Résidence royale ou princière

Type de localité

Affichage de 1 à 11 sur 11 notices
Couvent Résumé
Couvent augustinien Saint-Thomas de Prague
Couvent carmélitain Sainte-Marie de Cracovie

En 1397, un groupe de Carmes est envoyé depuis Prague vers Cracovie pour y fonder un couvent sur invitation de Ladislas II Jagellon et de sa femme Hedwige, ainsi que de l'archevêque Piotr Wysz. Les peintures du XVIIe siècle subsistant dans le couvent mettent en avant le rôle clef joué par la reine dans la fondation. La légende représentée veut qu'elle ait visité le couvent et qu'une empreinte de son pied ait été conservée jusqu'à aujourd'hui. Une autre peinture représente le roi signant la lettre d'invitation faite aux carmes avec la reine à ses côtés.

Couvent carmélitain Sainte-Marie de Prague

1347 Fondation du couvent de Carmes dans la Nouvelle Ville de Prague par le roi-empereur Charles IV de Bohême, sur un terrain donné par celui-ci et situé dans la Ville Nouvelle, près de la Porte Saint-Gall, d'un cimetière et du "jardin des Juifs"

1412, 1419 Attaques des hussites puis occupation du couvent, avec séquestration des frères

1435 Retour de quelques frères dans le couvent

1484 Départ des frères suite à une émeute

1496 Retour de 13 frères et du prieur

1542 Des intempéries causent de graves dégâts dans l'église

1543 Départ des frères, à l'exception du prieur, qui reste jusqu'en 1566 environ

Les Carmes reviennent à Prague en 1627 mais s'installent sur un site différent.

Couvent dominicain Sainte-Trinité de Cracovie

1222 Arrivée des Dominicains à Cracovie, accueillis par l'évêque de la ville, Iwo Odrowąż

1223 Consécration de l'église du couvent Sainte-Trinité, sur le site d'une ancienne église paroissiale

1241 Destruction du couvent par les Tatars suivie d'une phase de reconstruction

1462 Incendie puis reconstruction de l'église et des bâtiments conventuels

Le couvent est toujours en activité.

Couvent franciscain obs. St-François de Târgovişte / Tirgovist

1477 (ou dès 1360 env. ?) ou 1507 Fondation du couvent par les dirigeants de la vicairie de Hongrie (ou par le roi Louis le Grand ?), à partir d'une église remontant au début du XIVe siècle, dans le but d'encadrer la population hongroise et allemande catholique implantée sur place, dans cette ville où résidait le voïvode de Valachie

1516 Première mention écrite du couvent, parmi les couvents de la custodie de Transylvanie

après 1552 Fermeture du couvent pour raisons de sécurité

1594 Tentative de restauration, éphémère

Couvent franciscain obs. St-Jean de Buda (2)

[v. 1250-1443 : voir notice Couvent franciscain Saint-Jean l'Év. de Buda 1]

1443-1444 Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères du couvent franciscain Saint-Jean-l'Évangéliste de Buda à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l'Observance, transfert signifié par le même légat le 20 février 1444, en vertu d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444, puis confirmée par en 1448

1448 Confirmation par le légat Jean Carvajal du transfert à l'Observance de ce couvent, à qui est confiée la tutelle sur la communauté de tertiaires voisine

1455 Jean de Capistran effectue un bref séjour dans ce couvent

1473-1539 Onze chapitres provinciaux se tiennent dans ce couvent (1473, 1483, 1487, 1489, 1501, 1503, 1505, 1515, 1520, 1523, 1539) ; il fait figure de centre de la province : c'est là que réside habituellement le vicaire puis ministre provincial de Hongrie, les archives provinciales y sont conservées, il abrite un studium generale (où enseigna Pelbart de Temesvár)

1520 Le couvent reçoit la visite du ministre général François Licchetti

1526 L'entrée des Ottomans à Buda provoque la mort de 8 frères (le 10 septembre) puis le départ de la communauté, qui ne revient dans ses murs qu'après le départ du sultan

1529 Les Ottomans massacrent 9 frères

1541 Les frères quittent le couvent après la prise de Buda par les Ottomans ; ceux-ci transforment l'église en mosquée et annexent les bâtiments conventuels au palais du pacha de Buda

