Confrater

Type d'agent externe

Affichage de 1 à 7 sur 7 notices
Couvent Résumé
Couvent franciscain obs. St-Michel de Suseni / Felfalu

1427-1431 Fondation (en deux temps) du couvent Saint-Michel par le seigneur du lieu, Jean, fils du baron "Désiré" de Lósonc (Johannes, filius Desew de Losoncz, en hongrois Deszőfi) avec l'autorisation du pape Martin V (délivrée le 13 décembre 1427 et confirmée par Eugène IV en 1431) et en lui attribuant la fonction de convertir les orthodoxes russes et roumains des environs

1431 (4 juin) À la demande du fondateur, le pape Eugène IV demande à l'évêque de Transylvanie d'inciter le vicaire de Bosnie à envoyer des frères (supplémentaires) dans ce couvent

1535 Mention d'une communauté de tertiaires féminines (béguines) rattachée à ce couvent, munie d'un confesseur, en activité jusqu'à 1540 environ

1535-1537 Dans le cadre de la réorganisation de la province salvatorienne de Hongrie, ce couvent est rattaché (pendant deux ans) à la custodie de Târgu Mureş puis est à nouveau intégrée à la custodie de Transylvanie

v. 1540 Les graves dommages subis par le couvent, de cause inconnue, contraignent les frères à quitter les lieux

1542 et 1544 Le nouveau patron, François Kendy / Kendi, demande à deux reprises aux dirigeants de la province le retour des frères dans ce couvent ; mais le projet de restauration échoue, sans doute parce que le patron ne respecte pas les engagements pris pour assurer la protection et la subsistance des frères.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Jászberény

1472-1480 Transfert à l'Observance de ce couvent (fondé en 1472 par la communauté yazigue et placé sous le vocable de la Vierge Marie mais dans lequel les Conventuels n'eurent pas le temps de s'installer), probablement après un accord avec les Conventuels, à la demande du roi Mathias Corvin

v. 1500-1541 Communauté de tertiaires, avec un confesseur issu du couvent Sainte-Marie (mentionné en 1535)

1537 Le couvent, mentionné en 1516 comme appartenant à la custodie d'Esztergom, accueille le chapitre provincial

1558 Nomination d'un prédicateur dans ce couent pour réfuter les thèses protestantes

1560 Un protestant met le feu au couvent

1567 Expulsion des frères par les Ottomans, qui transforment le couvent en fort ; seul le prédicateur franciscain reste dans la ville (jusqu'en 1583)

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Şumuleu Ciuc / Csíksomlyó

1400 Autorisation pontificale de fonder un couvent franciscain dans ce lieu (Billich), parmi quatre localités

1441 Première mention de ce couvent, en tant que création de Jean de Hunyad, avec pour vocation d'encadrer les populations sicules et de servir de point de départ aux missions anti-hussites programmées en direction de la Moldavie

1448 Fin des travaux de construction de l'église

1462 Mathias Corvin confirme les privilèges reçus de Jean de Hunyad en 1442

1515 Le voïvode de Transylvanie Jean de Szapolya confirme les privlèges reçus de Mathias Corvin et de Jean de Hunyad

1535-1570 Mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, qui avait un confesseur (1535) et avait la charge des tertiaires de Braşov depuis 1531

1552-1553 Couvent incendié par les troupes du voïvode de Moldavie

1626 Après un demi-siècle de dépeuplement continu, le couvent accueille de nouveaux frères

Ce couvent, l'un des rares à avoir fonctionné sans discontinuité depuis le Moyen Âge, reste le lieu de pèlerinage des "Sicules", qui vénèrent en particulier la statue de Marie réalisée autour de 1520.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Voćin / Atyina

v.1490-1496 Fondation du couvent, dédié à la Vierge Marie, par Catherine d'Újlak, veuve de Jean (ou Ivan) de Korbava, qui avait reçu la localité du roi Mathias après l'extinction du lignage des Gara en 1479, et sa sœur Euphrosyne, veuve de Job de Gara ; les travaux de construction bénéficient du soutien du roi Wladislas II et de celui de Jean Corvin

1535 La communauté de tertiaires (béguines) rattachée à ce couvent, mentionnée pour la première fois mais probablement plus ancienne, se voit attribuer un confesseur

1535-1537 Abandon du couvent après la prise de Požega par les Ottomans

Couvent franciscain Saint-François de Pécs

av. 1260 Fondation du couvent franciscain de Pécs

1543 Destruction après la prise de la ville par les Ottomans

Couvent franciscain St-Jean-et-Ste-Marie de Bratislava / Pozsony

v.1250-1270 Fondation du couvent, sous le vocable de saint Jean l'Évangéliste

1271, 1273 Destructions causées par les campagnes d'Ottokar II de Bohême, suivies d'une reconstruction par le roi Ladislas IV

1297 (25 mars) Consécration en grande pompe par l'archevêque d'Esztergom de la nouvelle église du couvent, dédiée à la Vierge de l'Annonciation, en remplacement de l'ancienne église, la chapelle Saint-Jean

1297-1782 Le couvent a la cure du couvent de Clarisses de la ville (Sainte-Marie-Madeleine), ce qui occasionne de nombreuses interventions de leur part pour défendre les biens des soeurs

1327 Chapitre provincial dans ce couvent (le seul jusqu'en 1544)

1439 Incendie

v.1450-1455 Importants travaux de reconstruction et d'agrandissement

1480 Incendie

1490 La demande de transfert à l'Observance effectuée par le roi Mathias Corvin est interrompue par sa mort

1526 L'occupation par les Ottomans du centre de la Hongrie fait de ce couvent le refuge de nombreux frères venus de Hongrie intérieure, ainsi que le lieu de dépôt de ce qu'ls ont pu sauver de leurs archives (certaines s'y trouvent encore) ; c'est dans le réfectoire du couvent que Ferdinand de Habsbourg est acclamé roi le 17 décembre

1529 Les frères s'enfuient en lieu sûr face aux Ottomans en marche sur Vienne ; la ville tente de transformer l'église en paroisse mais le roi Ferdinand ordonna sa restitution aux frères

1541 La ville étant devenue la capitale de la Hongrie royale, de nombreux assemblées se tiennent dans ce couvent ; tous les chapitres de la province marianiste de Hongrie s'y réunissent de 1544 jusque vers 1650

1786 Fermeture du couvent

Couvent franciscain St-Louis-de-Toulouse de Lipova / Lippa

1325 Fondation du couvent par le roi de Hongrie Charles-Robert Ier, qui le dédicaça à son oncle Louis, évêque de Toulouse et frère mineur, récemment canonisé (1317)

av.1349 La reine-mère Élisabeth Łokietek acheva la construction du couvent (d'après la bulle d'indulgences de 1349, qui lui attribue sa construction)

1448 Ce couvent, mentionné dans la liste de ceux devant passer à l'Observance à la demande du légat Jean Carvajal, ne leur est finalement pas attribué, après enquête

1531 Une maison de béguines Sainte-Élisabeth était rattachée à ce couvent

1533 Le chapitre provincial affecta un chantre et un organiste à ce couvent, signe de l'importance accordée à la musique liturgique dans celui-ci

1551 Abandon du couvent, saisi par les Ottomans sur ordre du bey Oulama, avec la complicité des habitants, partiellement passés au protestantisme.

Entièrement détruits, l'église et le couvent sont aujourd'hui remplacés par un lycée.