Type de localité

Affichage de 1 à 37 sur 37 notice(s)
Couvent(s) Résumé(s)
Couvent augustinien Saint-Thomas de Brno

1350 (2 février)  Fondation officielle du couvent Saint-Thomas, à proximité d'une porte de la ville, par le margrave de Moravie Jean-Henri de Luxembourg, frère du roi de Bohême et empereur Charles IV

1428  Dommages causés lors de l’attaque de Brno par le hejtman Velka Koudelka de Březnice

1467-1470   Reconstruction  du couvent à l’instigation du roi Georges de Poděbrady

1500  Incendie

Le couvent a été transféré en un autre lieu de la ville en 1783.

Couvent carmélitain Sainte-Marie de Gdańsk

Vers 1380-1390  Fondation du couvent, vraisemblablement par le grand maître de l'Ordre teutonique, hors de l'enceinte urbaine, dédié à Notre-Dame

1400-1422  Achèvement des travaux de construction de l'église (originelle) et du couvent

1433  Dégâts importants causés par les hussites

1464  Le couvent est transplanté intra muros, auprès de la chapelle Saint-Georges, cédée par la municipalité

1525  La diffusion de la Réforme entraîne des dégradations

1823  Fermeture du couvent.

La ville accueillit à nouveau des frères de l'Ordre du Mont-Carmel à partir de 1947 mais l'église et le vocable actuels (Sainte-Catherine) ne sont pas ceux d'origine.

Couvent carmélitain Sainte-Marie de Prague

1347  Fondation du couvent de Carmes dans la Nouvelle Ville de Prague par le roi-empereur Charles IV de Bohême, sur un terrain donné par celui-ci et situé dans la Ville Nouvelle, près de la Porte Saint-Gall, d'un cimetière et du "jardin des Juifs"

1412, 1419  Attaques des hussites puis occupation du couvent, avec séquestration des frères

1435  Retour de quelques frères dans le couvent

1484  Départ des frères suite à une émeute

1496  Retour de 13 frères et du prieur

1542  Des intempéries causent de graves dégâts dans l'église

1543  Départ des frères, à l'exception du prieur, qui reste jusqu'en 1566 environ

Les Carmes reviennent à Prague en 1627 mais s'installent sur un site différent.

Couvent dominicain Saint-Adalbert d'Opole

v. 1285  Fondation du couvent dominicain Saint-Adalbert par le duc d'Opole Boleslas Ier près de l’église Notre-Dame

v. 1295  Perte des droits paroissiaux et transferts des biens du couvent à la collégiale Sainte-Croix d’Opole.

v. 1520  La propagation de la Réforme vide peu à peu le couvent de ses hôtes

v. 1530  Alors qu’il ne reste qu’un frère dans l'établissement, la municipalité saisit l’église et les bâtiments conventuels.

Couvent dominicain Saint-Jacques de Racibórz

v. 1240  Arrivée de Frères prêcheurs dans la ville

1258  Fondation et consécration de l'église dominicaine Saint-Jacques

1297-1304  Pérégrin d'Opole, frère dans ce couvent puis prieur de l'établissement (1303), y rédige ses célèbres sermons

1546  Incendie

Couvent dominicain Saint-Jacques de Sandomierz

1226  Fondation du couvent Saint-Jacques par l'évêque de Cracovie Iwo Odrowąż (parent du dominicain Hyacinthe / Jacek Odrowąż, canonisé) en dehors de la nouvelle ville (construite en 1289)

1260  Violente incursion tatare qui cause la mort du prieur, Sadok, et de 48 frères, selon des récits tardifs

v. 1286  Lors de la reconstruction de la ville, le duc de Sandomierz Lesco le Noir offre aux frères un nouveau terrain dans la ville close, où ils construisent l'église Sainte-Marie-Madeleine

1458-1543  Les deux couvents dominicains Sainte-Marie-Madeleine et Saint-Jacques fonctionnent de manière indépendante

Couvent dominicain Saint-Michel de Brno

1228-1239  Fondation du couvent par Přemysl, margrave de Moravie et frère du roi de Bohême Wenceslas Ier

v. 1240  Fondation du couvent des soeurs dominicaines Notre-Dame de Herburk / Herburg, à Brno, dont la charge spirituelle est confiée aux frères de ce couvent, ce qui ne semble pas être le cas de l'autre couvent féminin de religieuses dominicaines, Saint-Anne, fondé au début du XIVe siècle au sud de la colline du Špilberk

1243  Ce couvent accueille le chapitre provincial dominicain de Bohême et Pologne

 

La diète de Moravie siégeait habituellement dans le réfectoire de ce couvent.

