Couvent franciscain Saint-François d'Oradea / Nagyvárad

Rédaction : Terminée

1 - Identifiants et bref historique du couvent


Identité

Auteur principal : de CEVINS Marie-Madeleine
Auteur(s) secondaire(s) :
Ordre : OFM
Numéro sur les cartes : 251
Coordonnées (lon,lat) : 21.937407,47.054155
Fonction du couvent : Studium
Proximité lieu de rassemblement :
Présence d'un autre couvent mendiant : Oui

Carte

Résumé

av.1298 Fondation du couvent Saint-François par l'évêque d'Oradea

v.1379 Le couvent, initialement rattaché à la custodie d'Eger, devient le centre d'une nouvelle custodie

1533 Un studium est attesté dans ce couvent.

1557 Les troupes du capitaine Thomas Varkus détruisent le couvent, dont les derniers murs s'écroulent en 1692.

Un couvent de Clarisses était placé sous la surveillance des frères de ce couvent, de même qu'une fraternité du tiers-ordre (béguines).

Localité

Localité actuelle : Oradea, Oradea Mare
Localité en allemand : Grosswardein
Localité en hongrois : Nagyvárad, Várad
Localité en latin médiéval : Varadinum
Type de localité : Cité épiscopale
Sociographie de la localité : Marchand(s) et artisan(s)

Custodie - Province - Pays

Custodie : Eger, Custodie : Oradea
Province mendiante en 1500 : Hongrie
Province mendiante entre 1220 et 1550 Année début Année fin
Hongrie
Pays actuel : Roumanie
Pays entre 1250 et 1550 Année début Année fin
Royaume de Hongrie

Fondation

Début date de fondation : 1290
Fin date de fondation : 1298
Date de fermeture : 1557

Date de fondation exacte inconnue.

Fondateur

Couvent de taille imposante, siège de custodie (vers 1379) et ayant accueilli de nombreux chapitres provinciaux, dès 1298, puis en 1332, et de façon systématique entre les années 1533 à 1550.

Le couvent abritait une école de théologie (studium), mentionnée en 1533.

2 - Documentation connue sur le couvent


Bibliographie générale

KARÁCSONYI János, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig, Budapest, 1922-1924, t. I , p. 292-294

KÓSA Eugenius, Antiquarii provinciae sanctae Mariae in Hungaria ordinis Minorum a.p.n. Francisci strictioris observantiae collectanea 1206-1774 [inédit}

ROMHÁNYI Beatrix, Kolostorok és társaskáptalanok a középkori Magyarországon, Budapest, 2000, p. 46

Sources

Sources imprimées :

FEJÉR György (éd.), Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis, Buda, Regia Universitas, 1829-1844, t. VIII/4, p. 427-429 (= testament d'Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise, 1339, transcription du chapitre cathédral d'Oradea, 20 janvier 1341)

Sources manuscrites :

Magyar Nemzeti Levéltár / Archives Nationales Hongroises (Budapest)

  • MNL DL 3280 (= testament d'Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise, 1339, transcription du chapitre cathédral d'Oradea, 20 janvier 1341)
  • MNL DL 13269 (= service funèbre et sépulture accordés à Pierre Botos, 1438)

3 - Discours et normes économiques des frères du couvent


4 - Décideurs, agents et intermédiaires économiques


5 - Biens et revenus fonciers (stables) du couvent


6 - Biens et revenus non fonciers du couvent


Date de mention : 1339
Revenus : 1 tonneau de vin par an
Observations :

Dans son testament dressé en 1339, Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise, cède à celui-ci une vigne, à titre viager, à condition pour lui de livrer chaque année aux frères du couvent un tonneau de vin provenant de cette vigne :

In primis videlicet vineam meam a primo consorte meo mihi testamento relictam lego praedicto comiti Blasio consorti meo usque vitam suam, ita videlicet, quod singulis annis fratres minores, donec idem consors meus vitam finierit, unam tunellam vini habeant de eadem vinea.

< MNL DL 3280 ; FEJÉR (éd.), VIII/4, p. 427-429

7 - Structure des dépenses du couvent


8 - Cadre de vie des frères : bâtiments et équipement


Eglise conventuelle

Etat Nef - Choeur - Plan

Aucun vestige médiéval assuré.

Compl.

une seule nef ; 40 x 12,3 m

choeur polygonal

< ROMHÁNYI, p. 46

Bâtiments conventuels

Etat

Aucun vestige médiéval.

9 - Economie du salut


Tombes

Date réalisation Identité Condition Sociographie Emplacement Observations
1339 Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise Laïcs Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) Église (sans précision)

En 1339 (selon la transcription de son testament établie en 1341), Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise, avait demandé à être ensevelie dans l'église de ce couvent :

Item sepulturam eligo apud fratres minores.

< MNL DL 3280 ; FEJÉR (éd.), VIII/4, p. 427-429

1438 Pierre Botos, noble Laïcs Noble(s) de niveau intermédiaire ou inférieur Cimetière du couvent

En 1438, Pierre (fils de Pierre) Botos (Botus), d'origine noble (apparenté aux Gara), obtint du provincial de Hongrie (André d'Eger) le privilège d'être enseveli chez les Frères mineurs d'Oradea, après célébration par ceux-ci d'une messe funèbre sur sa dépouille, outre son entrée dans la confraternité ordinaire de l'Ordre.

funeram vestram ad prefatam nostrum ecclesiam ad sepeliendum deportata fuerit, fratres illa honorifice suscipere debeant a persolutis devotis divinis officiis terre gremio recondere teneantur

< MNL DL 13269

Testaments

Date Testateur Sociographie Legs Service Détail
1552 Étienne / István Kamonczy, chanoine d'Oradea Membre(s) du clergé séculier intermédiaire 6 florins à l'organiste + 6 florins au prédicateur

Le chanoine d'Oradea nommé Étienne de Kamonc (actuelle Kamenica) lègue à deux frères de ce couvent 6 florins chacun :

- l'organiste Sylvestre

- le prédicateur François de Szeged

< KARÁCSONYI I, p. 294 (d'après les archives du chapitre de Bratislava, Prot. IX, 100)

1339 Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) 1 tonneau de vin par an Enterrement au couvent sans l'habit

Dans son testament rédigé en 1339 en présence du gardien du couvent d'Oradea (et transcrit le 20 janvier 1341 par le chapitre d'Oradea), Élisabeth, épouse de l'ispan Blaise, a donné par testament une vigne à son époux à titre viager, à condition pour lui de livrer chaque année aux Frères mineurs un tonneau de vin provenant de cette vigne (voir Biens non fonciers).

C'est là qu'elle élit sépulture (voir Tombes).

D'autres dons sont prévus à divers établissements ecclésiastiques.

< MNL DL 3280 ; FEJÉR (éd.), VIII/4, p. 427-429

Associations de laïcs

Association Observations
Confraternité

En 1438, Pierre Botos (Petrus filius Petris Botus), d'extraction noble (apparenté aux Gara), est admis dans la confraternité ordinaire de l'Ordre des Mineurs par le provincial de Hongrie nommé André d'Eger, en chapitre provincial, avec son épouse et ses enfants, en sus de son enterrement au couvent d'Oradea.

< MNL DL 13269

10 - Autres