Petite ville de marché

Type de localité

Affichage de 21 à 30 sur 30 notices
Couvent Résumé
Couvent franciscain Saint-François de Székesfehérvár

v.1230-v.1260 Fondation du couvent franciscain de Székesfehérvár, probablement par le roi de Hongrie, à un emplacement inconnu ; le vocable à saint François est mentionné dans un testament de 1367

1303 Studium (puisqu'un lecteur en théologie y est mentionné)

déb. XIVe s. : scriptorium, où furent rédigées les célèbres "gloses/lignes d'Alba Iulia" (Gyulafehérvári glosszák/sorok) comportant des passages traduits en hongrois (v. 1310)

1533 Première mention d'une communauté de tertiaires franciscaines ("béguines"), dont les frères ont la cure d'âmes (un confesseur des moniales est nommé en 1533)

1543 Destruction intégrale de l'église et du couvent. Les Franciscains s'établirent au XVIIIe siècle sur un emplacement différent (actuelle église Saint-Émeric).

Couvent franciscain Saint-Jean-Baptiste de Pyzdry

v. 1277 Fondation du couvent par le duc Boleslas le Pieux

1331 Destruction par les Teutoniques

1339 Reconstruction par le roi Casimir le Grand (?)

Couvent franciscain Sainte-Marie d'Ilok / Újlak (1)

av. 1300 Fondation du couvent franciscain d'Ilok par le seigneur du lieu, identifié par la tradition comme étant Ugrin, fils de Posa d'Ilok / Újlak, du clan des Csák

1343 Plaintes des Ermites augustiniens de la ville à l'encontre des Franciscains pour non-respect de la distance devant séparer leur couvent de toute nouvelle église, couvent, ou oratoire

1364 La localité et le couvent changent de seigneur et de patron

1451 Ordre de transfert du couvent à l'Observance, donné par le pape Nicolas V (5 mai) après enquête confiée à l'archevêque d'Esztergom (22 décembre) à la demande du seigneur du lieu, le voïvode Nicolas d'Ilok / Újlak, après avoir constaté les "scandales" et la "vie dissolue" des frères qui l'occupent

Couvent franciscain Sainte-Marie de Braniewo

v.1296 Fondation du couvent par l'évêque de Warmie, dont la principauté dépendait de l'État teutonique

1300 Destruction du couvent, d'où déplacement sur une autre parcelle

v.1330 Installation des frères à un autre emplacement (3e implantation)

1466 Rattachement de la ville (et du couvent) au royaume de Pologne

v.1550 Départ des frères suite à la propagation de la Réforme puis installation des Jésuites

Couvent franciscain Sainte-Marie de Sárospatak (1)

av. 1261 Fondation du couvent, sans doute par le roi Béla IV, à un emplacement exact inconnu jusqu'aux fouilles des années 1970

1385 Première mention du couvent de Clarisses Sainte-Anne placé sous la garde des frères de ce couvent

1448 Transfert à l'Observance (appliqué le 25 juin) à la demande de Ladislas de Pálóc, grand juge royal et patronus du couvent, avec ses frères Simon et Jean

Couvent franciscain Sainte-Marie de Satu Mare / Szatmár

av. 1285 (?) Fondation de ce couvent, mentionné parmi les couvents de la custodie d'Eger (1316/1334) puis dans celle d'Oradea Mare (1380), à un emplacement inconnu

1448 Suite aux accusations contre les frères (les mêmes qu'à Debrecen et Esztergom), un ordre de transfert à l'Observance est donné ; mais l'occupation de la ville par le despote Georges Branković empêche son application

1556 Destruction pendant la guerre civile opposant partisans et ennemis de Ferdinand Ier de Habsbourg, notamment pendant la reprise en force de la ville par les Báthory de Somlyó, ennemis de Ferdinand ; après quoi la ville passe sous la direction de Menyhért Balassa, luthérien, empêchant ainsi le retour des frères.

Couvent franciscain Sainte-Marie de Târgu Mureș / Marosvásárhely (1)

v.1305 Construction de la première église et de deux bâtiments en bois pour les Frères mineurs installés dans cette petite ville de marché éloignée des plus importantes villes de Transylvanie

1316 (ou 1334, selon la datation adoptée) Première mention écrite du couvent franciscain de Târgu Mureș dans les listes de l'ordre

v.1390-1400 Travaux importants : construction à proximité du premier site de la seconde église (actuelle église calviniste) et de l'aile nord du complexe monastique

1400 Mention de la fête de l'Annonciation dans les indulgences pontificales, ce qui laisse penser qu'elle portait le vocable complet de Notre-Dame de l'Annonciation

1444 Transfert du couvent à l'Observance, à l'initiative de Jean de Hunyad (ce qui ne laisse subsister en Transylvanie que trois couvents franciscains conventuels : Bistrița, Sibiu et Orăștie)

Couvent franciscain Sainte-Marie de Znojmo

1239 Première mention écrite du couvent franciscain de Znojmo, peut-être fondé dès le milieu des années 1220, par le roi de Bohême Ottokar I, ou son fils et successeur Wenceslas I

v. 1271 Fondation du couvent de Clarisses voisin, qui était rattaché à ce couvent

1279-1296 Inhumation du roi Ottokar II dans l'église de ce couvent

1469-1470 Fondation d'un couvent franciscain observant hors les murs de la ville

1494 Incendie qui endommage fortement l'église

1534 Les Franciscains de l'Observance s'installent dans le couvent Sainte-Marie

Couvent franciscain St-Jean-Baptiste de Varaždin / Varasd

fin du XIIIe s. (?) Fondation du couvent, probablement par le roi de Hongrie Béla IV

1510-1526 Le capitaine de la forteresse, Georges de Brandebourg, luthérien, confisque les biens du couvent (récupérés seulement après 1584)

1630-1650 env. Reconstruction du couvent et de l'église Saint-Jean-Baptiste

1786 Fermeture du couvent

Couvent franciscain St-Louis-de-Toulouse de Lipova / Lippa

1325 Fondation du couvent par le roi de Hongrie Charles-Robert Ier, qui le dédicaça à son oncle Louis, évêque de Toulouse et frère mineur, récemment canonisé (1317)

av.1349 La reine-mère Élisabeth Łokietek acheva la construction du couvent (d'après la bulle d'indulgences de 1349, qui lui attribue sa construction)

1448 Ce couvent, mentionné dans la liste de ceux devant passer à l'Observance à la demande du légat Jean Carvajal, ne leur est finalement pas attribué, après enquête

1531 Une maison de béguines Sainte-Élisabeth était rattachée à ce couvent

1533 Le chapitre provincial affecta un chantre et un organiste à ce couvent, signe de l'importance accordée à la musique liturgique dans celui-ci

1551 Abandon du couvent, saisi par les Ottomans sur ordre du bey Oulama, avec la complicité des habitants, partiellement passés au protestantisme.

Entièrement détruits, l'église et le couvent sont aujourd'hui remplacés par un lycée.

Pages