municipalité et retardent leur retour en raison de la situation militaire

1563  Retour des frères dans le couvent

1565  Mention d'une école de théologie dans ce couvent

1567-1711 Le couvent devient le nouveau centre de la province salvatorienne pour raisons de sécurité

1782-1790  Fermeture du couvent suite à la dissolution ordonnée par Joseph II

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-Madeleine d'Ivanić

1508  Fondation de ce couvent à partir d'un ancien monastère de moniales cisterciennes dédié à sainte Marie-Madeleine par l'évêque de Zagreb Luc Baratin de Szeged, seigneur du lieu ; mentionné en 1516 comme appartenant à la custodie de Slavonie

1537  Dernière mention puis abandon du couvent face à l'avance ottomane, finalement transformé en fort

Couvent franciscain obs. Ste-Trinité de Coşeiu / Kusaly

1422-1423  Fondation du couvent par la famille baronniale des Jakcs de Kusaly à l'intention des Franciscains de la vicairie de Bosnie (autorisation pontificale de Martin V le 22 octobre 1422, puis confirmation de l'évêque de Transylvanie Georges de Pálóc le 2 septembre 1423) ; dédicace initiale au Saint-Esprit puis finalement à la Trinité

1450  Mention écrite du cimetière du couvent

1480  Indulgences pontificales en faveur des visiteurs de la nouvelle chapelle Saint-Bernardin érigée dans l'église du couvent

1501  Une communauté de tertiaires est mentionnée pour la première fois ; elle bénéficie d'un important legs en 1508 (Dorothée de Hédervár) et a sans doute perduré jusqu'au départ des frères en 1556

1552  Rattachement du couvent à la custodie d'Ineu après la suppression de la custodie de Baia Mare

1556  Abandon du couvent et transfert des objets liturgiques face aux menaces des protestants du parti de Jean-Sigismond de Szápolya, qui prend le dessus après la mort 

Couvent franciscain obs. Toussaints de Hlohovec / Galgóc

1465  Fondation du couvent par Nicolas d'Újlak, ancien voïvode de Transylvanie, à partir d'une chapelle préexistante dédiée à Tous les Saints, avec l'autorisation du pape (28 mai 1465) et la confirmation de l'archevêque d'Esztergom (18 décembre) ; il aurait joué une part active dans l'endiguement de l'hérésie hussite parmi les Slaves de la région

v. 1492  Laurent d'Újlak, fils du fondateur, fait agrandir le couvent ou son église

1524  La ville et le couvent passent aux Thurzó après le décès de Laurent d'Újlak

1543  Le nouveau patron étant luthérien (Élisabeth, fille d'Alexis Thurzó), le couvent commence à connaitre de graves difficultés de subsistance

1551  Soutien matériel ponctuel du roi Ferdinand Ier de Habsbourg

1576  Incendie volontaire du couvent et départ forcé des frères, sur ordre du fils d'Élisabeth Thurzó, Ádám Ungnad, luthérien

1604  Retour des Franciscains (jusqu'en 1786)

 

Couvent franciscain observant de Perecske

1415  Fondation du couvent à la limite de l'actuelle localité de Villány, en un lieu nommé Perecske (aujourd'hui Pölöcske), par le "chevalier et baron" Philippe de Kórógy, autorisée par le pape en janvier

1456  Séjour de Jean de Capistran prévu dans ce couvent en mai

1516  Mention de ce couvent parmi les couvents de la custodie d'Ilok

1526  Destruction du couvent par les Ottomans, suivie d'une restauration

1533-1535  Fermeture du couvent pour raison d'insécurité à cause des attaques ottomanes

 

Couvent franciscain Saint-André de Barczewo

v.1354  Fondation du couvent par l'évêque de Warmie

1364  Nouvelle fondation par l'évêque de Warmie Jean Stryprock, suite à la destruction du couvent par les Lituaniens

1491  Adoption par les Réforme martinienne, qui se traduit par la cession des biens fonciers du couvent à l'évêque, tout en en conservant l'usage

v.1550  Départ des frères à la diffusion de la Réforme

Couvent franciscain Saint-Étienne de Kloštar Podravski / Gorbonak

1292  Fondation du couvent par le seigneur de la forteresse, Bél, du lignage de Herény (selon la tradition de l'ordre, écrite en 1544 par le provincial Jean Terebezdi) ;  la forteresse et la localité avoisinante prennent ensuite son nom (Kloštar = couvent, cloître)

1295  Première mention écrite du couvent, qui abrite alors le chapitre provincial ; le vocable à saint Étienne protomartyr est rapporté par un testament de 1504

1552  Après l'incendie de la forteresse de Kloštar par les Ottomans, les frères abandonnent le couvent.

Localisation exacte inconnue.

