de CEVINS Marie-Madeleine

Auteur de publications

Publication Résumé
"Les confraternités des ordres mendiants au Moyen Âge : une histoire à écrire"
Confraternity, Mendicant Orders, and Salvation in the Middle Ages: The Contribution of the Hungarian Sources (c. 1270–c. 1530)

By the late Middle Ages, mendicant spiritual confraternities had developed a poor reputation. Their spiritual status was ill-identified: somewhere between requests for intercession, necrological commemoration, and pious associations. ‘In the hands of the mendicants, they seemed to resemble what indulgences had supposedly become in the hands of the papacy: bait that was handed out to extort funds from the faithful while offering an apparently immediate access to Paradise. Thus, like indulgences, they seem to have been gradually emptied of their substance and denounced (even before Luther) as glaring evidence of the corruption of the Roman Church. Much recent scholarship has followed this negative portrait of spiritual confraternities — unless it has conflated them with other non-spiritual confraternities, or indeed ignored them altogether. This volume draws on the abundant number of letters of confraternity available from Hungarian sources in order to provide a more nuanced picture of mendicant spiritual confraternities. It sheds new light on the links between the mendicants and their supports among the laity, and emphasises the broader significance of the confraternity movement in late medieval piety in Central Europe and beyond.

Koldulórendi konfraternitások a középkori Magyarországon (1270 k. – 1530 k.)

[Les confraternités des ordres mendiants dans la Hongrie médiévale (v. 1270-v. 1530)]

Objet spirituel mal identifié, situé à mi-chemin entre demande d'intercession, commémoration nécrologique et associations de piété, les confraternités des ordres mendiants auraient été à la fin du Moyen Âge entre les mains des frères ce que les indulgences étaient devenues entre celles des évêques et de la papauté : un appât utilisé à tout-va pour extorquer des fonds aux fidèles en leur faisant miroiter l'accès quasi immédiat au Paradis. À partir de la documentation hongroise, exceptionnellement homogène, et sans négliger la spécificité du contexte magyar, l'auteur ramène cette pratique religieuse méconnue à sa juste place dans l'histoire des ordres mendiants, dans celle du mouvement confraternel, dans celle enfin de la piété tardo-médiévale. Elle met ainsi en relief une vision du salut qui s'affranchit de la fameuse "comptabilité de l'au-delà".

« Les confraternités des ordres mendiants au Moyen Âge : des réseaux sociaux ? »
« Research Results Based on Non-Textual Sources and Their Interpretation for the History of Mendicant Economy »
« Le franciscanisme à table. Les pratiques alimentaires des Frères mineurs en Europe centrale à la fin du Moyen Âge »

Les Frères mineurs ont instauré dès la fondation de l'ordre un rapport au corps spécifique oscillant entre tradition monastique et primauté de la vocation pastorale. Ses implications sur l'alimentation des religieux demeurent peu étudiées pour le Moyen Âge, notamment en Europe centrale, dans un contexte économique et social très différent du berceau italien de l'ordre. Cette contribution s'attache à confronter les interdits, restrictions et recommandations alimentaires imposées aux Frères mineurs centre-européens - principalement en Hongrie et Pologne - à leurs pratiques de table. Elle s'appuie sur une documentation à la fois textuelle et archéologique et accorde une attention particulière au moment décisif de la réforme observante, dont on sait combien elle a changé le visage du franciscanisme dans l'espace étudié.