Couvent franciscain obs. St-Michel de Suseni / Felfalu

Rédaction : Terminée

1 - Identifiants et bref historique du couvent


Identité

Auteur principal : de CEVINS Marie-Madeleine
Auteur(s) secondaire(s) :
Ordre : OFM Obs
Numéro sur les cartes : 275
Coordonnées (lon,lat) : 24.732704,46.814133
Fonction du couvent :
Proximité lieu de rassemblement :
Présence d'un autre couvent mendiant : Non

Carte

Résumé

1427-1431 Fondation (en deux temps) du couvent Saint-Michel par le seigneur du lieu, Jean, fils du baron "Désiré" de Lósonc (Johannes, filius Desew de Losoncz, en hongrois Deszőfi) avec l'autorisation du pape Martin V (délivrée le 13 décembre 1427 et confirmée par Eugène IV en 1431) et en lui attribuant la fonction de convertir les orthodoxes russes et roumains des environs

1431 (4 juin) À la demande du fondateur, le pape Eugène IV demande à l'évêque de Transylvanie d'inciter le vicaire de Bosnie à envoyer des frères (supplémentaires) dans ce couvent

1535 Mention d'une communauté de tertiaires féminines (béguines) rattachée à ce couvent, munie d'un confesseur, en activité jusqu'à 1540 environ

1535-1537 Dans le cadre de la réorganisation de la province salvatorienne de Hongrie, ce couvent est rattaché (pendant deux ans) à la custodie de Târgu Mureş puis est à nouveau intégrée à la custodie de Transylvanie

v. 1540 Les graves dommages subis par le couvent, de cause inconnue, contraignent les frères à quitter les lieux

1542 et 1544 Le nouveau patron, François Kendy / Kendi, demande à deux reprises aux dirigeants de la province le retour des frères dans ce couvent ; mais le projet de restauration échoue, sans doute parce que le patron ne respecte pas les engagements pris pour assurer la protection et la subsistance des frères.

Localité

Localité actuelle : Suseni
Localité en allemand :
Localité en hongrois : Felfalu, Marosfelfalu
Localité en latin médiéval : Felfalw, Felfalva
Type de localité : Village
Sociographie de la localité : Paysan(s)

Custodie - Province - Pays

Custodie : Transylvanie
Province mendiante en 1500 : Hongrie
Province mendiante entre 1220 et 1550 Année début Année fin
Hongrie
Pays actuel : Roumanie
Pays entre 1250 et 1550 Année début Année fin
Royaume de Hongrie

Fondation

Début date de fondation : 1427
Fin date de fondation : 1431
Début date de fermeture : 1538
Fin date de fermeture : 1542

Fondation en deux temps, d'après l'autorisation délivrée par le pape Martin V puis Eugène IV en 1427 et 1431 (voir Cadre de vie, Église).

Fondateur

Fondateur :
  • 1431 : encore très peu de frères puisque le pape demande au vicaire de Bosnie de transférer des frères dans ce couvent
  • 1509 : moins de 12 frères (couvent désigné comme locus dans les listes de la province)
  • 1535 : 21 frères, dont 7 prêtres, 4 novices et 10 frères lais

2 - Documentation connue sur le couvent


Bibliographie générale

KARÁCSONYI János, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig, Budapest, 1922-1924, t. II, p. 47-49, 549

ROMHÁNYI Beatrix, Kolostorok és társaskáptalanok a középkori Magyarországon, Budapest, 2000, p. 25

Sources

Sources imprimées :

BUNYITAY Vincze, RAPAICS Rajmond, KARÁCSONYI János (éd.), Monumenta ecclesiastica tempora innovatae in Hungaria religionis. Egyháztörténelmi emlékek a magyarországi hitujítás korából, Budapest, t. I-V, 1902-1912, t. II,

  • n° 159 p. 180 (= don fait par testament par Madeleine, veuve du lapicide Georges, de Cluj, 19 décembre 1531)
  • p. 498 (= décision du chapitre de la province de ne pas faire revenir les frères en raison de la non réparation du couvent par la patronus, 1542)
  • p. 503 (= accord entre le chapitre provincial réuni à Oradea et le patronus sur les conditions du retour des frères, 1544)

