Couvent franciscain Sainte-Marie de Nitra / Nyitra

Rédaction : Terminée

1 - Identifiants et bref historique du couvent


Identité

Auteur principal : de CEVINS Marie-Madeleine
Auteur(s) secondaire(s) :
Ordre : OFM
Numéro sur les cartes : 312
Coordonnées (lon,lat) : 18.083483,48.313833
Fonction du couvent :
Proximité lieu de rassemblement : Enceinte urbaine
Présence d'un autre couvent mendiant : Oui

Carte

Résumé

av. 1248 Fondation du couvent

1271 Incendie de la ville (et du couvent) suite à une attaque d'Ottokar II de Bohême

1441 Attaque du couvent par les troupes de Jean Forgách, pour des raisons politiques.

1448 Le transfert à l'Observance du couvent d'Esztergom fait de ce couvent le centre de l'ancienne custodie d'Esztergom

1552 Fuite des frères à Bratislava

1573 Destruction du couvent

Localité

Localité actuelle : Nitra
Localité en allemand : Neutra
Localité en hongrois : Nyitra
Localité en latin médiéval :
Type de localité : Grande ville marchande
Sociographie de la localité : Marchand(s) et artisan(s)

Custodie - Province - Pays

Custodie : Esztergom
Province mendiante en 1500 : Hongrie
Province mendiante entre 1220 et 1550 Année début Année fin
Hongrie
Pays actuel : Slovaquie
Pays entre 1250 et 1550 Année début Année fin
Royaume de Hongrie

Fondation

Début date de fondation : 1245
Fin date de fondation : 1248
Date de fermeture : 1552

Première mention en 1248, puis dans l'inventaire de 1316/1334/1336.

Fondateur

Fondateur :
Sociographie :
Taille :

2 - Documentation connue sur le couvent


Bibliographie générale

KARÁCSONYI János, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig, Budapest, 1922-1924, t. I, p. 213-222

Sources

BUNYITAY Vincze, RAPAICS Rajmond, KARÁCSONYI János (éd.), Monumenta ecclesiastica tempora innovatae in Hungaria religionis. Egyháztörténelmi emlékek a magyarországi hitujítás korából, Budapest, t. I-V, 1902-1912

t. I, p. 78 n°72 (= vente d'un pré par le couvent, 6 juin 1523)

t. IV, p. 487 n°455 (= vente d'un tiers du moulin, avril 1546)

DIVÉKY Adorján (éd.), Zsigmond lengyel herczeg budai számadásai (Történelmi Tár XXVI), Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, 1914, p. 190 (= don ponctuel du prince Sigismond Jagellon, 1502)

