Couvent franciscain obs. de Albeşti / Fehéregyháza

Rédaction : Terminée

1 - Identifiants et bref historique du couvent


Identité

Auteur principal : de CEVINS Marie-Madeleine
Auteur(s) secondaire(s) :
Ordre : OFM Obs
Numéro sur les cartes : 256
Coordonnées (lon,lat) : 24.851031,46.23541
Fonction du couvent :
Proximité lieu de rassemblement :
Présence d'un autre couvent mendiant :

Carte

Résumé

1440-1448 Fondation du couvent par un membre de la famille de Nádas(d) ou de Vizakna ; il est peuplé principalement de "Saxons" (d'après les listes du début du XVIe siècle)

1535-1556 Mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, avec un confesseur "saxon"

1535-1537 D'abord intégré à la custodie de Transylvanie, le couvent est rattaché à la custodie de Târgu Mures avant de revenir à la custodie (à nouveau unique) de Transylvanie

1556 Fermeture du couvent suite à la diffusion du protestantisme

Localité

Localité actuelle : Albeşti
Localité en allemand : Weisskirch, Wyzkirch
Localité en hongrois : Fehéregyháza
Localité en latin médiéval : Fejereghaz, Wyzkirch
Type de localité : Village
Sociographie de la localité : Paysan(s)

Custodie - Province - Pays

Province mendiante en 1500 : Hongrie
Province mendiante entre 1220 et 1550 Année début Année fin
Hongrie
Pays actuel : Roumanie
Pays entre 1250 et 1550 Année début Année fin
Royaume de Hongrie

Fondation

Début date de fondation : 1440
Fin date de fondation : 1448
Date de fermeture : 1556

1448 : première mention écrite de ce couvent, dans le testament de Michel (II) de Nádas(d).

< ROMHÁNYI II, p. 24-25

Fondateur

  • 1509 : moins de 12 frères (couvent désigné comme locus)
  • 1535 : 19 frères, dont 8 prêtres, 3 novices et 8 frères lais

2 - Documentation connue sur le couvent


Bibliographie générale

KARÁCSONYI János, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig, Budapest, 1922-1924, t. II, p. 45-46

ROMHÁNYI Beatrix, Kolostorok és társaskáptalanok a középkori Magyarországon, Budapest, 2000, p. 24-25

RUSU Adrian Andrei (dir.), Dicţionarul mănăstirilor din Transilvania, Banat, Crişana şi Maramureş, Cluj-Napoca, 2000, p. 54-55

Sources

Sources manuscrites :

Budapest, Archives Nationales Hongroises (Magyar Nemzeti Levéltär) (MNL) :

  • DL 74407 (= testament de Léonard de Barlabás, 28 janvier 1525)

Szeged, Csongrád Megyei Levéltár (CsML) [Archives du comitat de Csongrád], Origo fratrum minorum regularis observantiae s. b. Francisci in Hungaria, ms XII 4, a/20, fol. 66v (= liste des frères, 1534-1535)

Sources imprimées :

BARABÁS Samu, A római szent birodalmi gróf széki Teleki család oklevéltára. Codex diplomaticus sacri romani imperii comitum familiae Teleki de Szék, Budapest, 1895, t. II, p. 450-455 (= (= testament de Léonard de Barlabás, 28 janvier 1525)

FABRITIUS Karl / Károly (éd.), Urkundenbuch zur Geschichte des Kisder Kapitels vor der Reformation und der auf dem Gebiete desselben ehedem befindlichen Orden, Hermannstadt, Franz Michaelis, 1875, p. 59 n°112 (= testament de Michel de Nádas(d), 11 octobre 1448) et p. 151-152 n°170 (= don de la municipalité de Sibiu aux frères du couvent, 1507)