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Visegrád

1425 (27 juin) Le pape Martin V accorde au roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg l'autorisation de fonder un couvent destiné à accueillir les Franciscains observants, probablement à partir d'une ancienne chapelle royale dédiée à Saint-Georges ; mais la construction est reportée

1473 Mathias Ier obtient du pape l'autorisation de construire un couvent pour les Franciscains observants à Visegrád

1490 À la mort du roi Mathias, le couvent est toujours inachevé

1511 Les frères obtiennent du vicaire de Hongrie Démétrius de Nyás l'autorisation de construire un clocher en utilisant les pierres d'une chapelle désaffectée située à proximité de leur couvent

1513 Le chapitre de la vicairie de Hongrie se tient dans ce couvent

1514 Le chapitre extraordinaire chargé de préparer, sous la drection du vicaire de Hongrie, le chapitre général d'Assise se tient dans ce couvent

1516 Le couvent apparaît dans les listes internes parmi les établissements de la custodie d'Esztergom

av. 1540 Les objets liturgiques sont transférés en lieu sûr, à Fiľakovo / Fülek, en prévision du siège à venir de la ville

1540 Le couvent subit de graves dommages (pillage et réquisition des vivres) pendant le siège de la ville par les troupes de Ferdinand de Habsbourg

av. 1542 Fermeture du couvent, absent des listes internes

1544 Destruction du couvent lors de la prise de la ville par les Ottomans

Couvent franciscain Saint-François d'Óbuda

ca 1270-1316/1334 Fondation du couvent dans la partie de la ville appartenant à la collégiale Sainte-Marie/Saint-Pierre d'Óbuda, probablement par le roi de Hongrie, peut-être (sur un projet remontant au roi) Béla IV

1444 Suite au transfert à l'Observance des couvents de Buda et de Pest, ce couvent devient le centre de la province conventuelle de Hongrie ; il abrite de fréquents chapitres provinciaux (1462, 1465, 1497, 1523, 1525) et le provincial y séjourne régulièrement ; il exerce la tutelle sur les Clarisses installées par la reine Élisabeth Piast à partir de 1331 dans le quartier méridional de a ville, appartenant à la reine

1489 Échec des démarches, relancées par le roi Mathias Corvin, pour retirer la cure des Clarisses d'Óbuda aux frères de ce couvent

1526-1533 Après plusieurs vagues de destructions ottomanes, le couvent est abandonné et la cure des Clarisses est transférée au custode de Nitra

Couvent franciscain Saint-Jean-l'Év. de Buda (1)

v. 1250-1260 Fondation du couvent, probablement par le roi Béla IV

v. 1270 Première mention écrite de ce couvent dans le testament de Démétrius de Berki

1290 Mention d'une communauté de béguines rattachée à ce couvent

1313-1444 : Au moins 8 chapitres de la province franciscaine de Hongrie se sont tenus dans ce couvent avant 1444 (notamment en 1313, 1324, 1391, 1393, 1408, 1437)

avant 1382 Agrandissement possible des bâtiments conventuels sous Louis le Grand, qui achète une maison à Buda et la donne aux frères

1443-1444 Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l'Observance, transfert signifié par le légat le 20 février 1444 en application d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444

[1444-1541 : voir notice Couvent franciscain obs. Saint-Jean-l'Év. de Buda (2)]

Couvent franciscain Sainte-Marie de Segesd

v.1290-1295 Fondation du couvent, vraisemblablement par la reine Fennena, épouse d'André III, dans ce qui était un lieu de résidence réginal à l'origine

1555 Fuite des frères devant l'avance ottomane ; leur couvent fut transformé ensuite en forteresse par les Ottomans

Couvent franciscain Sainte-Marie de Virovitica / Verőce

v. 1250 Fondation du couvent par l'épouse du roi Béla IV, Marie Laskaris, dans cette bourgade qui formait le centre d'un domaine appartenant à la reine

1508 (1518 selon J. Karácsonyi) Les biens du couvent sont mis en vente au nom de la pauvreté imposée par la règle franciscaine

1533 Première mention de la communauté de tertiaires (béguinage) affiliée à ce couvent

1552 Destruction de l'église et du couvent par les Ottomans