Couvent dominicain Saint-Nicolas de Gdańsk

1227 Fondation du couvent Saint-Nicolas par le duc de Poméranie Svatopluk (Świȩtopełk) II le Grand
1280 Dons importants
1308-1309 La ville et le couvent passent sous domination teutonique
1454 La ville redevient polonaise
1525 Adoption de la Réforme par les habitants de la ville et transfert des bâtiments et des biens du couvent à la municipalité de Gdańsk

Couvent dominicain Saint-Nicolas de Toruń

1263  Fondation du couvent par le grand maître de l'Ordre teutonique Anno von Sangershausen

v.1266  Dommages causés par un raid des Prussiens

1351  Incendie

1424  Incendie

1466  Rattachement de la ville et du couvent au royaume de Pologne

Couvent dominicain Saint-Wenceslas d'Opava

1291 (1er septembre)  Fondation du couvent dominicain Saint-Wenceslas à Opava, dans le duché du même nom, en Moravie, par le duc Nicolas Ier 

1321  Le couvent accueille le chapitre de la province dominicaine de Bohême

v. 1336  Consécration de l'église du couvent

1461  Un incendie ravage le couvent

1490  Deuxième incendie

 

Couvent dominicain Saint-Wenceslas de Cheb

1294-1296  Fondation du couvent dominicain Saint-Wenceslas par Thierry de Nassau, avec l'accord de son frère Adolphe, roi des Romains, et avec celui du roi de Bohême Wenceslas II

v. 1300-v.1325  Achèvement des travaux initiaux du complexe conventuel

1387  Travaux d'agrandissement

1422  Construction de la chapelle Saint-Léonard

Couvent dominicain Sainte-Croix de Świdnica

1291 (22 juillet)  Fondation du couvent dominicain Sainte-Croix par le duc de Świdnica et de Jawor Bolko (I) dit le Sévère (ou le Cruel), d'après les Annales murales du couvent

1311  Le couvent est transféré à l'intérieur de l'enceinte urbaine, ce qui est confirmé en 1335 (25 janvier) puis en 1365 (5 janvier)

v.1330-v.1340  Jean de Swenkenfeld, lecteur du couvent, juge de l'Inquisition pour les diocèses de Wrocław et de Lubusz, conduit un procès concernant une vingtaine de béguines jugées pour hérésie, dans le réfectoire de ce couvent

1810  Fermeture du couvent

Couvent dominicain Sainte-Marie d'Elbląg

1238  Fondation du couvent par Hermann Balk, précepteur de l'Ordre teutonique

1277  Le couvent accueille le chapitre provincial

1466  Rattachement de la ville au royaume de Pologne

1504  Incendie de l'église et du couvent, reconstruits environ dix ans plus tard

1542  Les biens du couvent sont transférés à la municipalité par les deux derniers frères du couvent.

Couvent dominicain Sainte-Trinité de Cracovie

1222  Arrivée des Dominicains à Cracovie, accueillis par l'évêque de la ville, Iwo Odrowąż

1223  Consécration de l'église du couvent Sainte-Trinité, sur le site d'une ancienne église paroissiale

1241  Destruction du couvent par les Tatars suivie d'une phase de reconstruction

1462  Incendie puis reconstruction de l'église et des bâtiments conventuels

Le couvent est toujours en activité.

Couvent dominicain Saints-Pierre-et-Paul de Chełmno

v.1230-1240  Fondation du couvent dans une ville germanophone, principalement marchande, sous domination teutonique et intégrée à la Hanse, dans des circonstances mal connues ; la tradition dominicaine attribue un rôle important à (saint) Hyacinthe (en polonais Jacek Odrowąż), frère prêcheur polonais mort en 1257 et crédité de nombreuses fondations dominicaines en Bohême et en Pologne ; mais lien aussi avec l'évêché, Henri (Heidenrik) étant simultanément provincial de Pologne (1238-1240) et premier évêque de Chełmno (1243-1263)

