Couvent franciscain Sainte-Marie de Segesd

Rédaction : Terminée

1 - Identifiants et bref historique du couvent


Identité

Auteur principal : de CEVINS Marie-Madeleine
Auteur(s) secondaire(s) :
Ordre : OFM
Numéro sur les cartes : 192
Coordonnées (lon,lat) : 17.349516,46.354731
Fonction du couvent : Studium
Proximité lieu de rassemblement :
Présence d'un autre couvent mendiant :

Carte

Résumé

v.1290-1295 Fondation du couvent, vraisemblablement par la reine Fennena, épouse d'André III, dans ce qui était un lieu de résidence réginal à l'origine

1555 Fuite des frères devant l'avance ottomane ; leur couvent fut transformé ensuite en forteresse par les Ottomans

Localité

Localité actuelle : Segesd, Segösd
Localité en allemand :
Localité en hongrois : Segesd, Segösd
Localité en latin médiéval : Segesdin, Segusdin, Seghesd
Type de localité : Résidence royale ou princière
Sociographie de la localité : Marchand(s) et artisan(s)

Custodie - Province - Pays

Custodie : Pécs
Province mendiante en 1500 : Hongrie
Province mendiante entre 1220 et 1550 Année début Année fin
Hongrie
Pays actuel : Hongrie
Pays entre 1250 et 1550 Année début Année fin
Royaume de Hongrie

Fondation

Début date de fondation : 1290
Fin date de fondation : 1295
Date de fermeture : 1555
Précisions :

Fondateur

Sociographie : Roi ou prince

Couvent de taille imposante, à en juger par le nombre de chapitres provinciaux (8) qui s'y sont tenus de 1301 à 1473.

2 - Documentation connue sur le couvent


Bibliographie générale

KARÁCSONYI János, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig, Budapest, 1922-1924, t. I, p. 245-251

KÓSA Eugenius, Antiquarii provinciae sanctae Mariae in Hungaria ordinis Minorum a.p.n. Francisci strictioris observantiae collectanea 1206-1774 [inédit]

ROMHÁNYI Beatrix, Kolostorok és társaskáptalanok a középkori Magyarországon, Budapest, 2000, p. 57

Sources

Sources manuscrites :

Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n°1, 2, 4, 6, 7, 8, 9, 26 [selon KARÁCSONYI I, p.246-251]

Magyar Nemzeti Levéltár, Országos Levéltár (Budapest), DL 14915 (= testament de Jean de Marcali ou Marót, 15 janvier 1455)

Sources imprimées :

BUNYITAY Vincze, RAPAICS Rajmond, KARÁCSONYI János, Monumenta ecclesiastica tempora innovatae in Hungaria religionis. Egyháztörténelmi emlékek a magyarországi hitujítás korából, Budapest, 1902-1912,

  • t. IV n°118 p. 139 (= liste des établissements contribuables de Segesd, 7 décembre 1542)
  • t. V, n°341 p. 370-371 (= versement par Lajos Pekry de Petrovina de 1000 florins au couvent à titre de dédommagement pour les objets liturgiques dérobés et fondus, 25 juin 1550)

FRAKNÓI Vilmos, LUKCSICS József, Monumenta Romana episcopatus Vesprimiensis. A veszprémi püspökség római oklevéltára, Budapest, 1899-1907, t. III, p. 86 (= indulgences, 7 juillet 1433)

IPOLYI Arnold, NAGY Imre, PÁUR Iván, RÁTH Károly, VÉGHELY Dezső, Hazai okmánytár. Codex diplomaticus patrius, Győr-Budapest, 1865-1891, t. III, p. 443-445 n°303 (= citation à comparaître contre l'éveque de Veszprém par le juge royal Alexis Thurzó pour vols d'objets appartenant aux frères, 15 avril 1538)

LUKCSICS Pál, Diplomatica Pontificum saeculo XV. XV.századi pápák oklevelei, Budapest, Magyar Tudományos Akadémia (Monumenta Hungariae Italica. Olaszországi magyar oklevéltár), vol. 2 (1431-1455), 1938, p. 76 n°168 (indulgences, 7 juillet 1433)

3 - Discours et normes économiques des frères du couvent


4 - Décideurs, agents et intermédiaires économiques


Patronus

Lignage Origine Commentaire
Marcal / Marczaly Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

Mentionnés comme seigneurs du lieu à partir de 1404.