Couvent franciscain Saint-François d'Óbuda

ca 1270-1316/1334  Fondation du couvent dans la partie de la ville appartenant à la collégiale Sainte-Marie/Saint-Pierre d'Óbuda, probablement par le roi de Hongrie, peut-être (sur un projet remontant au roi) Béla IV

1444  Suite au transfert à l'Observance des couvents de Buda et de Pest, ce couvent devient le centre de la province conventuelle de Hongrie ; il abrite de fréquents chapitres provinciaux (1462, 1465, 1497, 1523, 1525) et le provincial y séjourne régulièrement ; il exerce la tutelle sur les Clarisses installées par la reine Élisabeth Piast à partir de 1331 dans le quartier méridional de a ville, appartenant à la reine

1489  Échec des démarches, relancées par le roi Mathias Corvin, pour retirer la cure des Clarisses d'Óbuda aux frères de ce couvent

1526-1533  Après plusieurs vagues de destructions ottomanes, le couvent est abandonné et la cure des Clarisses est transférée au custode de Nitra

 

 

 

Couvent franciscain Saint-François d'Oradea / Nagyvárad

av.1298  Fondation du couvent Saint-François par l'évêque d'Oradea

v.1379  Le couvent, initialement rattaché à la custodie d'Eger, devient le centre d'une nouvelle custodie

1533  Un studium est attesté dans ce couvent.

1557  Les troupes du capitaine Thomas Varkus détruisent le couvent, dont les derniers murs s'écroulent en 1692.

Un couvent de Clarisses était placé sous la surveillance des frères de ce couvent, de même qu'une fraternité du tiers-ordre (béguines).

 

Couvent franciscain Saint-François de Pécs

av. 1260  Fondation du couvent franciscain de Pécs

1543  Destruction après la prise de la ville par les Ottomans

 

 

Couvent franciscain Saint-François de Székesfehérvár

v.1230-v.1260  Fondation du couvent franciscain de Székesfehérvár, probablement par le roi de Hongrie, à un emplacement inconnu ; le vocable à saint François est mentionné dans un testament de 1367

1303  Studium (puisqu'un lecteur en théologie y est mentionné)

déb. XIVe s. : scriptorium, où furent rédigées les célèbres "gloses/lignes d'Alba Iulia"  (Gyulafehérvári glosszák/sorok) comportant des passages traduits en hongrois (v. 1310)

1533  Première mention d'une communauté de tertiaires franciscaines ("béguines"), dont les frères ont la cure d'âmes (un confesseur des moniales est nommé en 1533)

1543  Destruction intégrale de l'église et du couvent. Les Franciscains s'établirent au XVIIIe siècle sur un emplacement différent (actuelle église Saint-Émeric).

 

Couvent franciscain Saint-François de Zagreb

v.1235  Fondation du couvent par l'évêque de Zagreb Étienne, du clan Hahót, non pas dans la partie de la ville sous juridiction royale fondée en 1242 (Grič ou Gradec, en latin civitas montis Grecensis), mais dans la ville capitulaire (Kaptol), au nord de la cathédrale

1427  Conflit avec le curé de la ville royale (église Saint-Marc) à propos de la quarte funéraire

1529  Incendie ravageant une grande partie de la ville capitulaire, notamment le couvent franciscain

1574   Conflit avec l'évêque de Zagreb, qui accuse les frères d'errance et de négligence 

1595  Le couvent est transformé en séminaire avant d'être rétrocédé aux Franciscains (marianistes) vers 1610

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain Saint-Jacques de Trnava / Nagyszombat

v. 1230  Fondation du couvent franciscain Saint-Jacques de Trnava, rattaché à la custodie d'Esztergom puis (1448) de Nitra ; il avait la charge du couvent de Clarisses dès 1238 ; 2 chapitres provinciaux s'y tinrent (1301, 1346)

1432  Dommages importants causés par les Hussites qui occupent la ville, moins importants toutefois que chez les Clarisses

1590  Destructions causées par le tremblement de terre

1786  Fermeture du couvent, reconstruit au XVIIe siècle

Couvent franciscain Saint-Jean d'Eisenstadt / Kismarton

1386  Fondation du couvent Saint-Jean-l'évangéliste (initialement dédié à saint Michel) par un membre du lignage des Kanizsa, seigneur du lieu, peut-être à l'initiative de l'archevêque d'Esztergom Jean de Kanizsa