1466   Le couvent est rattaché, comme la ville, au royaume de Pologne

Couvent dominicain Ste-Marie-Madeleine de Sandomierz

v. 1286  Le duc de Sandomierz Lesco le Noir offre aux Dominicains, déjà présents dans la ville au couvent Saint-Jacques, un terrain dans la ville close, où ils contruisent l'église Sainte-Marie-Madeleine

1458-1543  Le couvent fonctionne de façon autonome par rapport au couvent Saint-Jacques

 

Couvent franciscain obs. Saint-Esprit d'Oradea Mare / Nagyvárad

v. 1490  Fondation de ce couvent par l'ordre, avec l'accord probable de l'évêque, alors qu'il existait déjà un couvent franciscain dans la ville (conventuel), dans un emplacement inconnu mais situé hors les murs, sans doute à l'ouest de la forteresse

v. 1510  Conflits avec le clergé paroissial

1514  Le gardien de ce couvent est chargé de prêcher la croisade contre les Ottomans dans toute la moitié orientale du royaume, au-delà de la Tisza

1529  Une école de théologie fonctionne dans ce couvent

1535  Un studium generale fonctionne dans ce couvent ; le plus peuplé de la province de Hongrie à cette date ; il accueille par ailleurs 7 fois le chapitre provincial depuis 1531 et jusqu'en 1552

1556  Les objets liturgiques du couvent sont confiés à la famille Bajon

1558  Dernière nomination d'un gardien dans ce couvent

1559-1560  Abandon du couvent face aux agressions répétées de l'ispan de BIhar et du capitaine d'Oradea

Couvent franciscain obs. Sainte-Marie de Sárospatak (2)

1448 (25 juin)  Le légat Jean Carvajal donne l'ordre aux frères du couvent Sainte-Marie de quitter leur couvent pour laisser la place aux Observants à la demande de la famille Páloc

1471  Le chapitre vicarial se tient dans ce couvent

1487-1493  Première mention de la communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, fondée par Dorothée de Rozgony

1492  Le pape Alexandre VI confirme l'affiliation de ce couvent à l'Observance ; première mention de la custodie de Sárospatak

1526  Les Perény deviennent les patrons du couvent

1537  Le patron transfère les Clarisses dans la maison des tertiaires, transformée ensuite en école en 1548 

v. 1537, 1541-1542  Pillage du couvent par les hommes du patron, Pierre de Perény, protestant

1546  Dernière nomination d'un gardien dans ce couvent mais suppression de la custodie de Sárospatak

1546-1548  Fermeture du couvent suite aux pressions des habitants protestants

après 1548  Le patron, Gábor Perényi, fait démolir le couvent

1556  Les Clarisses quittent la ville en 1556 et s'installent à Nagyszombat

 

Couvent franciscain obs. St-Jean de Buda (2)

[v. 1250-1443 : voir notice Couvent franciscain Saint-Jean l'Év. de Buda 1]

1443-1444  Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères du couvent franciscain Saint-Jean-l'Évangéliste de Buda à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l'Observance, transfert signifié par le même légat le 20 février 1444, en vertu d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444, puis confirmée par en 1448

1448  Confirmation par le légat Jean Carvajal  du transfert à l'Observance de ce couvent, à qui est confiée la tutelle sur la communauté de tertiaires voisine

1455  Jean de Capistran effectue un bref séjour dans ce couvent

1473-1539  Onze chapitres provinciaux se tiennent dans ce couvent (1473, 1483, 1487, 1489, 1501, 1503, 1505, 1515, 1520, 1523, 1539) ; il fait figure de centre de la province :  c'est là que réside habituellement le vicaire puis ministre provincial de Hongrie, les archives provinciales y sont conservées, il abrite un studium generale (où enseigna Pelbart de Temesvár)

1520  Le couvent reçoit la visite du ministre général François Licchetti

1526  L'entrée des Ottomans à Buda provoque la mort de 8 frères (le 10 septembre) puis le départ de la communauté, qui ne revient dans ses murs qu'après le départ du sultan

1529  Les Ottomans massacrent 9 frères

1541  Les frères quittent le couvent après la prise de Buda par les Ottomans ; ceux-ci transforment l'église en mosquée et annexent les bâtiments conventuels au palais du pacha de Buda