3 - Discours et normes économiques des frères du couvent


4 - Décideurs, agents et intermédiaires économiques


5 - Biens et revenus fonciers (stables) du couvent


Première mention : 1277
Provenance : Donation
Précisions :
  • 1277 (?) - av.1430 : n'ayant manifestement pas les moyens de réparer ce moulin, les frères l'affermèrent à un meunier qui avait la charge de le remettre en état et conservait pour lui une partie des revenus tirés dudit moulin, ainsi, au bout d'un certain nombre d'années, qu'une partie du moulin lui-même ; ce que fit avant 1430 le meunier nommé Thomas, bourgeois de Nitra ; il fit restaurer le moulin et perçut 1/3 de son revenu
  • av. 1430 : le meunier Thomas avait déclaré aux frères qu'à sa mort, il cèderait le tiers qui lui revenait au couvent en échange de messes perpétuelles pour le salut de son âme et celui de ses parents ; mais il mourut intestat et c'est la sœur du défunt (Scolastique) et son mari (Étienne Tar, habitant d'Üzbeg) qui héritèrent du tiers de moulin de Thomas.
  • 1430 : le problème vint de ce que les héritiers de Thomas laissèrent le moulin tomber en ruines, si bien qu'il ne rapportait plus les 2/3 restant aux frères ; ceux-ci tentèrent de racheter leur part aux héritiers de Thomas ; un émissaire du palatin Mathias de Pálóc estima à 250 marcs le tiers du moulin (donc 750 marcs pour la totalité du moulin) ; mais les héritiers de Thomas contestèrent cette estimation et refusèrent la proposition de rachat ; les frères entamèrent alors une procédure pour en reprendre possession ; le 20 janvier 1430, le gardien du couvent nommé Antoine porta l'affaire devant le chapitre collégial de Nitra, qui condamna le comportement d'Étienne Tar et de sa femme, donnant ainsi satisfaction aux frères en leur attribuant la totalité du moulin, moyennant la somme convenue < KARÁCSONYI I, p. 214-215 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, fol.3 n°2)
  • 1437 : les seigneurs propriétaires de moulins dans le voisinage contestèrent la possibilité pour leurs paysans de moudre leur grain dans le "moulin des frères", considérant qu'il ne pouvait être utilisé que par les citadins de Nitra, et empêchent leurs paysans de l'utiliser, au préjudice des frères ; le gardien Thomas porta l'affaire devant l'ispan du comitat de Nitra, Georges de Rozgony, le 8 mai 1437 ; il convoqua des nobles du comitat qui déclarèrent que, depuis toujours, tous pouvaient moudre leur grain au moulin des frères, et non seulement les habitants de la ville de Nitra. < KARÁCSONYI I, p. 214-215 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, fol.3 n°2)
  • début janvier 1449 : à la demande du gardien Thomas, la charte de 1430 fut transcrite par l'abbé bénédictin de Zobor.
  • novembre 1465 : peut-être parce que de nouvelles contestations avaient émergé, le gardien du couvent nommé Georges produisit au chapitre de Nitra la charte comtale de 1437 reconnaissant le droit d'utilisation de leur moulin par tous les habitants, citadins ou ruraux
  • 1483 : le moulin ayant été détruit par les troupes polonaises de Casimir IV en 1471, Sigismond de Sártván, capitaine de Sempte, proposa de le reconstruire en échange de la célébration de messes (une messe pour les défunts le lundi, une pour la Vierge le samedi) - même en cas de nouvelle destruction du moulin - et du droit pour lui et son frère Christophe d'y moudre leur grain sans payer de taxe ; ces conditions furent acceptées par le provincial de Hongrie le 15 mai 1483. < KARÁCSONYI I, p. 214-215 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, fol.3 n°3)
  • (...) voir Evolution dans le temps (à partir de 1503)
Valeur monétaire : 750 marcs (en 1430)
Revenus fonciers : Loyer
Evolution :

L'histoire de ce moulin est un vrai roman ! (voir aussi Mode d'exploitation)