1415  Première mention de ce couvent dans une bulle d'indulgences du pape Jean XXIII

v. 1420  Étienne de Kanizsa cède aux frères de ce couvent de nombreux biens fonciers et revenus à titre perpétuel

1490  Le roi Mathias Corvin demande au pape qu'une enquête soit faite sur la conduite des frères de ce couvent, en vue de leur transfert à l'Observance (interrompu par la mort du roi)

1529  Les frères quittent le couvent à l'annonce du siège de Vienne par les Ottomans ; son gardien n'apparaît pas dans les listes du chapitre provincial de 1533 ;  les biens fonciers du couvent sont gérés par le couvent de Sopron (selon un document de 1560)

Couvent franciscain Saint-Jean-Baptiste de Pyzdry

v. 1277  Fondation du couvent par le duc Boleslas le Pieux

1331  Destruction par les Teutoniques

1339  Reconstruction par le roi Casimir le Grand (?)

Couvent franciscain Saint-Jean-l'Év. de Buda (1)

v. 1250-1260  Fondation du couvent, probablement par le roi Béla IV

v. 1270  Première mention écrite de ce couvent dans le testament de Démétrius de Berki

1290 Mention d'une communauté de béguines rattachée à ce couvent

1313-1444 : Au moins 8 chapitres de la province franciscaine de Hongrie se sont tenus dans ce couvent avant 1444 (notamment en 1313, 1324, 1391, 1393, 1408, 1437)

avant 1382  Agrandissement possible des bâtiments conventuels sous Louis le Grand, qui achète une maison à Buda et la donne aux frères

1443-1444  Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l’Observance, transfert signifié par le légat le 20 février 1444 en application d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444

[1444-1541 : voir notice Couvent franciscain obs. Saint-Jean-l'Év. de Buda (2)]

Couvent franciscain Saint-Nicolas d'Arača / Aracs

av. 1378  Fondation du couvent par la reine Élisabeth (Piast) Łokietek, mère du roi de Hongrie Louis Ier, sur le site d'un ancien monastère bénédictin (dont l'église dédiée à saint Michel remonte à 1230 environ), désaffecté depuis son pillage et sa destruction vraisemblablement par les Coumans vers 1280

1380  Construction encore inachevée, d'après le testament de la fondatrice

1533  Dernière mention écrite du couvent

1536  Les bâtiments, en mauvais état, étaient vides

1551  Incendie des vestiges du couvent par les Ottomans

Couvent franciscain Saint-Nicolas de Košice / Kassa

1390  Fondation du couvent Saint-Nicolas, par un membre du lignage des Perény(i)

1402  Conflit avec le curé de la paroisse Sainte-Élisabeth à propos de la pastorale et du casuel

1489  Mention d'un établissement féminin du tiers ordre (?) (domus monialium), probablement rattaché à ce couvent

1531  Départ temporaire des frères suite à la propagation de la Réforme ; le recrutement se limite alors aux frères hongrois

1556  Les frères quittent définitivement le couvent suite à un incendie.

Couvent franciscain Saint-Nicolas de Slovenská Ľupča / Lipcse

v.1250-1263  Fondation du couvent par le roi Béla IV, seigneur de cette localité, couvent autour duquel se développa un second noyau de peuplement, après celui de la forteresse

v.1300-1325  Le nouveau seigneur, Doncs (ou Danch), fait reconstruire le couvent et le place sous le vocable de saint Nicolas – peut-être en ruines ou bien construit initialement en bois

1433  Destruction du couvent au cours des guerres hussites.

Couvent parfois confondu dans l'historiographie ancienne avec celui de Levoča, dont le nom latin (Lipcha) est assez proche de celui de cette bourgade.

Couvent franciscain Sainte-Claire de l'Île Marguerite

1266-1270  Fondation du couvent Sainte-Claire (canonisée en 1255) sur l'"Île aux LIèvres", terre royale, par le roi Béla IV et son fils et co-roi Étienne V (per illustres reges Ungarie fundatores, selon la charte de 1278)

1276-1288  L'ensemble de l'île "aux Lièvres", terre royale, ayant été cédé par le roi Ladislas IV (le 24 août 1276) aux moniales dominicaines, à l'exception du terrain et du jardin des couvents franciscain et prémontré présents sur l'île, cela entraîna un conflit avec le couvent franciscain Sainte-Claire, qui s'acheva par un accord entre le ministre provincial et le provincial dominicain de Hongrie, confirmé par le pape, sur les limites du couvent (super terminis ecclesie et claustri nostri) puis un second accord en 1288