Couvent franciscain obs. St-Jean-Baptiste de Braşov / Brassó

1507  La fondation de ce couvent est annoncée par le vicaire de Hongrie Oswald de Laskó

1507-1519 env. : Le curé de la ville entame une action en justice contre les frères, ce qui ouvre un long procès, possiblement motivé par des raisons matérielles mais aussi par des tensions interethniques entre habitants germanophones et hungarophones, qui se greffent après 1526 sur des oppositions politiques (entre partisans ou détracteurs de Ferdinand de Habsbourg et de Jean de Szapolya)

1520  Le palatin et voïvode Étienne [II] Báthory ordonne au conseil de ville de ne pas retirer aux frères le terrain sur lequel a été construit leur couvent et leur église

1529  Plusieurs frères sont victimes des Ottomans, ce qui conduit le chapitre provincial à envoyer d'autres frères dans ce couvent

1530  Après la défaite de Ferdinand de Habsbourg à la Feldioara / Földvár en 1529, l'occupation de la ville par les armées de la coalition hungaro-turco-moldave dirigée par Jean de Szapolya met en péril la survie des frères

1531  Le couvent n'est plus mentionné dans les listes de la province de Hongrie et son horloge est transférée au couvent de Șumuleu Ciuc / Csíksomlyó par le chapitre provincial ; la communauté de tertiaires (béguines), mentionnée à partir de 1534, se maintient dans la ville jusqu'en 1556 mais elle est confiée également aux frères de Șumuleu Ciuc

Couvent franciscain obs. St-Pierre-Martyr de Pest (2)

1444  Le légat Jules Cesarini ordonne le transfert du couvent franciscain Saint-Pierre-Martyr à l'Observance

1456 (février) Séjour de Jean de Capistran dans ce couvent

1492  Confirmation du transfert de ce couvent à l'Observance par le pape Alexandre IV

1497, 1504  Réunion du chapitre vicarial dans ce couvent

v. 1495-1500 Oswald de Laskó compose ses recueils de sermons dans ce couvent

1514  Dépôt provisoire dans ce couvent du sépulchre en argent (endommagé) de saint Gérard provenant du couvent de Cenad, peut-être en vue de le faire réparer ; mais il sera réquisitionné par le roi Louis II en 1526 (21 juin) pour financer la guerre contre les Ottomans

av. 1520  Fondation d'une communauté de tertiaires féminines rattachées à ce couvent

1526  Les soldats ottomans tuent quatre frères

1532  Nouvelles victimes des Ottomans

1541  Occupation du couvent par les Ottomans, qui oblige les frères à se réfugier dans la maison des tertiaires

1542 (février)  Le chapitre nomme un gardien et un confesseur dans ce couvent mais refuse d'envoyer de nouveaux frères dans le couvent, en dépit de la demande de la municipalité de Pest, à cause de la mort récente de deux frères du couvent tués par les Ottomans ; (septembre) le siège de Pest par les armées chrétiennes contraint les frères à fuir

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Cluj / Kolozsvár

1486-1494 env.  Fondation du couvent Sainte-Marie (ou Notre-Dame-des-Neiges) par le roi Mathias Corvin ; les travaux se prolongent au moins jusqu'en 1494, en bénéficiant du produit des mines de sel royales

1506  Mention d'un couvent de Clarisses fondé auprès de ce couvent par Jean Erdélyi et Nicolas Bethlen ; en piteux état en 1544, il ne compte plus qu'une religieuse, âgée, en 1572

1522  Mention d'une communauté de tertiaires féminines, qui fonctionne jusque vers 1580, peut-être dans les mêmes murs que les Clarisses

1551  Première expulsion des frères par les habitants, passés au protestantisme

1556 (15-16 mars)  Expulsion violente des frères (un mort) puis saccage de l'église (destruction des autels et des tableaux, croix incendiées), peut-être à l'initiative du maire Étienne Ötvös

Lorsque les Franciscains reviennent dans la ville au siècle suivant, ils ne peuvent s'installer dans leurs anciens murs.