< KARÁCSONYI I, p. 245

Étienne et Georges de Marcali sollicitèrent du pape des indulgences en 1433, en précisant que leurs ancêtres étaient ensevelis sur place (voir Indulgences).

Báthory d'Ecsed Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

Mentionnés comme seigneurs du lieu à partir de 1507.

Les Báthori d'Ecsed vivaient non loin de là, dans leur résidence de Babócsa, et choissaient toujours un franciscain comme chapelain de cour.

< KARÁCSONYI I, p. 247

Agents externes

Type Date Nombre Obligations Détail
Syndicus 1458 1 gestion des biens fonciers

La donation effectuée au couvent par Étienne de Marcal(i) en 1458 (voir Biens fonciers et Dons) précise que les terrains cédés par celui-ci au couvent pourront être gérés soit par les frères, soit par leur syndicus.

< KARÁCSONYI I, p. 246 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII f. 1, n° 2)

5 - Biens et revenus fonciers (stables) du couvent


Nom : 5 tenues à Segesd
Première mention : 1455
Dernière mention : 1507
Provenance : Donation
Evolution :

5 tenures entières cultivées (quinque iobbagiones sessiones integras), reçues par testament de Jean de Marcali en 1455 (voir Testaments)

< MNL DL 14915

Ces terres sont mentionnées (de manière générique) dans la charte de Georges de Báthory exemptant en 1507 les paysans du couvent vivant à Segesd, Farkasfalva et Marcali de toute taxe extraordinaire et de la contribution militaire.

< KARÁCSONYI I, p. 247 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII f. 1, n° 4)

Nom : partie de Segesd + Farkasfalu
Première mention : 1458
Provenance : Donation
Position : face aux tenures appartenant déjà au couvent
Précisions :

Le 28 septembre 1458, Étienne de Marcali fait une fondation de messes (voir Dons) assortie d'une donation foncière au couvent : il donne aux frères un secteur de la bourgade de Segesd qu'il avait créé, situé face aux tenures du couvent, à la limite de Útköz, et un autre terrain nommé Farkasfalu ; il précise qu'il accepte que ces terrains soient gérés par les frères ou leur syndicus.

< KARÁCSONYI I, p. 246 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII f. 1, n° 2)

Ces terres sont mentionnées (de manière générique) dans la charte de Georges de Báthory exemptant les paysans du couvent vivant à Segesd, Farkasfalva et Marcali de toute taxe extraordinaire et de la taxe militaire.

< KARÁCSONYI I, p. 246 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII f. 1, n° 4)

Nom : Atád
Première mention : 1467
Dernière mention : 1524
Provenance : Donation
Possession :

(voir Mode d'exploitation)

Précisions :

En réaction aux nouvelles restrictions sur les biens immobiliers des couvents de l'Ordre des Mineurs formulées en 1517, de nouvelles formes de propriété ou d'exploitation de biens fonciers furent appliquées à ce moulin en 1524 :

Benoît Batthyány, capitaine de Buda, passe un accord avec les frères selon lequel il leur achète ce moulin à deux roues pour 100 florins, mais en s'engageant à leur livrer chaque année 12 cubuli de Pécs de froment, en deux fois ; et les frères pourront utiliser ce moulin gratuitement dès lors qu'il sera alimenté en eau.

< KARÁCSONYI I, p. 247-248 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 6)

Valeur monétaire : 100 florins (en 1524)
Evolution :

Une partie d'un moulin à deux roues situé à Atád (une partie du domaine de Segesd) et construit par la famille Vidos avait été donnée aux frères ; mais les nouveaux seigneurs du lieu (Atád, qui avait été séparée du reste du domaine), les Batthyány, en contestèrent la possession aux frères.

Le 15 novembre 1467, le provincial de Hongrie (Fabien d'Igal) et le gardien du couvent de Segesd (Georges de Dobsa) leur proposèrent, par un accord écrit établi devant le chapitre de Székesfehérvár, que tout le moulin revienne aux frères de Segesd, en échange de la célébration par les frères d'une messe par semaine pour les descendants, en ligne masculine et féminine, de Ladislas Batthyány.

< KARÁCSONYI I, p. 246 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 2)

En 1524, ce moulin fut vendu à Benoît Batthyány, les frères en conservant toutefois les profits et l'usage (voir Mode d'exploitation).