1308  Réunion du chapitre de la province de Hongrie dans ce couvent

1444  Après le transfert à l'Observance des couvents franciscains de Buda et de Pest, c'est, avec celui d'Óbuda, le seul couvent franciscain conventuel de Buda et de ses environs 

1526-1529  Destructions causées par les campagnes turques

1541  Destruction totale

 

Couvent franciscain Sainte-Élisabeth de Győr

v. 1235 (?)   Fondation du couvent franciscain de Győr, l'un des plus anciens (sinon le plus ancien) du royaume de Hongrie, par l'évêque de Győr (?), avec le soutien du roi Béla IV

1288  Ce couvent est le centre d'une custodie

1360  Reconstruction partielle du couvent

1448  L'enquête demandée par le légat pontifical à l'archevêque d'Esztergom n'aboutit pas au transfert du couvent à l'Observance

1455  Jean de Hunyad réunit l'assemblée du royaume dans ce couvent

1490  La demande du roi Mathias Corvin de transférer ce couvent à l'Observance, de même que pour d'autres couvents, reste sans suite

1594  Dispersion des frères et destruction du couvent par les Ottomans, après le siège de la ville

Couvent franciscain Sainte-Élisabeth de Sibiu / Nagyszeben

1300  Première mention écrite du couvent Sainte-Élisabeth de Hongrie, encore inachevé, peut-être fondé par la municipalité et initialement peuplé de frères venus de Rhénanie

1302  Vols commis par l'ispan de Sigishoara dans ce couvent comme dans le couvent dominicain, d'après les plaintes de leur supérieur

1432, 1441  Dégâts causés par les incursions ottomanes

1529-1531  Expulsion momentanée des frères, accusés de soutenir Jean de Szapolya

1556  Expulsion défnitive des frères

Couvent franciscain Sainte-Marie d'Eger

1239 (?)  Fondation du couvent d’Eger par l’évêque de la ville, Kilit, selon la tradition rapportée au XVIe siècle

1300  L’église de ce couvent est mentionnée comme lieu de pèlerinage (en l'occurrence, judiciaire)

1489-1490  Le roi Mathias Corvin s'étant plaint du relâchement de la discipline dans ce couvent, le pape ordonna aux frères de s'amender en mars 1490

1552  Au moment du siège d'Eger, occupation du couvent par les Ottomans, qui y entreposaient leurs canons, puis destruction du couvent et de l'église. 

Le site du couvent a été réutilisé ensuite par les Servites.

Couvent franciscain Sainte-Marie d'Esztergom (1)

av. 1235  Fondation du couvent franciscain d'Esztergom, l'un des plus anciens de la province de Hongrie, peut-être par le roi Béla IV

v. 1260  Reconstruction du couvent et de l'église à l'initiative du roi Béla IV, qui s'y fit ensevelir, de même que son fils Béla et son épouse Marie Laskaris

av. 1300  Ce couvent devient le siège de la custodie d'Esztergom

1448  Transfert du couvent à l'Observance

Entièrement détruit pendant l'occupation ottomane.

Couvent franciscain Sainte-Marie d'Ilok / Újlak (1)

av. 1300  Fondation du couvent franciscain d'Ilok  par le seigneur du lieu, identifié par la tradition comme étant Ugrin, fils de Posa d'Ilok / Újlak, du clan des Csák

1343  Plaintes des Ermites augustiniens de la ville à l'encontre des Franciscains pour non-respect de la distance devant séparer leur couvent de toute nouvelle église, couvent, ou oratoire

1364  La localité et le couvent changent de seigneur et de patron

1451  Ordre de transfert du couvent à l'Observance, donné par le pape Nicolas V (5 mai) après enquête confiée à l'archevêque d'Esztergom (22 décembre) à la demande du seigneur du lieu, le voïvode Nicolas d'Ilok / Újlak, après avoir constaté les "scandales" et la "vie dissolue" des frères qui l'occupent

Couvent franciscain Sainte-Marie d'Olomouc

v. 1240-1250  Fondation du couvent par un membre du lignage de Šternberk, peut-être Albert

après 1520  Déclin causé par la propagation du luthéranisme

1567  Départ définitif des frères mineurs.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Bač / Bács

ap.1250   Fondation de ce couvent, à partir d'une ancienne commanderie de Templiers (?) par l'archevêque de Kalocsa (et Bač) dans la seconde moitié du XIIIe siècle