Couvent franciscain Saint-François de Zagreb

v.1235  Fondation du couvent par l'évêque de Zagreb Étienne, du clan Hahót, non pas dans la partie de la ville sous juridiction royale fondée en 1242 (Grič ou Gradec, en latin civitas montis Grecensis), mais dans la ville capitulaire (Kaptol), au nord de la cathédrale

1427  Conflit avec le curé de la ville royale (église Saint-Marc) à propos de la quarte funéraire

1529  Incendie ravageant une grande partie de la ville capitulaire, notamment le couvent franciscain

1574   Conflit avec l'évêque de Zagreb, qui accuse les frères d'errance et de négligence 

1595  Le couvent est transformé en séminaire avant d'être rétrocédé aux Franciscains (marianistes) vers 1610

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain Saint-Jacques de Trnava / Nagyszombat

v. 1230  Fondation du couvent franciscain Saint-Jacques de Trnava, rattaché à la custodie d'Esztergom puis (1448) de Nitra ; il avait la charge du couvent de Clarisses dès 1238 ; 2 chapitres provinciaux s'y tinrent (1301, 1346)

1432  Dommages importants causés par les Hussites qui occupent la ville, moins importants toutefois que chez les Clarisses

1590  Destructions causées par le tremblement de terre

1786  Fermeture du couvent, reconstruit au XVIIe siècle

Couvent franciscain Saint-Jean-l'Év. de Buda (1)

v. 1250-1260  Fondation du couvent, probablement par le roi Béla IV

v. 1270  Première mention écrite de ce couvent dans le testament de Démétrius de Berki

1290 Mention d'une communauté de béguines rattachée à ce couvent

1313-1444 : Au moins 8 chapitres de la province franciscaine de Hongrie se sont tenus dans ce couvent avant 1444 (notamment en 1313, 1324, 1391, 1393, 1408, 1437)

avant 1382  Agrandissement possible des bâtiments conventuels sous Louis le Grand, qui achète une maison à Buda et la donne aux frères

1443-1444  Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l’Observance, transfert signifié par le légat le 20 février 1444 en application d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444

[1444-1541 : voir notice Couvent franciscain obs. Saint-Jean-l'Év. de Buda (2)]

Couvent franciscain Saint-Nicolas de Košice / Kassa

1390  Fondation du couvent Saint-Nicolas, par un membre du lignage des Perény(i)

1402  Conflit avec le curé de la paroisse Sainte-Élisabeth à propos de la pastorale et du casuel

1489  Mention d'un établissement féminin du tiers ordre (?) (domus monialium), probablement rattaché à ce couvent

1531  Départ temporaire des frères suite à la propagation de la Réforme ; le recrutement se limite alors aux frères hongrois

1556  Les frères quittent définitivement le couvent suite à un incendie.

Couvent franciscain Sainte-Élisabeth de Sibiu / Nagyszeben

1300  Première mention écrite du couvent Sainte-Élisabeth de Hongrie, encore inachevé, peut-être fondé par la municipalité et initialement peuplé de frères venus de Rhénanie

1302  Vols commis par l'ispan de Sigishoara dans ce couvent comme dans le couvent dominicain, d'après les plaintes de leur supérieur

1432, 1441  Dégâts causés par les incursions ottomanes

1529-1531  Expulsion momentanée des frères, accusés de soutenir Jean de Szapolya

1556  Expulsion défnitive des frères

Couvent franciscain Sainte-Marie d'Olomouc

v. 1240-1250  Fondation du couvent par un membre du lignage de Šternberk, peut-être Albert

après 1520  Déclin causé par la propagation du luthéranisme

1567  Départ définitif des frères mineurs.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Nitra / Nyitra

av. 1248  Fondation du couvent

1271  Incendie de la ville (et du couvent) suite à une attaque d'Ottokar II de Bohême

1441  Attaque du couvent par les troupes de Jean Forgách, pour des raisons politiques.

1448  Le transfert à l'Observance du couvent d'Esztergom fait de ce couvent le centre de l'ancienne custodie d'Esztergom

1552  Fuite des frères à Bratislava

1573  Destruction du couvent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Sopron

1278  Première mention du couvent, sans doute fondé dans les années 1250 par la famille Geissel-Jekel, d'origine allemande

1340, 1344  Deux chapitres provinciaux se tiennent dans ce couvent (pourtant excentré)

1356, 1388  Conflits entre les frères et le curé de Saint-Michel

1490  Échec du projet de transfert de ce couvent à l'Observance à la demande de Mathias Corvin

1524  Le prédicateur et le kirchvater du couvent sont accusés de propager les idées luthériennes

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Toruń

1239  Fondation du couvent dans la Vieille Ville de Toruń par le maître de l'Ordre teutonique Poppo von Ostern

1466  Rattachement de la ville à la Pologne

1491  Adoption de la réforme martinienne

v.1550  Fermeture du couvent dans le contexte de diffusion de la Réforme

Couvent franciscain Sainte-Trinité de Gdańsk

1419-1420  Fondation du couvent par les habitants de la ville, confirmée en 1422 par le grand-maître de l'Ordre teutonique