FERMENDŽIN Eusebius (éd.), Acta Bosnae potissimum ecclesiastica cum insertis editorum documentorum regestis ab anno 925 usque ad annum 1752, Zagreb, 1892, t. I, n° 699, p. 136 (= ordre donné par le pape Eugène IV au vicaire de Bosnie, par l'intermédiaire de l'évêque de Transylvanie, d'affecter des frères supplémentaires à ce couvent, 4 juin 1431)

3 - Discours et normes économiques des frères du couvent


4 - Décideurs, agents et intermédiaires économiques


Patronus

Identité Lignage Origine Commentaire
Jean de Lósonc, fils de Désiré (Deszőfi) Losonc Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

Fondateur du couvent.

François Kendy Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

Mentionné comme patronus à partir de 1542, il demande alors une première fois le retour des frères dans le couvent, après les dégâts subis vers 1540. Mais François Kendy n'ayant pas restauré les bâtiments, les dirigeants de la province assemblés en chapitre en 1542 refusent de faire revenir les frères sur les lieux :

Item locus de Felfalw totaliter destitutus et ruinatus, ex quo hunc fratres refici [sic] non possunt, eundem reassumere nequeunt, nisi prius hunc dominus Kendi, prout promittit, vel alius patronus eiusdem loci reparaverit.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 48-49 ; BUNYITAY et alii (éd.), t. II, p. 498 (année 1542)

En 1544, François Kendy réitère sa demande, avec l'appui de l'influent baron Farkas (Wolfgang) Bethlen. Le chapitre provincial accepte alors de faire revenir les frères et y affecte un gardien, mais en posant plusieurs conditions au patronus :

- il devra expulser tous les Luthériens de la localité

- il devra affecter un intendant (confrater) chargé d'assurer la défense des frères et la collecte des aumônes, ceci en le mettant totalement à la disposition du couvent (voir Agents externes)

François Kendy s'engage par ailleurs à fournir aux frères des livraisons de vivres (voir Biens et revenus non fonciers).

Le matériau de construction des différentes pièces du couvent fait l'objet d'un compromis (voir Cadre de vie, bâtiments conventuels).

< KARÁCSONYI, t. II, p. 48-49 ; BUNYITAY et alii (éd.), t. II, p. 503 (année 1544)

Agents externes

Type Date Nombre Désignation Sociographie Attribution Détail
Confrater, Procurator 1544 1 nommé par le patron Paysan(s) défendre les intérêts du couvent et récolter les aumônes

L'accord conclu entre le patron du couvent, François Kendy, et le chapitre provincial de 1544 pose comme condition au retour des frères dans le couvent la nomination par celui-ci d'un intendant, désigné par lui parmi ses paysans et dégagé de toute autre charge pour le compte du patron, qui assumera deux tâches

  • la défense des intérêts du couvent face à de possibles spoliateurs
  • la collecte (ou gestion) des dons, aumônes et legs, et leur mise à disposition pour les besoins des frères.

Preterea idem [patronus] deputet fratribus loci illius [Felfalw] unum confratrem sive procuratorem ex suis jobagionibus, qui per eum eximatur ab omni exaccione ordinaria et extraordinaria, aliisque quibuscunque servitiis et oneribus ipsi patrono debentibus ; secus aliquis curam fratrum non acceptat, nec fratres absque illo possunt demorare in loco, qui ex apostolico indultu oblata et legata fratribus habet [sic] dispensare ad eorum usum.

< BUNYITAY et alii (éd.), t. II, p. 503 (année 1544)

5 - Biens et revenus fonciers (stables) du couvent


6 - Biens et revenus non fonciers du couvent


Date de mention : 1471
Provenance : Don
Possession :

Sans droit de proprietas sur l'étang dont proviennent ces poissons.