1316  Première mention écrite de ce couvent

1379  Ce couvent rattaché initialement à la custodie de Syrmie devient le centre d'une nouvelle custodie de la province franciscaine de Hongrie

Couvent franciscain Sainte-Marie de Beregove / Beregszász

1377  Fondation par la reine-mère de Hongrie Élisabeth Łokietek

1380  Construction encore en cours à la date du testament de la fondatrice (6 avril 1380)

1533  Couvent mentionné dans l’inventaire de 1533 comme appartenant à la custodie d’Oradea Mare / Nagyvárad

1543  Le roi Ferdinand Ier de Habsbourg interdit au capitaine de Mukacheve / Munkács de transformer le couvent en élément de fortification, à la demande des frères

1553  Fermeture du couvent après l’expulsion des frères par les protestants, après le meurtre d’un prédicateur luthérien

1567  Mise en gage du couvent et de ses biens, qui voue à l'échec tout projet de réouverture, malgré la reprise de la forteresse de Mukacheve par les troupes du roi Ferdinand Ier sur celles du prince de Transylvanie Jean-Sigismond.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Bistriţa / Beszterce

1268  Première mention, indirecte, des frères de ce couvent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Braniewo

v.1296  Fondation du couvent par l'évêque de Warmie, dont la principauté dépendait de l'État teutonique

1300  Destruction du couvent, d'où déplacement sur une autre parcelle

v.1330  Installation des frères à un autre emplacement (3e implantation)

1466  Rattachement de la ville (et du couvent) au royaume de Pologne

v.1550  Départ des frères suite à la propagation de la Réforme puis installation des Jésuites

 

Couvent franciscain Sainte-Marie de Debrecen

1322-1340  Fondation du couvent par le seigneur de cette partie de la ville, Jacques « fils de Pierre » (Péterfia)

1448  Sur demande de Jean de Hunyad,  nouveau seigneur de la ville, ordre du légat Jean Carvajal de transférer le couvent aux Observants (25 juin 1448) ;  mais le couvent reste aux Conventuels

1466  Seconde tentative de transfert aux Observants à la demande de la reine-mère Élisabeth de Szilágy, veuve de Jean de Hunyad et mère du roi Mathias Corvin ; mais l’enquête confiée par le pape à l’évêque d’Oradea / Nagyvárad

1468  La demande de transfert à l'Observance est déboutée (seul le couvent de Szécsény passe à l'Obervance)

1489  Le roi Mathias Ier demande à nouveau le transfert de ce couvent à l'Observance

1490 (1er mars)  Le pape ordonne à son nonce l’évêque d’Orte de contraindre les frères de Debrecen à mener une vie plus conforme à la règle

1490 (6 avril)  Interruption du processus en raison de la mort du roi Mathias

1533  Première mention d’une fraternité de tertiaires franciscaines

1552-1553  Fermeture du couvent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Jihlava

v.1240-v.1250  Fondation du couvent franciscain de Jihlava, peut-être par le roi de Bohême Wenceslas Ier

1257  Premières mendion écrite du couvent

1353  Incendie du couvent

1402 (19 janvier)  Les frères donnent l'alerte en apercevant des pillards approcher de la ville de nuit, ce qui permet de sauver la ville

années 1420   Effondrement du nombre de frères vivant dans le couvent à cause des guerres hussites

1523  Incendie du couvent

1950  Fermeture du couvent ; nouvelle communauté dans les années 1990

Couvent franciscain Sainte-Marie de Keszthely

1368  Arrivée des Franciscains à Keszthely, avec pour projet de s'installer près de la chapelle Saint-Laurent, en périphérie ; mais l'opposition du curé de la ville nommé André les contraint à renoncer

1386 (?)  Fondation du couvent par le baron Étienne (II) Lackfi de Csáktornya, voïvode de Transyvlanie puis palatin de Hongrie, qui possédait des domaines dans la région depuis les années 1360

1532   Le gardien confie les objets précieux du couvent à la famille Pethő de Gercse

1554  Fuite des frères et incorporation de l'église et des bâtiments conventuels aux fortifications.

Reconstruction complète en 1723.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Koprivnica / Kapronca

1292  Fondation du couvent par le ban de Slavonie Henri (III) de Kőszeg

1341  Ce couvent accueille le chapitre de la province franciscaine de Hongrie

1552  Abandon du couvent suite à l'occupation ottomane, avant un retour éphémère des Frères mineurs en 1607.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Muraszemenye