  • en 1277 (du moins selon la déclaration de 2 témoins interrogés en 1492 et disant avoir vu la charte de donation de ce moulin, laquelle avait alors déjà disparu) : le roi de Hongrie Ladislas IV donna un moulin aux frères, à la demande du duc d'Autriche et de 2 seigneurs hongrois (André Fejér et Bese) - vraisemblablement en réparation des destructions causées par les troupes du roi de Bohême Ottokar II en 1271
  • 1277-1430 : voir Mode d'exploitation
  • 1433 : à peine récupéré par les frères, le moulin fut incendié par les hommes du hussite Blaskó, puis restauré par Antoine de Kereskény, père du noble Nicolas. < KARÁCSONYI I, p. 214-215 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, fol.3 n°2)
  • 1441 : dans le contexte d'instabilité politique, le couvent fut victime d'agressions et d'incendies
  • 1471 : destruction du moulin par les troupes polonaises du prince polonais Casimir ; reconstruit en 1483 (voir Mode d'exploitation)
  • 1483 : remise en cause par l'évêque de Nitra Grégoire, lui-même franciscain, de la possession de ce moulin par le couvent (au nom du respect de la règle, selon János Karácsonyi, p.215-216)
  • 1492 : l'évêque de Nitra Antoine de Sánkfalva (Sánkfalvy) fait occuper le moulin au printemps 1492 par son capitaine ; les frères se plaignent au roi, qui confire l'affaire au tribunal du comitat ; l'audition de 53 témoins le 3 juillet 1492 fait apparaître que le moulin a toujours appartenu aux frères et la sentence confie à un juré de la ville et à un juge noble du comitat la tâche de remettre ce moulin aux frères ; mais les hommes de l'évêque, qui avaient emporté le grain moulu sur place, dispersent les frères venus reprendre possession du moulin et reçurent l'ordre de capturer et de fouetter (!) les frères qui se présenteraient ; le tribunal du comitat de Nitra ne pouvant s'opposer à l'évêque, il adressa au roi un rapport détaillé de la situation le 3 octobre 1492. < KARÁCSONYI I, p. 216 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1502 : à la mort de l'évêque Sánkfalvy, le provincial de Hongrie André de Segösd fait transcrire la charte du 3 octobre 1492 par le chapitre d'Óbuda le 24 septembre 1502 pour récupérer ce moulin < KARÁCSONYI I, p. 216 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1503 : l'évêque de Nitra semble avoir rendu une partie du moulin, car le custode de Nitra Jean de Segösd et le gardien du couvent de Nitra nommé Jean de Paks passent un compromis le 22 janvier avec un meunier nommé Pierre le Meunier (Molnár) ; il est prévu que Pierre consacrera la moitié de son tiers à la reconstruction de la partie du moulin ayant brûlé, ce qu'il accepte à condition qu'un frère lai soit mis à sa disposition pour l'aider < KARÁCSONYI I, p. 216 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1505 : le nouvel évêque, Étienne de Bajon déclare le 2 mai devant le chapitre collégial de Nitra qu'il rend au couvent Notre-Dame des faubourgs de Nitra le moulin occupé par le juge de la citadelle et le capitaine de Nitra < KARÁCSONYI I, p. 216 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1506 (8 mars) : avec l'accord du provincial André de Bácsa, le custode de Nitra Jean de Segösd, en présence du procureur du couvent Christophe de Párucsa(y), donne la moitié du tiers du moulin à Benoît Horváth de Cseh, à charge pour lui de reconstruire le moulin ; le couvent fournira seulement les meules < KARÁCSONYI I, p. 217 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1506 (22 août) : l'évêque Étienne de Bajon, devant le chapitre de Nitra, transfère officiellement et définitivement ledit moulin aux franciscains de Nitra, en soulignant que c'est de ce moulin que les frères tirent leur subsistance, indispensable pour accomplir le service divin ; cession confirmée par le roi Wladislas II et suivie de la remise solennelle du moulin aux frères le 8 septembre, transfert confirmé par la transcription royale du 9 octobre 1506 < KARÁCSONYI I, p. 217 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1507 : Benoit Horváth de Cseh n'ayant pu tenir ses engagements, il fallut trouver un autre meunier : Grégoire le Meunier (Molnár) ; Grégoire acheta à Pierre le Meunier pour 40 florins la moitié du tiers du "moulin des frères", en demandant de pouvoir utiliser le moulin pour lui, ce que le custode de Nitra et les autres frères acceptèrent mais en lui demandant de s'occuper, à proximité du moulin et pour leur compte, du menu bétail, moutons, chèvres, volailles ; à cette fin, ils lui transfèrent un pré qu'ils tiennent en gage de Sigismond de Párucza(y) et, au cas où ce pré leur serait repris, un pré légué au couvent par Nicolas Vidor ; sans grand succès... < KARÁCSONYI I, p. 217 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1516 : ce sont à nouveau Pierre Molnár et son fils (ceux qui avaient reçu la moitié du 1/3 du moulin en 1503), alors des bourgeois de Nitra, qui sont mentionnés comme exploitant ce moulin ; mais ils sont accusés de négligence devant l'évêque de Nitra au printemps 1516 par le gardien Grégoire Kölesery et les frères du couvent de Nitra ; l'évêque arbitra l'affaire en disant que les frères du couvent paieraient 14 florins à Pierre Molnár pour le travail accompli sur le moulin mais le chasseraient ensuite, lui et son fils, car ils étaient des serviteurs malhonnêtes ; le 28 mars, le gardien Grégoire Kölesery vint devant le chapitre de Nitra et paya les 14 florins < KARÁCSONYI I, p. 217-218 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, f. III)
  • 1546 : en avril, le gardien du couvent nommé Étienne de Brasov (Stephanus de Corona) et le prédicateur (concionator) Mathias de Szata, avec l'accord du custode, vendent un tiers du moulin, alors en ruine (totaliter a certis temporibus desolationi et ruine intenderet) pour 40 florins à Georges Takács de Lédec (Georgius Thakach de Ledecz) et à Pierre le Meunier de Néver (Petrus Molnar de Newer), dans les conditions suivantes : jusqu'à la Saint-Jean-Baptiste (24 juin), les frères leur demanderont seulement une mesure de froment chaque samedi (nisi post volutionem dictarum rotarum prefatis fratribus singulis diebus sabbati zaponem integrum farine ad sustentationem eorundem fratrum dare), puis après cette date, les deux tiers du produit du moulin ; et s'ils veuent réparer les troisième et quatrième roues du moulin, les frères devront leur fournir les pierres nécessaires. < BUNYITAY et alii (éd.), t. IV, p.487 n°455
  • 1551 : plaintes des frères de ce couvent au chapitre provincial contre les acquéreurs du moulin ; ils pensent avoir enfin trouvé un repreneur honnête en la personne de Thomas de Kislonyik, qui reçoit le moulin à ferme - avec 5 prés ( !) - pour un rapport (loyer) de 76 mesures de froment par an, le 13 juillet 1551. < KARÁCSONYI I, p. 219 (d'après Archives du Chapitre de Nitra, Prot. II, p.54)
  • 1552 : en raison des guerres turques, les frères s'étant réfugiés à Bratislava, le moulin appartient provisoirement au couvent de Bratislava
  • 1557 (8 juin) : le provincial et le custode renouvellent devant le chapitre de Bratislava le compromis passé en 1551 avec Thomas de Kislonyik et l'autorisent à utiliser le jardin allant du contrebas du couvent jusqu'au cours du Petit-Nitra, avec les arbres fruitiers qu'ils y avaient plantés
  • 1571 : moulin donné à ferme en janvier 1571 par Émeric de Szatmárnémeti, au nom de l'Ordre, à deux meuniers, Valentin et Démétrius Molnár, pour un loyer de 60 mesures de froment par an. < KARÁCSONYI I, p. 219-220
Type de bien : Pré
Première mention : 1523
Position : hors la ville
Précisions :