Type de bien : Étang piscicole
Nom : à Segesd
Première mention : 1511
Provenance : Donation
Précisions :

Le 17 novembre 1511, le provincial de Hongrie Antoine Nagy de Segösd demanda aux Báthory (Georges, Étienne et André), patrons du couvent, de céder aux frères mineurs de Segesd l'étang piscicole de Segesd situé en direction du village (aujourd'hui disparu) de Gesztenye ; ils acceptèrent en arguant de ce que les frères respecteront ainsi mieux le Carême ; mais ils posèrent comme condition de pouvoir l'utiliser pour leurs propres besoins lors de leurs séjours sur place.

< KARÁCSONYI I, p. 247 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 26)

Evolution :

Voir Bilan.

Type de bien : Pré
Nom : à Segesd
Première mention : 1512
Provenance : Donation
Position : dans la ville
Evolution :

En 1512, Georges de Báthor(y) donne au couvent l'un des prés situés à Segesd, situé le long de la route menant au village d'Illés, par dévotion à la Vierge Marie, pour l'usage des frères.

< KARÁCSONYI I, p. 246-247 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 4)

Type de bien : Vigne
Nom : sur le mont Diászó, village de Tótgyúgy
Première mention : 1538
Provenance : Donation
Evolution :

Le 22 mai 1538, un habitant de Nagy-Berény nommé Gal Pete, riche paysan qui était venu en pèlerinage à Segesd, déclara devant le couvent de Somogyvár qu'il donnait aux frères, pour leur utilisation, sa grande vigne située sur le mont Diászó du village de Tótgyúgy, en échange de messes pour son salut (voir Dons).

< KARÁCSONYI I, p. 249 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 1)

Bilan

Les Báthory, patrons du couvent, appliquèrent les nouvelles exigences en matière de pauvreté imposées en 1517 de la façon suivante : en 1526, Georges Báthory acheta au couvent tous ses biens fonciers et les convertit en vêtements et ornements ecclésiastiques - qu'il céda aux frères par testament (voir Testaments).

< KARÁCSONYI I, p. 246-247 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 8)

Cela n'empêcha manifestement pas d'autres donateurs de faire des dons fonciers (une vigne en 1538) au couvent.

Toutefois, le registre des biens ecclésiastiques et des curés de Segesd Segesd cum pertinencis) soumis à l'impôt (redevable aux Báthory) dressé le 7 décembre 1542 ne mentionne aucun bien ni contribuable à propos des Franciscains de Segesd - pas plus qu'à propos d'autres couvents mendiants, semble-t-il.

< BUNYITAY et alii (éd.), t. IV, n°118 p. 139

6 - Biens et revenus non fonciers du couvent


Type de bien : Objets précieux
Date de mention : 1526-1548
Provenance : Don
Observations :

Le nombre et la valeur des objets liturgiques (vaisselle, vêtements, ornements) appartenant à ce couvent depuis 1526, jusqu'à la fonte de la vaisselle liturgique ordonnée en 1548, montre que le couvent disposait, au moins depuis la mise en vente de ses biens fonciers à partir de 1524, d'un véritable capital en objets précieux, estimé à 1000 florins (!) en 1550 (voir Équipement liturgique).

7 - Structure des dépenses du couvent


8 - Cadre de vie des frères : bâtiments et équipement


Eglise conventuelle

Etat Nef - Choeur - Plan Equipements

Aucun vestige médiéval. Ensemble transformé en forteresse pendant l'occupation ottomane. Église reconstruite au XVIIIe siècle, puis restaurée en 1946-1948.

Photo Compl.

État actuel.

Source

Obs. :

La composition du trésor liturgique du couvent est connue partiellement en 1532 puis surtout en 1548 :

- en 1532, selon le (deuxième) testament de Georges Báthory, le trésor liturgique comprend :

  • les objets achetés avec le prix de la vente des biens fonciers du couvent, dont une croix en or massif ornée de pierres précieuses et de perles (destinée à la vente avec l'autorisation des frères, pour solder les créanciers du testateur)
  • 1 calice en argent, avec patène et ampoules
  • 3 chasubles (rouge, noire et jaune) avec dalmatique, ornées de croix brodées, de pierres précieuses et de perles - qui devaient être déposées devant la dépouille du testateur, Georges Báthory, le jour de son enterrement

< KARÁCSONYI I, p. 248-249 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 7)

- en 1548, pour ce qui concerne les objets précieux, que Lajos Pekry, capitaine de cavalerie du roi Ferdinand, fit fondre pour payer ses troupes - l'ensemble pesant au total 199 marcs et 2 lat :

  • 1 grande croix en vermeil
  • 6 petites croix en vermeil,
  • 2 grands chandeliers en vermeil
  • 2 reliquaires en argent en forme de main
  • 4 bassines d'argent
  • 8 ampoules en argent
  • 1 lave-main en argent
  • un grand goupillon en argent
  • une grande monstrance en argent.