1248  Autorisation de fondation du couvent accordée par le ministre provincial de Hongrie à Michel Bánffy, membre du lignage des Bánffy de Lendva et comte-ispan de Varaždin, seigneur du lieu, dans ce village – dont c'est la plus ancienne mention écrite et qui devint ensuite une bourgade – à condition de lui fournir des vivres et l'argent nécessaire à son entretien

1316-1336  Ce couvent figure dans la liste des couvents de la custodie de Pécs

1355  Nicolas, ban de Croatie-Slavonie et descendant du fondateur, fait agrandir le couvent et le dote de biens et revenus fonciers

1533  Dernière mention écrite du couvent

v. 1545  Expulsion des frères par les protestants

Couvent franciscain Sainte-Marie de Nagykanizsa

1423  Fondation du couvent par Nicolas de Kanizsa, ispan de Sopron, grand trésorier et neveu de l'archevêque d'Esztergom Jean de Kanizsa

1541  Fermeture définitive du couvent.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Nitra / Nyitra

av. 1248  Fondation du couvent

1271  Incendie de la ville (et du couvent) suite à une attaque d'Ottokar II de Bohême

1441  Attaque du couvent par les troupes de Jean Forgách, pour des raisons politiques.

1448  Le transfert à l'Observance du couvent d'Esztergom fait de ce couvent le centre de l'ancienne custodie d'Esztergom

1552  Fuite des frères à Bratislava

1573  Destruction du couvent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Sárospatak (1)

av. 1261  Fondation du couvent, sans doute par le roi Béla IV, à un emplacement exact inconnu jusqu'aux fouilles des années 1970

1385  Première mention du couvent de Clarisses Sainte-Anne placé sous la garde des frères de ce couvent

1448  Transfert à l'Observance (appliqué le 25 juin) à la demande de Ladislas de Pálóc, grand juge royal et patronus du couvent, avec ses frères Simon et Jean

Couvent franciscain Sainte-Marie de Satu Mare / Szatmár

av. 1285 (?)  Fondation de ce couvent, mentionné parmi les couvents de la custodie d'Eger (1316/1334) puis dans celle d'Oradea Mare (1380), à un emplacement inconnu

1448  Suite aux accusations contre les frères (les mêmes qu’à Debrecen et Esztergom), un ordre de transfert à l'Observance est donné ; mais l'occupation de la ville par le despote Georges Branković empêche son application

1556  Destruction pendant la guerre civile opposant partisans et ennemis de Ferdinand Ier de Habsbourg, notamment pendant la reprise en force de la ville par les Báthory de Somlyó, ennemis de Ferdinand ; après quoi la ville passe sous la direction de Menyhért Balassa, luthérien, empêchant ainsi le retour des frères.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Segesd

v.1290-1295  Fondation du couvent, vraisemblablement par la reine Fennena, épouse d'André III, dans ce qui était un lieu de résidence réginal à l'origine

1555  Fuite des frères devant l'avance ottomane ; leur couvent fut transformé ensuite en forteresse par les Ottomans

Couvent franciscain Sainte-Marie de Sopron

1278  Première mention du couvent, sans doute fondé dans les années 1250 par la famille Geissel-Jekel, d'origine allemande

1340, 1344  Deux chapitres provinciaux se tiennent dans ce couvent (pourtant excentré)

1356, 1388  Conflits entre les frères et le curé de Saint-Michel

1490  Échec du projet de transfert de ce couvent à l'Observance à la demande de Mathias Corvin

1524  Le prédicateur et le kirchvater du couvent sont accusés de propager les idées luthériennes

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Szécsény (1)

1332-1334  Fondation du couvent par Thomas (du clan Kacsics) de Szécsény, voïvode de Transylvanie et seigneur du lieu, avec le soutien du roi Charles-Robert d'Anjou

1452  Jean de Hunyad aurait fêté Noël dans l'église de ce couvent

1465  Extinction du lignage des fondateurs ; la localité et le couvent passent à Michel Ország de Gút (Guthi) et à ses héritiers

1458-1560  Dommages causés par les hussites

1467-1468  Transfert à l'Observance, contesté par les supérieurs de la province auprès deu pape mais imposé par le patronus Michel Ország

Couvent franciscain Sainte-Marie de Târgu Mureș / Marosvásárhely (1)

v.1305  Construction de la première église et de deux bâtiments en bois pour les Frères mineurs installés dans cette petite ville de marché éloignée des plus importantes villes de Transylvanie