Revenus : poissons pêchés dans l'étang de Sîncraiu de Mureş (Marosszentkirályi)
Observations :

En 1471, le noble transylvain André de Toldalag ordonne la livraison aux frères de ce couvent (comme à ceux d'au moins un autre couvent de la région) d'une partie des prises effectuées dans son étang de Sîncraiu de Mureş / Marosszentkirályi.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 47, d'après un manuscrit anciennement dans les Archives du Musée National, fonds de la famille des comtes Bánffy

Date de mention : 1535
Observations :

D'après les listes inventaires de 1535, sur les 10 frères lais du couvent, il y avait un cordonnier, un potier, un charron.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 48 (d'après un document mal référencé)

Mais rien n'indique qu'ils vendaient une partie au moins de leur production artisanale.

Type de bien : Cheptel
Date de mention : 1544
Provenance : Don
Observations :

Devant le chapitre provincial de 1544 qui refusait jusqu'alors de faire revenir des frères dans ce couvent, le patron du couvent, François Kendy, s'engagea à remettre au couvent, à la fois pour la restauration des bâtiments et la subsistance des religieux (ad illius loci refectionem et usum fratrum) :

  • 3 tonneaux de vin (vasa vini III)
  • 32 mesures de froment (cubulos tritici XXXII)
  • 4 boeufs à viande (boves mactabiles IIII)
  • 6 vaches (vaccas VI)
  • 32 moutons (oves XXXII)

outre d'autres bovins pour transporter le bois et les autres matériaux nécessaires à la reconstruction du couvent (et ceteros boves pro conportandis lignis et aliis necessariis ad loci restaurationem).

< BUNYITAY et alii (éd.), t. II, p. 503 (année 1544)

Mais rien ne fut réellement remis, manifestement, puisque le couvent ne reprit jamais vie.

7 - Structure des dépenses du couvent


8 - Cadre de vie des frères : bâtiments et équipement


Eglise conventuelle

Origine Etat
église ou chapelle dédiée à saint Michel (?)

Aucun vestige.

La fondation semble avoir eu lieu en deux temps, d'après la supplique adressée à Martin V en 1427, qui parle de "confirmation" :

Supplicatio nobilis Johannis filii Desew de Losoncz [...] de confirmatione fundationis et edificationis unius domus cumcum ecclesia sancti Michaelis archangeli in sua possessione Felfalu in iuxta oppidum Regen prope flumen Marus [...]pro usu fratrum ordinis Minorum de observantia facte.

L'église et le couvent se situaient peut-être à l'emplacement du cimetière actuel.

< http://www.kutyahon.de/erdelyi.templomok/marosfelfalu/ (dernière consultation le 16 août 2017)

Bâtiments conventuels

Compl.

Dans le projet de retour des frères dans le couvent, détruit, en 1544, le matériau de construction des différentes pièces du couvent fait l'objet d'un compromis entre le patronus, François Kendy, et le chapitre provincial assemblé. Celui-ci accepte qu'il n'y ait pas de mur autour du couvent mais une simple haie ; les autres pièces (réfectoire, cellules, cuisine, cellier) seront en pierre.

Preterea idem [patronus] optat et wlt, quod locus non cingatur muro, sed duntaxat sepibus, alii [sic] officine, ut refectorium, celle, coquina, canapa fiant de lapidibus.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 48-49 ; BUNYITAY et alii (éd.), t. II, p. 503 (année 1544)

9 - Economie du salut


Testaments

Date Testateur Sociographie Legs Service Détail
1531 Madeleine, veuve du tailleur de pierre Georges (Kőfaragó) Bourgeois urbain(s) 1 florin Services pro anima

Dans son testament dressé le 19 décembre 1531, Madeleine, la veuve du tailleur de pierre (Kőfaragó) de Cluj / Kolozsvár nommé Georges, lègue à ce couvent 1 florin - ce qui est la somme minimale léguée à un couvent dans son testament -, avec obligation pour les frères (de ce couvent comme des trois autres couvents énumérés dans ce paragraphe) de dire des messes "avec passion / Passion" :

ad locum de Felffalw florenum I [...], ita quod omnes isti fratres dicant missas aliquas cum passione.

< BUNYITAY et alii (éd.), t. II, n° 159 p. 180

10 - Autres