< KARÁCSONYI I, p. 250 (d'après MNL, N.R.A. fol. 339, n°29, 32, 33, 35, 36, 38)

L'histoire du trésor liturgique de ce couvent, mouvementée (le trésor n'étant pas gardé dans l'église pour raisons de sécurité), est bien documentée à partir de 1526, date de sa constitution (pour l'essentiel).

  • En 1526, Georges Báthory acheta au couvent tous ses biens fonciers et les convertit en vêtements et ornements ecclésiastiques ; il les entreposa dans son château de Babócsa et précisa dans son testament de 1531 (comme ce fut confirmé par son frère André le 16 septembre 1531) que ces objets devraient revenir aux frères à sa mort.

< KARÁCSONYI I, p. 248 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 8)

  • Le 4 janvier 1532, le nouveau testament de Georges Báthory, très détaillé, renouvelle cette disposition et donne un inventaire complet de la vaisselle, des vêtements et ornements liturgiques concernés.

< KARÁCSONYI I, p. 248-249 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 7)

  • Le 15 avril 1538, le juge royal Alexis Thurzó assigne à comparaître l'évêque de Veszprém Martin de Kecsethy, qui s'était emparé autour du 22 janvier précédent, avec ses hommes d'armes, des objets liturgiques précieux (res etiam aureas, argenteas, vestes preciosas et alia clinodia ecclesiarum...) que les frères de Segesd avaient déposés au château de Tátika pour raisons de sécurité, en même temps que d'autres objets précieux appartenant à divers établissements.

< IPOLYI et alii (éd.), t. III, n°303 p. 444

  • En 1548, le trésor du couvent, caché à Pettau, fut saisi et fondu sur ordre de Lajos Pekry (Ludovicus Pekry de Petrovwyna), capitaine du roi Ferdinand de Habsbourg et ispan de Liptó, pour un poids total de 199 marcs et 2 lat() ; les frères intentèrent un procès devant le roi Ferdinand contre Pekry ; au nom du ministre de la province de Hongrie, le frère du couvent de Bratislava nommé Jean de Terebezd déclara le 25 juin 1550 devant le chapitre de Bratislava que Pekry s'était acquitté de la somme compensatoire (ratione et pretextu ablationis quarundem rerum argentearum deauratarum claustri eorundem fratrum Minorum in oppido Segusd vocato... plus les frais de procédure) de 1000 florins (in toto mille florenorum hungaricalium in paratis pecuniis) aux frères, en trois versements.

< BUNYITAY et alii (éd.), t. V n°341 p. 370-371

  • Le trésorier royal proposa de l'emprunter et versa au couvent les premiers intérêts annuels (5%) le 20 août 1552, le reste étant payable chaque année à la Saint-Jean.

< KARÁCSONYI I, p. 250 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 9) ;Történelmi Tár 4 (1881), p. 676-677 n°XXXII (non consulté)

9 - Economie du salut


Tombes

Date réalisation Qualité Condition Sociographie Observations
1433 av. Laïcs Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

Le registre pontifical mentionnant l'octroi d'indulgences à l'église des frères, le 7 juillet 1433, rapporte que les seigneurs du lieu et patrons du couvent, Étienne et Georges de Marcal(i), qui avaient demandé ces indulgences, ont précisé que leurs ancêtres y étaient ensevelis.

< LUKCSICS 1938 p. 76 n°168 ; MREV III, p. 86

Testaments

Date Testateur Sociographie Legs Service Détail
1531 Georges Báthory Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) objets liturgiques précieux

En 1531 (ce fut confirmé par son frère André le 16 septembre 1531), Georges Báthory légua par testament aux frères les vêtements et ornements ecclésiastiques qu'il avait achetés avec l'argent tiré de la vente des biens fonciers du couvent, qu'il avait entreposés par sécurité dans son château de Babócsa.