1316 (ou 1334, selon la datation adoptée)  Première mention écrite du couvent franciscain de Târgu Mureș dans les listes de l'ordre

v.1390-1400  Travaux importants : construction à proximité du premier site de la seconde église (actuelle église calviniste) et de l'aile nord du complexe monastique

1400  Mention de la fête de l'Annonciation dans les indulgences pontificales, ce qui laisse penser qu'elle portait le vocable complet de Notre-Dame de l'Annonciation

1444  Transfert du couvent à l'Observance, à l'initiative de Jean de Hunyad (ce qui ne laisse subsister en Transylvanie que trois couvents franciscains conventuels : Bistrița, Sibiu et Orăștie)

 

Couvent franciscain Sainte-Marie de Toruń

1239  Fondation du couvent dans la Vieille Ville de Toruń par le maître de l'Ordre teutonique Poppo von Ostern

1466  Rattachement de la ville à la Pologne

1491  Adoption de la réforme martinienne

v.1550  Fermeture du couvent dans le contexte de diffusion de la Réforme

Couvent franciscain Sainte-Marie de Virovitica / Verőce

v. 1250  Fondation du couvent par l'épouse du roi Béla IV, Marie Laskaris, dans cette bourgade qui formait le centre d'un domaine appartenant à la reine

1508 (1518 selon J. Karácsonyi)  Les biens du couvent sont mis en vente au nom de la pauvreté imposée par la règle franciscaine

1533  Première mention de la communauté de tertiaires (béguinage) affiliée à ce couvent

1552  Destruction de l'église et du couvent par les Ottomans

Couvent franciscain Sainte-Marie de Vranov nad Topľou / Varannó

av. 1413  Fondation du couvent par un membre du lignage des Rozgony, gratifié d'indulgences en décembre 1413

v. 1550  Fermeture du couvent après le passage au protestantisme du seigneur local

Couvent franciscain Sainte-Marie de Znojmo

1239  Première mention écrite du couvent franciscain de Znojmo, peut-être fondé dès le milieu des années 1220, par le roi de Bohême Ottokar I, ou son fils et successeur Wenceslas I

v. 1271  Fondation du couvent de Clarisses voisin, qui était rattaché à ce couvent

1279-1296  Inhumation du roi Ottokar II dans l'église de ce couvent

1469-1470  Fondation d'un couvent franciscain observant hors les murs de la ville

1494  Incendie qui endommage fortement l'église

1534  Les Franciscains de l'Observance s'installent dans le couvent Sainte-Marie

 

 

Couvent franciscain Sainte-Trinité de Gdańsk

1419-1420  Fondation du couvent par les habitants de la ville, confirmée en 1422 par le grand-maître de l'Ordre teutonique

1431  Accroissement de la dotation initiale

1481-v.1520  Construction de l'église Sainte-Trinité, qui prend la suite de l'ancienne église, dédiée à la Cène

1491  Réforme martinienne

1525-1526  Pillages et destructions au moment de la diffusion de la Réforme

1555  Abandon du couvent par les frères, qui le remettent à la municipalité

 

 

Couvent franciscain St-Antoine-de-Padoue de Szombathely

v. 1360  Couvent fondé, selon la tradition, par l'évêque de Győr et seigneur de la ville Coloman ; il était dédié à saint Antoine de Padoue

1527-1550  Fermeture du couvent suite à l'hostilité des nouveaux seigneurs (Paul et Pierre Bakyth puis François Révay).

Rénovation de l'église et du couvent en 1634 (placés alors sous le vocable de sainte Élisabeth de Hongrie). 

Couvent franciscain St-Jean-Baptiste de Brno

v. 1230-1232  Fondation du couvent par le roi de Bohême (Wenceslas Ier) ou bien par un aristocrate (peut-être Jean Velen, ancêtre de la lignée des seigneurs de Boskovice, ou Přibyslav de Křižanov)

1257  Consécration de l'église Saint-Jean-Baptiste

1262  Incendie

1285  Reconstruction de l'église et du couvent à l'initiative du roi de Bohême Wenceslas II

1306  Reconstruction après l'incendie de la ville, à l'impulsion du duc d'Opava Nicolas

1495  La peste emporte 24 frères de ce couvent

après 1550  Le couvent, vidé de ses occupants par la propagation du luthéranisme, n'abrite plus que le supérieur

Couvent fermé en 1950 puis rouvert en 1990.