TOLDY Ferenc (éd.), Analecta monumentorum Hungariae historicorum literariorum maximum inedita, Pesthini, 1862 - reprint : Budapest, MTA, 1986 - , t. I (p. 213-315 : Blasii de Zalka et continuatorum ejus cronica fratrum minorum de observantia provinciae Boznae et Hungariae), p. (= liste des frères de ce couvent, dont les frères lais, en 1535 (? réf. indiquée par Karácsonyi mais non trouvée)

3 - Discours et normes économiques des frères du couvent


4 - Décideurs, agents et intermédiaires économiques


Patronus

Lignage Origine Commentaire
Nádasd Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

C'est un membre du lignage des Nádas(d) qui semble avoir fondé ce couvent, avant 1448, date de sa première mention (voir supra).

5 - Biens et revenus fonciers (stables) du couvent


6 - Biens et revenus non fonciers du couvent


Date de mention : 1507
Possession :

En 1507, le registre du représentant des Saxons (Sibiu) mentionne, entre autres dons à des églises de Transylvanie, un don de 6 florins aux fratribus S. Francisci in Wyszkyrch.

< FABRITIUS (éd.), p. 152 n°171

Date de mention : 1535
Possession :

La liste des frères lais de ce couvent mentionne en 1535 un forgeron et un cordonnier.

< KARÁCSONYI, t.II, p. 46, d'après Cronica seu origo, fol.66v ; CsML, ms XII 4, a/20, fol. 66v

Mais rien ne prouve qu'ils vendaient une partie (au moins) de leur production.

7 - Structure des dépenses du couvent


8 - Cadre de vie des frères : bâtiments et équipement


Eglise conventuelle

Etat Nef - Choeur - Plan

Aucun vestige. L'église était encore debout en 1780.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 46

Photo Compl.

Une seule nef, terminée par un chevet assez long.

< RUSU, p. 54 (dont le plan photographié ci-dessus)

D'après une description de 1780, le choeur mesurait 10,8 m de long et environ 5,6 m de large.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 46

9 - Economie du salut


Testaments

Date Testateur Sociographie Legs Détail
1448 Michel (II) de Nádas Aristocrate(s), baron(s), magnat(s)

En 1448 (11 octobre), dans le testament de Michel de Nádas(d) (Nos Michael filius Salomonis de Nadasd), le gardien du couvent est mentionné, mais seulement comme témoin - ce qui n'exclut pas qu'il ait bénéficié d'un don, d'autant que le texte ne précise pas le contenu du testament :

presentibus autem religiosis fratribus utroque fratri gardiano de Feyreghaz et altero fratri conventuali minori,;;;

< FABRITIUS (éd.), p. 59 n°112

1525 Léonard de Barlabás de Héderfáj Aristocrate(s), baron(s), magnat(s) 25 florins

En 1525 (28 janvier), le vice-voïvode de Transylvanie Léonard de Barlabás de Héderfaj lègue 25 florins aux monachis de Fejereghaz - soit autant qu'à 4 autres couvents ou ermitages de Transylvanie, mais nettement moins qu'au couvent où il élit sépulture (150 florins et un cheval).

Il précise dans son (très long) testament qu'il veut être inhumé dans un autre couvent.

< MNL DL 74407 ; BARABÁS (éd.), p. 450-451

Rayonnement social

Le rayonnement du couvent ne se limitait pas à une communauté ethnico-culturelle (Hongrois ou Saxons).

Le fait que des responsables saxons fassent des dons à ce couvent (voir revenus non fonciers, 1507) fait dire à János Karácsonyi (II, p. 46)que même les Saxons appréciaient la présence des frères de ce couvent.

Le recrutement des frères se faisait, d'après les noms des listes des années 1531-1535, au sein de la communauté saxonne. Ils passent tous au protestantisme dans les années 1550 et des Hongrois sont alors envoyés sur place... mais ils ne restent que très peu de temps au couvent, contraints de partir en 1556.

< KARÁCSONYI, t. II, p. 46-47

10 - Autres