Localisation du pré :

in metis civitatis Nitriensis, infra pretactum suburbium, infra flumen Nitra, in vicinitatibus pratorum ab oriente providi Valentini Mezaros, ab occidente ecclesie Sancti Michaelis adiacens

Valeur monétaire : 4 florins
Evolution :

Le 6 juin 1523, le custode de Nitra et le gardien du couvent vendent ce pré, situé à l'extérieur de la ville, au chanoine de Nitra nommé Sébastien de Gercsely (Sebastianus de Gerchel) pour la somme de 4 florins ; condition posée : à la mort du chanoine, ce pré devra être restitué au couvent et les frères en retrouveront la jouissance (ac fratres tunc ibidem degentes vigore presentium occupare et tenere possent et valerent).

< BUNYITAY et alii (éd.), p. 78 n°72

Type de bien : Vigne
Première mention : 1526
Valeur monétaire : 26 florins
Evolution :

Le 19 mars 1526, le custode de Nitra se rend devant le chapitre de Nitra parce qu'il a vendu pour 26 florins deux arpents de vignes pour 26 florins au chanoine chantre de Nitra nommé Wenceslas de Bán.

< KARÁCSONYI I, p. 219 (d'après Archives du Chapitre de Nitra, f. I, n°19)

Type de bien : Pré
Première mention : 1551
Précisions :

Cinq prés furent mis en location (ou affermés) le 13 juillet 1551, en même temps que le moulin du couvent, à Thomas de Kislonyik, pour un loyer de 76 mesures de froment par an.