Couvent franciscain St-Jean-Baptiste de Varaždin / Varasd

fin du XIIIe s. (?)  Fondation du couvent, probablement par le roi de Hongrie Béla IV

1510-1526  Le capitaine de la forteresse, Georges de Brandebourg, luthérien, confisque les biens du couvent (récupérés seulement après 1584)

1630-1650 env.  Reconstruction du couvent et de l'église Saint-Jean-Baptiste

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain St-Jean-et-Ste-Marie de Bratislava / Pozsony

v.1250-1270  Fondation du couvent, sous le vocable de saint Jean l'Évangéliste

1271, 1273  Destructions causées par les campagnes d'Ottokar II de Bohême, suivies d'une reconstruction par le roi Ladislas IV

1297 (25 mars) Consécration en grande pompe par l'archevêque d'Esztergom de la nouvelle église du couvent, dédiée à la Vierge de l'Annonciation, en remplacement de l'ancienne église, la chapelle Saint-Jean

1297-1782  Le couvent a la cure du couvent de Clarisses de la ville (Sainte-Marie-Madeleine), ce qui occasionne de nombreuses interventions de leur part pour défendre les biens des soeurs

1327  Chapitre provincial dans ce couvent (le seul jusqu'en 1544)

1439  Incendie

v.1450-1455  Importants travaux de reconstruction et d'agrandissement

1480 Incendie

1490  La demande de transfert à l'Observance effectuée par le roi Mathias Corvin est interrompue par sa mort

1526  L'occupation par les Ottomans du centre de la Hongrie fait de ce couvent le refuge de nombreux frères venus de Hongrie intérieure, ainsi que le lieu de dépôt de ce qu'ls ont pu sauver de leurs archives (certaines s'y trouvent encore) ; c'est dans le réfectoire du couvent que Ferdinand de Habsbourg est acclamé roi le 17 décembre

1529  Les frères s'enfuient en lieu sûr face aux Ottomans en marche sur Vienne ; la ville tente de transformer l'église en paroisse mais le roi Ferdinand ordonna sa restitution aux frères

1541  La ville étant devenue la capitale de la Hongrie royale, de nombreux assemblées se tiennent dans ce couvent ; tous les chapitres de la province marianiste de Hongrie s'y réunissent de 1544 jusque vers 1650

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain St-Ladislas-et-Ste-Marie de Levoča / Lőcse

v. 1310  Fondation du couvent, attribuée selon certains auteurs au comte-ispan Ladislas Dank

1533  Dernière mention écrite du couvent, lorsqu'un bandit se réfugie dans l'église, se confesse au gardien, lequel le remet aux autorités civiles après avoir appris la gravité de ses fautes

1540  Destruction du couvent

Couvent franciscain St-Louis-de-Toulouse de Lipova / Lippa

1325  Fondation du couvent par le roi angevin de Hongrie Charles Ier, qui le dédicaça à son oncle Louis, évêque de Toulouse, frère mineur et récemment canonisé (1317)

1349  La reine-mère Élisabeth de Pologne acheva la construction du couvent (d'après la bulle d'indulgences de 1349, qui lui attribue sa construction)

1448  Ce couvent est mentionné dans la liste de 4 couvents devant faire l'objet d'une enquête et, si les accusations de "vie dissolue" sont fondées, passer à l'Observance, sur ordre du légat Jean Carvajal, à la demande du gouverneur Jean de Hunyad et des représentants du royaume ; résultats inconnus mais le couvent Saint-Louis continue d'apparaître sur les listes "conventuelles" par la suite

1531  Une maison de béguines dédiée à Sainte-Élisabeth était rattachée à ce couvent

1533  Le chapitre provincial affecta un chantre et un organiste à ce couvent

1551 Tortures infligées aux frères par les soldats ottomans du bey Oulama, sur dénonciation d'habitants luthériens

1552  Fermeture du couvent après l'occupation de la ville par les Ottomans.

 L'église et le couvent sont aujourd'hui détruits. Seules des caves (inventoriées mais non retrouvées) auraient subsisté.

Couvent franciscain St-Pierre-Martyr de Pest (1)

1253-1260  Fondation du couvent, probablement par le roi Béla IV

1444  Transfert du couvent à l'Observance sur ordre du légat Jules Cesarini, confirmé en 1492

Couvent franciscain Sts-Jacques-et-Nicolas de Chełmno

v. 1255  Fondation du couvent à proxomité d'une des portes de l'enceinte urbaine (qui prit le nom du couvent) et non loin de la place de marché

1466  Rattachement de la ville et du couvent au royaume de Pologne

1539  La propagation de la Réforme contraint les frères à quitter le couvent pour plusieurs décennies