< KARÁCSONYI I, p. 248 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 8)

1455 Jean de Marcal / Marczaly, ou de Marót 5 tenures Prières de recommandation, Services pro anima

Avant de partir en pèlerinage à Rome et Jérusalem, Jean de Marcal(i) - alias de Marót -, fils du voïvode Marchalÿ et ispan de Zala, dresse un très long testament dans lequel, entre autres donations pieuses très nombreuses, il lègue au couvent franciscain de Segesd (Segwsd) 5 tenures entières situées dans la ville de Segesd, pour perpétuer et accroître les célébrations prévues pour le salut de ses ancêtres :

Item preter alias pias pie memorie pro predecessorum nostrorum pro salute ips(?) pro divinis cellebrandum cum fratribus minorum in claustro Segwsd con oracium salutaris disposiciones quas in suo vigore volumus que permanere, nos testamentaliter legamus ut prefata divina augmententur officia eisdem fratribus quinque iobbagiones sessiones integras in eodem opido existentes.

Ceci sans leur demander des messes particulières, contrairement à d'autres donations du même testament.

< MNL DL 14915

1532 Georges Báthory Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) objets liturgiques + créances de 150 florins Enterrement au couvent sans l'habit

Le 4 janvier 1532, le nouveau testament de Georges Báthory (qui en faisait un presque tous les ans), très détaillé, prévoit que :

  • il demande à être enseveli chez les frères de Segesd
  • il lègue tous les objets ecclésiastiques (sauf une croix en or) fabriqués ou acquis avec le produit de la vente des biens fonciers du couvent aux frères, à savoir la vaisselle liturgique + de la vaisselle et des vêtements liturgiques supplémentaires (1 calice et 3 chasubles, voir Équipement)
  • il lègue aussi aux frères l'argent que lui doivent deux débiteurs nommés Alexis et Tollinger (100 et 50 florins)

< KARÁCSONYI I, p. 248-249 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 7)

Indulgences

Date Donneur Indulgence
1433 Pape

Le 7 juillet 1433, des indulgences plénières furent accordées par le pape aux visiteurs venant dans l'église du couvent à la fête de la Vierge Marie, à la demande des seigneurs du lieu et patrons du couvent, Étienne et Georges de Marcal(i).

< LUKCSICS 1938 p. 76 n°168 ; MREV III, p. 86

Autres dons

Date Donateur Sociographie Service Dons
1458 Étienne de Marcal(i) Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) Services pro anima

En échange des deux terres cédées au couvent le 28 septembre 1458 (voir Biens fonciers), Étienne demande aux frères de célébrer dans leur église :

  • tous les samedis une messe chantée en l'honneur de la Vierge Marie au maitre-autel
  • tous les mardis une messe chantée pour saint Antoine dans la chapelle Saint-Antoine de leur église,

sauf quand ces jours tombent un jour de grande fête liturgique.

< KARÁCSONYI I, p. 246 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 2)

1467 Services pro anima

Une partie d'un moulin à deux roues situé à Atád et construit par la famille Vidos avait été donnée aux frères ; mais les nouveaux seigneurs du lieu, les Batthyány, en contestèrent la possession aux frères.

Le 15 novembre 1467, le provincial de Hongrie (Fabien d'Igal) et le gardien du couvent de Segesd (Georges de Dobsa) proposèrent aux nouveaux patrons du couvent, les Batthyány, par un accord écrit établi devant le chapitre de Székesfehérvár, de céder la partie du moulin d'Atád dont ils contestaient la propriété aux frères mineurs de Segesd, alors qu'ils l'avaient reçue en don, ceci en échange de la célébration par lesdits frères d'une messe par semaine dans leur église pour le salut de l'âme des descendants, hommes et femmes, de Ladislas Batthyány.

< KARÁCSONYI I, p. 246 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII f. 1, n° 2)

1538 Gall Pete, paysan de Nagy-Berény Paysan(s) Services pro anima

Le 22 mai 1538, un habitant de Nagy-Berény (aujourd'hui Iharos) nommé Gall Pete, riche paysan qui était venu jadis en pèlerinage à Segesd, déclara devant le couvent de Somogyvár qu'il donnait aux frères, pour leur utilisation, sa grande vigne située sur le mont Diászó du village de Tótgyúgy.

En échange, les frères devront réciter :

  • tous les lundis une messe pour les défunts
  • tous les vendredis une messe pour les 5 plaies du Christ.

< KARÁCSONYI I, p. 249 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXIII, f. 1, n° 1)

10 - Autres