< KARÁCSONYI I, p. 219 (d'après Archives du Chapitre de Nitra, Prot. II, p.54)

Type de bien : Étang piscicole
Première mention : ca 1500
Précisions :

Les membres du lignage des Párucza autorisèrent les frères à aménager des étangs poissonneux sur leurs terres.

< ?

Bilan

L'essentiel du revenu des frères semble provenir du moulin reçu en 1277.

Les frères mettent en vente plusieurs biens fonciers à partir des années 1520.

Après le départ des frères en 1552 :

  • 1578 (22 juin) : le chanoine de Nitra (puis évêque) Zacharie Mossóczy, pour que les biens du couvent détruit restent à l'Église, s'engage à payer à titre de bail pour les terres du couvent 8 florins par an, à restaurer le moulin et à payer 40 mesures de froment pendant 5 ans puis 60 mesures aux frères du couvent de Bratislava (ou de Trnava / Nagyszombat s'ils s'y réfugient) ; mais cette décision fut invalidée en 1580 par le ministre général
  • 1587 : le provincial réunit toutes les chartes sur le couvent de Nitra et ses biens
  • 1592 : audition de témoins pour savoir où étaient situés les terres du couvent

< KARÁCSONYI I, p. 220-221

6 - Biens et revenus non fonciers du couvent


Date de mention : 1502
Provenance : Don
Revenus : 1 orton (1/4 florin)
Observations :

Le 26 novembre 1502, lors de son séjour à Nitra, le prince Sigismond Jagellon donna 1 orton (soit 1/4 florin) en aumône aux frères de ce couvent :

Item monachis de ordine Sancti Francisci dedi 1 ortt.

Il donne la même somme aux Prêcheurs de la ville.

< DIVÉKY (éd.), p. 190

7 - Structure des dépenses du couvent


8 - Cadre de vie des frères : bâtiments et équipement


Eglise conventuelle

Etat

Église entièrement détruite.

Bâtiments conventuels

Etat

Aucun vestige médiéval.

9 - Economie du salut


Tombes

Date réalisation Identité Condition Sociographie Observations
ca 1500 lignage des Párucza Laïcs Noble(s) de niveau intermédiaire ou inférieur

Plusieurs tombes du lignage noble des Párucza ont été retrouvées dans l'église.

< ?

Testaments

Date Testateur Sociographie Legs Service Détail
1502 Hedwige de Teschen, veuve du palatin Étienne de Szapolya Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) 150 florins + 100 florins Services pro anima

Le 24 avril 1502, le chapitre provincial réuni à Szemenye fit état de la donation de la veuve de l'ancien palatin Étienne de Szapolya, Hedwige de Teschen, à l'intention du couvent de Nitra.

Elle léguait un capital de 150 floins et en promettait 100 de plus, en échange de 3 messes perpétuelles :

  • 2 à l'autel de la Vierge Marie
  • 1 à l'autel Saint-François.

Les délégués du ministre général, Bernard Ceva et Nicolas Horia, reconnurent cette donation et ordonnèrent aux frères de réciter ces messes avec diligence.

< KARÁCSONYI I, p. 218 (d'après Archives franciscaines de Bratislava, Lad. XXXVI.)

Autres dons

Date Donateur Sociographie Service Dons
1483 Sigismond de Sártván Noble(s) de niveau intermédiaire ou inférieur Services pro anima

En 1483, Sigismond de Sártván, capitaine de Sempte, proposa de reconstruire le moulin des frères en échange de la célébration de deux messes pour le salut de son âme, à réciter même en cas de nouvelle destruction du moulin :

  • une messe pour les défunts le lundi
  • une pour la Vierge le samedi.

Ces conditions furent acceptées par le provincial de Hongrie le 15 mai 1483.

< KARÁCSONYI I, p. 214-215 (d'après Archives privées du chapitre de Nitra, Instrumenta radicalia, fol.3 n°3)

10 - Autres