1431  Accroissement de la dotation initiale

1481-v.1520  Construction de l'église Sainte-Trinité, qui prend la suite de l'ancienne église, dédiée à la Cène

1491  Réforme martinienne

1525-1526  Pillages et destructions au moment de la diffusion de la Réforme

1555  Abandon du couvent par les frères, qui le remettent à la municipalité

 

 

Couvent franciscain St-Jean-Baptiste de Brno

v. 1230-1232  Fondation du couvent par le roi de Bohême (Wenceslas Ier) ou bien par un aristocrate (peut-être Jean Velen, ancêtre de la lignée des seigneurs de Boskovice, ou Přibyslav de Křižanov)

1257  Consécration de l'église Saint-Jean-Baptiste

1262  Incendie

1285  Reconstruction de l'église et du couvent à l'initiative du roi de Bohême Wenceslas II

1306  Reconstruction après l'incendie de la ville, à l'impulsion du duc d'Opava Nicolas

1495  La peste emporte 24 frères de ce couvent

après 1550  Le couvent, vidé de ses occupants par la propagation du luthéranisme, n'abrite plus que le supérieur

Couvent fermé en 1950 puis rouvert en 1990.

Couvent franciscain St-Jean-et-Ste-Marie de Bratislava / Pozsony

v.1250-1270  Fondation du couvent, sous le vocable de saint Jean l'Évangéliste

1271, 1273  Destructions causées par les campagnes d'Ottokar II de Bohême, suivies d'une reconstruction par le roi Ladislas IV

1297 (25 mars) Consécration en grande pompe par l'archevêque d'Esztergom de la nouvelle église du couvent, dédiée à la Vierge de l'Annonciation, en remplacement de l'ancienne église, la chapelle Saint-Jean

1297-1782  Le couvent a la cure du couvent de Clarisses de la ville (Sainte-Marie-Madeleine), ce qui occasionne de nombreuses interventions de leur part pour défendre les biens des soeurs

1327  Chapitre provincial dans ce couvent (le seul jusqu'en 1544)

1439  Incendie

v.1450-1455  Importants travaux de reconstruction et d'agrandissement

1480 Incendie

1490  La demande de transfert à l'Observance effectuée par le roi Mathias Corvin est interrompue par sa mort

1526  L'occupation par les Ottomans du centre de la Hongrie fait de ce couvent le refuge de nombreux frères venus de Hongrie intérieure, ainsi que le lieu de dépôt de ce qu'ls ont pu sauver de leurs archives (certaines s'y trouvent encore) ; c'est dans le réfectoire du couvent que Ferdinand de Habsbourg est acclamé roi le 17 décembre

1529  Les frères s'enfuient en lieu sûr face aux Ottomans en marche sur Vienne ; la ville tente de transformer l'église en paroisse mais le roi Ferdinand ordonna sa restitution aux frères

1541  La ville étant devenue la capitale de la Hongrie royale, de nombreux assemblées se tiennent dans ce couvent ; tous les chapitres de la province marianiste de Hongrie s'y réunissent de 1544 jusque vers 1650

1786  Fermeture du couvent

Couvent franciscain St-Ladislas-et-Ste-Marie de Levoča / Lőcse

v. 1310  Fondation du couvent, attribuée selon certains auteurs au comte-ispan Ladislas Dank

1533  Dernière mention écrite du couvent, lorsqu'un bandit se réfugie dans l'église, se confesse au gardien, lequel le remet aux autorités civiles après avoir appris la gravité de ses fautes

1540  Destruction du couvent

Couvent franciscain St-Pierre-Martyr de Pest (1)

1253-1260  Fondation du couvent, probablement par le roi Béla IV

1444  Transfert du couvent à l'Observance sur ordre du légat Jules Cesarini, confirmé en 1492

Couvent franciscain Sts-Jacques-et-Nicolas de Chełmno

v. 1255  Fondation du couvent à proxomité d'une des portes de l'enceinte urbaine (qui prit le nom du couvent) et non loin de la place de marché

1466  Rattachement de la ville et du couvent au royaume de Pologne

1539  La propagation de la Réforme contraint les frères à quitter le couvent pour plusieurs décennies